Spa du point de vue moteur (2/2)

La dénivellation est un autre paramètre moteur important car la lubrification du moteur doit prendre en compte les différentes forces appliquées à la monoplace

La dénivellation est un autre paramètre moteur important car la lubrification du moteur doit prendre en compte les différentes forces appliquées à la monoplace. L’enchainement entre La Source et Les Combes se traduit par une descente puis une montée de 80 mètres. Pour le pilote, les forces exercées passent à +3G avant l’Eau Rouge. Les pompes doivent être très efficaces pour éviter le moindre déjaugeage, surtout lorsque les niveaux sont bas. Si les pompes ne fonctionnent pas de façon optimale, le moteur peut être privé d’huile ou de carburant.

Lorsque la monoplace atteint la crête du Raidillon de l’Eau Rouge, la charge verticale est subitement réduite. Les fluides ont alors tendance à ‘monter’ dans les circuits ; les pompes doivent donc être particulièrement efficaces pour éviter de tourner à vide.

Le Grand Prix de Belgique est célèbre pour sa météo changeante, qui peut parfois être différente d’un bout à l’autre du circuit ! Un pilote peut avoir besoin d’un maximum de motricité à un endroit sec tout en comptant sur une grande souplesse sur une portion humide à l’autre bout du circuit. Les cartographies sont donc conçues pour offrir la plus grande flexibilité possible.

On parle souvent de microclimat mais la différence d’altitude est aussi à prendre en compte. Sur un tour, la dénivellation est d’une centaine de mètres. En conséquence, la pression atmosphérique varie d’environ 12 mbar. Il entre donc moins d’air dans le moteur, qui consomme moins. Au point culminant, la consommation est inférieure de 1% par rapport au point le plus bas.

Renault Sport

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités