Steiner ne comprend pas la mauvaise réputation de Magnussen

Le directeur de l'écurie Haas de Formule 1, Günther Steiner, ne comprend pas pourquoi Kevin Magnussen est frappé d'une réputation de "fou" ou pourquoi les gens pensent que ses performances ont chuté au fil de la saison 2018.

Steiner ne comprend pas la mauvaise réputation de Magnussen

Le Danois a été l'objet de critiques de la part de plusieurs rivaux en raison de son pilotage rugueux cette année, et notamment après la passe d'armes avec Fernando Alonso lors des qualifications du Grand Prix d'Italie. Mais Steiner, qui a prolongé le contrat de Magnussen, pense que la perception de son pilote ne correspond pas à la réalité.

Lire aussi :

"Mettons les choses au clair : c'est le gars qui a le moins de pénalités", a déclaré Steiner, faisant référence au fait que Magnussen n'a que deux points de pénalité sur sa Super Licence. "C'est comme s'il avait une si mauvaise réputation et que la perception était que ce type était tout simplement fou. Ce qui est faux. Regardez les statistiques. Nous devons être objectifs, pas subjectifs. L'objectivité est de savoir combien de sanction il a eues ou pas."

Steiner pense également qu'il est faux de suggérer que Magnussen a toujours du mal en seconde partie de saison, malgré une fin d'année clairement plus difficile en 2018. "Il y a cette chose selon laquelle la seconde moitié de la saison de Kevin Magnussen est toujours mauvaise. De nouveau, d'où cela vient-il ?"

"Il a fait quelques bonnes courses lors de la seconde moitié de saison. Était-il aussi bon que lors de la première moitié de cette saison ? Non. Mais je ne conclurais pas trop vite que c'est forcément comme ça, vous savez. Je ne pense pas qu'il soit aussi mauvais que ce que les gens disent. C'est un compétiteur. Il pilote. Il se bat pour son territoire. C'est ce pour quoi nous le payons en fait. Nous ne voulons pas de quelqu'un qui se fait dépasser par tout le monde."

Lire aussi :

Steiner a également tempéré le fait que l'équipier de Magnussen, Romain Grosjean, ait traversé une grosse crise au début de l'année 2018 même si le Français a échoué à inscrire le moindre point jusqu'au Grand Prix d'Autriche. "N'exagérons pas. Ce n'était pas immense, terrible ou autre. Il a eu une baisse de forme. Disons-le comme ça. C'était une baisse de forme."

Quand lui est demandé comment Grosjean a inversé la tendance, le dirigeant de l'écurie répond : "Je ne sais pas. Je n'ai pas la réponse. C'est une question de clé. Si vous lui parlez, parlez-lui de la clé. Il a perdu la clé, il a trouvé la clé. Je ne sais pas ce que c'est, pour être honnête. [...] Il a dit : 'J'ai retrouvé la clé'. Depuis, c'était bien."

Avait-il peur que Grosjean ne puisse pas revenir à son niveau ? "Ma pensée n'était pas négative au point [d'envisager] qu'il ne la trouve pas. Pour moi, c'était plutôt : 'Comment puis-je faire pour qu'il redevienne celui que nous connaissons ?'"

partages
commentaires
Rétro 1959 - Cooper et la fin des voitures à moteurs avant

Article précédent

Rétro 1959 - Cooper et la fin des voitures à moteurs avant

Article suivant

Race of Champions - Guerra bat Vettel, Gasly et Duval pour l'emporter

Race of Champions - Guerra bat Vettel, Gasly et Duval pour l'emporter
Charger les commentaires
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021