La soufflerie et le simulateur McLaren vont devoir attendre

La construction d'une nouvelle soufflerie et d'un nouveau simulateur chez McLaren sont interrompus par la crise du coronavirus.

La soufflerie et le simulateur McLaren vont devoir attendre

Si McLaren n'a plus remporté la moindre victoire depuis 2012, la légendaire écurie britannique est en train de remonter la pente, en témoigne sa solide quatrième place au classement des constructeurs la saison dernière. Mais pour retrouver son statut de top team, l'équipe compte sur de nouvelles infrastructures : elle est en train de construire sa propre soufflerie (McLaren utilise actuellement celle de Toyota à Cologne) et de remplacer son simulateur afin d'être à nouveau à la pointe de la technologie.

Lire aussi :

Cependant, la pandémie en cours a brutalement interrompu ces projets censés aboutir en vue de 2021, et les seules personnes travaillant actuellement à l'usine de Woking sont celles liées au programme "Project Pitlane", qui produit des respirateurs pour aider les patients souffrant du COVID-19. Rappelons que les écuries de Formule 1 doivent fermer les usines pour une durée de cinq semaines ce printemps.

"Une chose est sûre, toute l'usine, à l'exception de la production de respirateurs, est à l'arrêt en ce moment, ce qui signifie que les projets d'infrastructure sont également en attente", confirme Andreas Seidl, directeur d'équipe. "Nous devons simplement voir maintenant, avec toutes nos entreprises et fournisseurs qui travaillent ensemble sur ce projet, l'ampleur des retards une fois que nous aurons repris le travail."

De manière similaire à la politique menée en France, le gouvernement britannique a permis à McLaren (à l'image d'autres équipes) de placer ses employés au chômage technique en assurant 80% des salaires, tandis que les dirigeants de l'écurie et les pilotes Carlos Sainz et Lando Norris ont accepté une réduction de leurs émoluments.

"Il est simplement impossible de savoir quel sera l'impact financier de cette crise", poursuit Seidl. "Nous savons que nous n'allons pas faire la course pour l'instant. Nous savons que nous allons perdre des revenus cette année, et c'est pourquoi nous avons dû mettre en œuvre différentes mesures afin de nous assurer que nous protégeons nos employés, que nous protégeons l'écurie afin de repartir dans la meilleure forme possible une fois la crise terminée."

"L'une de ces mesures était de mettre nos employés au chômage technique ; c'est évidemment l'une des décisions les plus difficiles que j'aie eues à prendre dans ma vie professionnelle, avec les baisses de salaire. Mais il était clair pour Zak et moi que cette décision devait être prise pour protéger l'équipe au mieux."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
Leclerc sait que Ferrari pourrait devoir rattraper Mercedes et Red Bull

Article précédent

Leclerc sait que Ferrari pourrait devoir rattraper Mercedes et Red Bull

Article suivant

Petter Solberg rejoint la grille du Virtual Grand Prix d'Interlagos

Petter Solberg rejoint la grille du Virtual Grand Prix d'Interlagos
Charger les commentaires
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021