SLF - Course 2 : Parente l'emporte, la Super Finale est annulée

Alvaro Parente, sur la monoplace du FC Porto, remporte la 2ème course sur le Beijing International Street Circuit dans des conditions météorologiques difficiles, qui conduisent à l'annulation de la Super Finale

SLF - Course 2 : Parente l'emporte, la Super Finale est annulée

Alvaro Parente, sur la monoplace du FC Porto, remporte la 2ème course sur le Beijing International Street Circuit dans des conditions météorologiques difficiles, qui conduisent à l'annulation de la Super Finale.

La pluie, le brouillard et l'obscurité ont poussés les commissaires à décider de ne pas faire courir les 6 pilotes qualifiés pour la phase finale de l'évènement. La prime de 100 000€ du vainqueur du week-end a donc été attribué à Earl Bamber, PSV Eindhoven, qui a remporté le plus de points lors des deux courses de 40 minutes. C'est le pilote anglais de Tottenham Hotspurs, Craig Dolby, qui prend la 2ème place du week-end et donc les 75 000€, devant Frederic Vervisch (Liverpool) qui lui remporte les 50 000€ de la 3ème place.

La 2ème course du week-end a donc été chaotique, interrompue d'abord par un drapeau rouge suite à des conditions climatiques changeantes à la mi-course, poussant plusieurs pilotes à la faute sur une piste glissante, puis reprise ensuite pour peu de temps. Le poleman, Davide Rigon pour le RSC Anderlecht, menait jusqu'au 2ème tour avant de se faire passer à l'intérieur du douzième virage par Marcos Martínez, FC Séville, suivi par Alvaro Parente. Le pilote italien s'est finalement retiré de la course peu après après être tombé dans les profondeurs du classement.

La pluie fait alors son apparition juste avant la vague des ravitaillements fait du leadeur espagnol sa première victime dans le 1er virage du circuit urbain chinois, lui faisant perdre beaucoup de positions. Alvaro Parente en profite donc pour prendre la tête, mais part aussi en tête-à-queue malgré avoir chaussé des pneus pluie à cause des conditions climatiques se dégradant de plus en plus. Le pilote portugais se retrouve dans une position délicate à la sortie du virage n°5. D'autres pilotes partent également à la faute, tels que John Martin, pilote du club local Bejing Guoan, et le français Julien Jousse.

La drapeau rouge est alors déployé afin de pouvoir évacuer la monoplace d'Alvaro Parente, provoquant une brève pause avant que la course ne reprenne que pour une durée de 5 minutes. Malgré son tête-à-queue, c'est tout de même le pilote portugais qui part en tête grâce à la règle du drapeau rouge, stipulant que la course doit reprendre avec le classement du tour précédant celui de l'interruption de la course.

Immédiatement après le nouveau départ, c'est le pilote du Galatasaray, Giacomo Ricci, qui part à la faute alors 4ème. La horde des monoplaces le suivant parvient à l'éviter de justesse, à l'image de Marcos Martinez qui part en glissade afin d'éviter le contact.

Le brouillard et l'obscurité s'abattent ensuite sur la capitale chinoise, ne laissant pas la tâche facile à Parente qui doit résister aux attaques de Bamber pour finir par s'imposer. Buurman compète le podium, devant Marcos Martinez, Paul Meijer, Marcos Martin, et Vervirsch. Le vainqueur de la première course, Craig Dolby, prend la 8ème place alors qu'Adrian Valles, pour le Sporting Lisbon, et Franck Perera, pour Bordeaux, complètement le top 10.

Earl Bamber (PSV Eindhoven): "C'est incroyable, nous sommes partis derniers à la première course donc je n'aurais jamais pensé repartir avec le chèque de 100 000€. Il faisait tellement sombre quand la course a repris que je n'arrivais même plus à distinguer les boutons sur mon volant! J'ai simplement réussi à suivre les trajectoires d'Alvaro (Parente) grâce à son feu arrière. Peut-être que la Chine me sourrit, car je ne peux certainement pas me plaindre d'emporter avec moi 200 000€ accumulés en 2 week-end!"

Craig Dolby (Tottenham Hotspurs): "Sachant que notre objectif principal du week-end était de garder la voiture en état pour la prochaine étape à Navarra, ça s'est plutôt bien passé. La deuxième course était assez piégeuse et je ne voulais pas endommager la voiture. Ca peut être assez frustrant aux yeux d'un pilote, mais c'était la chose à faire. Ma confiance est revenue, comme celle de l'équipe. Nous avons prouvé en venant ici que nous pourrons toujours nous battre pour le titre, ce qui n'est pas le cas de tous."

Frederic Vervisch (Liverpool): "Ca a été un très bon week-end et le résultat est excellent comte tenu d'où j'ai démarré la première course. La qualification n'était pas bonne, mais nous avons continué à travailler dur malgré tout, et avons donc été rapides dans les deux courses. Je suis content que la voiture soit en un seul morceau, et de ramener un chèque! J'aurai aimé pouvoir disputer la Super Finale, mais d'un côté quand on voit ce qui est arrivé à Ordos quand les pilotes courent pour de l'argent, ce n'était peut-être pas une mauvaise décision!"

partages
commentaires
Red Bull : Un seul vainqueur mais deux pilotes heureux
Article précédent

Red Bull : Un seul vainqueur mais deux pilotes heureux

Article suivant

Le duel Webber-Vettel est un luxe !

Le duel Webber-Vettel est un luxe !
Charger les commentaires
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021
Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell... Prime

Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell...

La saison 2021 est certainement l'une des plus intenses qu'ait connues Lewis Hamilton au fil de sa longue et victorieuse carrière en Formule 1. Le septuple Champion du monde s'est confié à quatre médias au Grand Prix du Qatar, dont Motorsport.com, sur de nombreux sujets tels que cette bataille à couteaux tirés avec Max Verstappen, une Mercedes W12 qui lui donne du fil à retordre et son futur coéquipier George Russell…

Formule 1
24 nov. 2021
Les notes du Grand Prix du Qatar 2021 Prime

Les notes du Grand Prix du Qatar 2021

Après le Grand Prix du Qatar, vingtième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
22 nov. 2021
Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle Prime

Les plans du Qatar pour sa Coupe du monde annuelle

Un an avant le début de la Coupe du monde de football 2022, le Qatar organise le premier de ses onze nouveaux Grands Prix de Formule 1. Une exposition médiatique rêvée pour le pays, qui est vivement critiqué sur les questions relatives aux droits de l'homme.

Formule 1
21 nov. 2021
Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda Prime

Pourquoi Verstappen se trouve confronté à un héritage Honda

Max Verstappen trouve les pénalités moteur "illogiques", toutefois elles sont en vigueur depuis désormais quatre saisons et ont en grande partie été façonnées par les difficultés rencontrées par Honda au moment de son retour en F1. Retour sur l'évolution récente des sanctions concernant les unités de puissance.

Formule 1
20 nov. 2021
L'influence croissante de la F1 au Moyen-Orient Prime

L'influence croissante de la F1 au Moyen-Orient

L'expansion de la Formule 1 vers de nouveaux territoires n'a pas forcément été accueillie positivement, mais le Moyen-Orient et l'Afrique représentent de nouvelles régions importantes pour le sport automobile. Et les bienfaits commencent déjà à se faire ressentir.

Formule 1
19 nov. 2021