Smedley : 2019 a été la meilleure saison de Vettel en carrière

Rob Smedley estime que la saison 2019 de Sebastian Vettel était sa meilleure en carrière, car la première durant laquelle il a fait face à une telle adversité.

Smedley : 2019 a été la meilleure saison de Vettel en carrière

Sebastian Vettel aura passé six saisons chez Ferrari et a été vice-Champion du monde à plusieurs reprises, se battant pour le titre en 2017 et 2018, et il a également connu une très belle saison en 2015, pour ses débuts en rouge, avec trois succès. Il a aussi remporté quatre titres mondiaux avec Red Bull, allant jusqu'à gagner 13 courses en une seule saison. Mais selon Rob Smedley, ancien ingénieur de course de la Scuderia, ce n'est pas durant ces années-là que l'Allemand a effectué sa meilleure saison, et il juge qu'il s'agirait d'une grande perte pour la F1 s'il n'écrivait pas un autre chapitre de sa carrière dans une autre équipe.

"Je pense que ça en serait une, car je pense que nous avons un très bon pilote, un pilote incroyable", explique Smedley au site officiel de la F1, avant de se lancer dans un constat dont il reconnaît qu'il va faire débat. "Et vous savez ce que je qualifie comme sa meilleure année en Formule 1 ? Je vais me faire critiquer pour cela, mais sa meilleure année en F1 était la saison dernière, c'était 2019."

Lire aussi :

Un avis qui peut laisser dubitatif, compte tenu des erreurs commises par l'Allemand à Bahreïn, Silverstone et Monza notamment, et de sa position peu flatteuse au championnat, puisqu'il a terminé cinquième et a été battu par son équipier Charles Leclerc. Mais pour Smedley, c'est justement le fait que Vettel ait connu son année la plus compliquée qui fait que ça a été sa meilleure en F1.

"Je pense qu'il a fait face au plus gros défi de sa carrière cette saison, et tout le monde l'a éliminé car c'était la chose la plus facile à faire, et a jugé que Charles allait faire des progrès et que ça serait la fin de Sebastian. Je pense qu'on a vu le vrai Sebastian Vettel vers la fin d'année, celui que l'on avait un peu perdu, et je suis sûr qu'il admettrait facilement qu'il n'était pas là où il le voulait, tant au sein de l'équipe que face à son équipier en début de saison, mais il a gardé la tête baissée et, c'est le signe d'un vrai champion, il est revenu."

"Sebastian avait toute la pression, sans aucun doute. Je pense qu'il a eu plus de pression que n'importe quand dans sa carrière. Et il a été face à de bons pilotes, contre des Champions du monde. Il a dominé Kimi [Räikkönen], et Mark [Webber] chez Red Bull, et Mark n'est pas n'importe qui, c'est un pilote très rapide, et Vettel a réussi à le dominer. Mais je ne suis juste pas sûr qu'il ait déjà relevé un défi tel que celui qu'il a affronté en 2019, donc en l'ayant vu surmonter cela et revenir marquer son autorité après un début difficile, je considère que l'on a vu quelque chose de spécial."

Lire aussi :

L'autorité dont parle Smedley s'est surtout vue en Russie selon lui, où Vettel a dépassé Leclerc dans la longue ligne droite après le départ et n'a pas rendu sa position au Monégasque, en dépit d'un accord tacite grâce auquel il aurait dû laisser repasser Leclerc après avoir bénéficié de son aspiration pour se protéger des Mercedes. Malgré de nombreuses injonctions à la radio, Vettel n'a pas cédé, et Smedley juge que c'était important pour le quadruple Champion du monde.

"Je suis sûr que Mattia [Binotto] ne sera pas d'accord avec moi sur ce point particulier, mais la Russie était un exemple sur ce sujet. Il est parti devant, et il l'a fait en dépit des discussions portant sur l'éventualité où il serait devant à ce moment-là. Il a pris la décision de lui-même, dans sa tête et dans son casque, de rester là et de ne pas le laisser repasser. Et je pense que c'est le signe d'un très grand, qui cherche toujours la victoire."

partages
commentaires
C'était un 1er juin : la dernière victoire de Williams à Monaco

Article précédent

C'était un 1er juin : la dernière victoire de Williams à Monaco

Article suivant

Le Mugello en lice pour un éventuel second GP en Italie ?

Le Mugello en lice pour un éventuel second GP en Italie ?
Charger les commentaires
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021