Soufflerie - La proposition extrême de Red Bull

C'est une proposition très étonnante qu'a formulé Christian Horner pour permettre à l'ensemble des équipes du plateau de réduire les coûts

C'est une proposition très étonnante qu'a formulé Christian Horner pour permettre à l'ensemble des équipes du plateau de réduire les coûts. Le Team Principal de Red Bull Racing a suggéré que les souffleries soient bannies à terme, estimant qu'elles représentaient un poste de dépense exponentiel malgré leur efficacité redoutable.

"Si l'on veut aller vraiment dans l'extrême et dans la controverse, supprimons la soufflerie", a lancé le Britannique. "C'est quelque chose de cher à faire fonctionner et pour lequel il faut fournir des composants et des pièces. Revenons à l'ingéniosité de l'ingénierie. Pourquoi ne pas être radical ? Pourquoi ne pas faire en sorte que chacun suive le même processus ? Si j'étais Bernie [Ecclestone] ou Jean [Todt], c'est la direction dans laquelle je regarderais."

Horner suggère ainsi un passage total à la conception par ordinateur (CFD) pour permettre de réduire considérablement les coûts. Pourtant, l'usine de Milton Keynes est l'une des mieux équipées avec une soufflerie appartenant à Red Bull, mais le Team Principal se dit prêt à faire des sacrifices.

"Ce ne serait pas confortable pour nous, mais si nous croyons que c'est la bonne chose à faire, nous pourrions louer [notre soufflerie] pour un autre usage. Il y a toujours des façons de faire. Frank [Williams] a deux souffleries, et son équipe n'en utilise qu'une seule."

Un argument face aux idées de budget plafonné

Avec sa proposition choc, Horner cherche à démontrer que des mesures drastiques de ce type seraient plus efficaces pour réduire les coûts que les débats stériles concernant des budgets plafonnés, qui reviennent sans cesse mais n'ont jamais abouti à un accord.

"On ne peut pas dicter à une équipe combien d'argent elle a et comment elle décide de dépenser cet argent", insiste Horner. "Oui, nous pouvons avoir un joli motorhome, une jolie passerelle sur le muret des stands et une usine, ainsi que tout le reste, et payer nos pilotes une fortune. Mais si les règles étaient de cette manière, cela ne procurerait pas forcément un avantage."

Williams ne veut pas en entendre parler

Cette idée n'a pas tardé à faire réagir dans le paddock de Melbourne. Chez Williams, il s'agit d'une option absolument inenvisageable. Les sommes investies dans la construction de la soufflerie justifient à elles seules le fait de ne pas se priver d'un tel outil pour concevoir et développer les monoplaces.

"Le team a beaucoup investi dans sa soufflerie, nous en avons deux chez Williams. Le deuxième tunnel, qui a été mis en fonction en 2002, a coûté des millions. Nous ne supporterons pas le bannissement des souffleries !", prévient Claire Williams, Team Principal adjointe.

A moyen terme, la Britannique ne pense pas que l'interdiction des souffleries soit réellement bénéfique pour les budgets des équipes.

"Il y a d’autres choses que vous pourriez faire pour limiter les coûts avant d’en arriver là. Bien sûr sur le court terme cela peut faire des économies, mais sur le long terme ce serait plutôt l’inverse car vous devriez investir davantage dans d’autres domaines de recherche, en employant d’autres personnes, et cela vous coûtera de l’argent de toute façon. Ce n’est pas un changement que nous soutenons".



Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , Williams
Type d'article Actualités