Steiner explique l'agacement de Magnussen en course à Montréal

Le directeur de Haas, Günther Steiner, est revenu sur les raisons qui ont poussé Kevin Magnussen à s'agacer de sa monoplace à la radio lors du Grand Prix du Canada.

Steiner explique l'agacement de Magnussen en course à Montréal

Steiner révèle qu'à la suite de l'accident de Kevin Magnussen en qualifications, l'équipe a tenté un pari avec les réglages de la monoplace, qui venait de recevoir un nouveau châssis. Il a été contraint de prendre le départ depuis la voie des stands après que son équipe a travaillé tard pour changer non seulement le châssis, mais aussi la boîte de vitesses.

Incapable de rattraper le peloton et de faire fonctionner sa monoplace comme il le souhaitait, le Danois s'est agacé auprès de son ingénieur de piste, Gary Gannon. Et de déclarer que la course était sa "pire expérience au volant d'une voiture de course", ce qui a forcé son directeur à prendre la parole et à le recadrer.

Lire aussi :

"Ça suffit maintenant, c'est Günther, ça suffit !" a-t-il déclaré à la radio, avant qu'un Magnussen sceptique ne lui réponde : "Qu'est-ce ça signifie ?". L'Italien, agacé, a sèchement recadré son pilote : "Cela veut dire que pour nous non plus ce n'est pas une bonne expérience, ça suffit maintenant. Voilà ce que ça veut dire : trop, c'est trop."

Néanmoins, Steiner a tenu à mettre au point la situation et à rendre à son pilote, qui s'est excusé auprès de son équipe entre-temps, ce qui lui appartient. Il a révélé que l'équipe Haas avait tenté un pari de réglages lorsqu'elle a remonté une VF-19 toute neuve pour Magnussen, afin que celui-ci ait possiblement plus de rythme, mais que cela n'a pas fonctionné.

"Lorsque nous avons remonté la voiture de Kevin, nous avons essayé des réglages différents car nous le pouvions, puisque nous allions nous élancer des stands", a expliqué Steiner à Motorsport.com. "De toute évidence, ça n'a pas fonctionné. Nous le savons maintenant, et nous avons appris de cela. Ce n'était pas un choix conscient d'empirer la voiture, le choix était de tenter de l'améliorer, et ça n'a pas fonctionné."

Steiner voulait clore le sujet

Il n'a toutefois pas accepté de laisser traîner une conversation négative entre un pilote frustré et un ingénieur désabusé, et a donc pris le parti d'intervenir : "J'ai dit que si ça recommençait, je devais dire quelque chose. Il est revenu à la charge et son ingénieur a commencé à parler, et je ne voulais pas d'une discussion ouverte au sujet de ce qu'ils pensaient à la radio, il fallait que ça s'arrête."

"Il faut être fort parfois, car je sais quand les arrêter. Je sais qu'une seule personne est capable de les arrêter, je connais très bien ces gars. Ils écoutent et ils savent quand c'est assez. Si je parle, j'ai une vision différente des choses, nous n'avons pas besoin de faire cela à la radio alors que tout le monde écoute et se moque de nous."

Bien que conscient des problèmes de Magnussen avec sa monoplace, Steiner a révélé être inquiet de l'impact qu'auraient pu avoir ces messages sur le moral des troupes, alors que l'équipe avait passé la nuit à travailler pour reconstruire la monoplace du Danois suite à son gros accident des qualifications.

"Absolument, car il y a beaucoup de personnes qui sont déçues par nos résultats en piste, et qui n'ont pas besoin qu'on les leur rappelle", poursuit Steiner. "Quand on voit cela une fois [ça va], mais quand ça commence à revenir, cela veut dire qu'on a discuté du sujet assez longtemps, nous savons tous de quoi il s'agit. Il s'est excusé auprès de tout le monde à la radio après la course. C'était une bonne chose."

"Tout le monde est frustré, les gars travaillent jusqu'à trois heures du matin et on est derniers, ce n'est pas quelque chose qui vous motive et vous n'avez pas besoin d'autres discussions pour savoir à quel point c'est mauvais. Mais je ne blâme personne. Quand vous êtres de l'autre côté de la radio, vous ne savez pas cela et peut-être que je pouvais le comprendre, mais les gars ne le savent pas car ils ne savent pas tout ce qui se passe."

Lire aussi :

Steiner assure que la page se tourne et que Haas se penche désormais sur la prochaine course, le Grand Prix de France, qui se déroulera dans deux semaines. Il confirme que Magnussen a fait ce qu'il fallait pour que ce petit incident ne perturbe pas l'équipe : "Il s'est excusé auprès de tout le monde, comme le fait un adulte, et on passe à autre chose. Il n'y a pas de raison de s'épancher sur le sujet."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Vettel explique pourquoi il s'est finalement rendu au podium
Article précédent

Vettel explique pourquoi il s'est finalement rendu au podium

Article suivant

Pneus : Mercedes et Ferrari à armes égales au Paul Ricard

Pneus : Mercedes et Ferrari à armes égales au Paul Ricard
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021