Steiner : "Personne à blâmer" dans la lutte Magnussen/Grosjean

Haas aurait pu repartir de Catalogne avec un bilan comptable encore supérieur à l'encourageant total inscrit ce dimanche, si Kevin Magnussen et Romain Grosjean avaient peut-être un peu moins bataillé entre eux.

Steiner : "Personne à blâmer" dans la lutte Magnussen/Grosjean
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19 au stand
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-19
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19, devant Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-19, et Daniil Kvyat, Toro Rosso STR14
La voiture de Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19, sur la grille
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-19, devant Daniil Kvyat, Toro Rosso STR14
Charger le lecteur audio

Deux Haas dans les points à l'arrivée d'un Grand Prix, c'est une première en 2019 ! Une bonne journée pour l'équipe américaine, compte tenu du résultat vierge de Renault et Racing Point, et des points repris sur McLaren.

Pourtant, même si le compteur monte d'un joli score de sept unités après Barcelone et permet à Haas de se placer en sixième position – à sept encablures de la quatrième place de McLaren –, le management de Haas pouvait quelque peu regretter le fait que Romain Grosjean ait glissé de la septième à la dixième position dans les derniers tours de course, impliqué qu'il fut à répétition dans un restart agité.

Le pilote franco-suisse a en effet fait trois passages hors piste dans les 15 dernières boucles, après que le Safety Car ait de nouveau fait place nette à la course : tout d'abord en se frottant de près à son propre équipier Kevin Magnussen, puis en se retrouvant au contact avec la McLaren de Carlos Sainz après avoir perdu le contact avec son équipier en raison du fait d'avoir sali ses pneus à répétition.

Le petit point du jour ouvre tout de même le compteur de Grosjean, mais pèse léger face aux six de Magnussen, arrivé septième, et qui a inscrit 93% du solde de Haas depuis le début de la saison.

Lire aussi :

Néanmoins, devant les caméras, leur patron Günther Steiner sait qu'il est important de préserver l'unité et explique que l'abcès qui aurait pu mûrir entre ses deux pilotes à chaud après la course a été immédiatement percé avec la tenue d'un petit meeting avec eux.

"Je leur ai dit après la course d'aller au bureau et d'en parler : nous nous sommes entendus et ce fut une bonne course ici", tient-il à conclure au micro de Sky Sports F1. "Nous avons perdu des points et nous n'en sommes pas heureux, mais personne n'est plus à blâmer que l'autre. On ne doit juste pas se rentrer dedans entre nous, et continuer à faire de notre mieux."

 

Le directeur d'équipe a tout de même fait savoir que Haas ne pouvait se permettre de perdre des points de cette manière, sans pour autant juger qu'un interventionnisme supérieur du muret des stands aurait été souhaitable pour éviter cette situation. "C'était trop tard [pour donner des ordres radio, ndlr] : dans certaines situations, on ne peut pas leur dire quoi faire. Mais on est d'accord sur le fait qu'ils sont OK tous les deux, tout va bien entre eux."

La voiture a apporté satisfaction sur le tracé de Barcelone, dans des conditions représentatives de nombreux autres circuits… mais pas forcément des deux à venir !

"La voiture est bonne : nous devons maintenant la faire fonctionner sur les deux endroits les plus difficiles : Monte-Carlo et le Canada", poursuit Steiner. "C'est une bonne journée : quand on gère bien les pneus, on sait qu'on a aussi de la vitesse en ligne droite… Maintenant, nous avons deux journées de tests pour la faire mieux fonctionner à ce niveau."

 

partages
commentaires
Vettel : Le plat "m'a ralenti" et "compromis" le premier relais
Article précédent

Vettel : Le plat "m'a ralenti" et "compromis" le premier relais

Article suivant

Ferrari estime avoir donné des consignes "au bon moment"

Ferrari estime avoir donné des consignes "au bon moment"
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021