Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Stewart : Hamilton est "extrêmement bon" mais a été "très chanceux"

partages
commentaires
Stewart : Hamilton est "extrêmement bon" mais a été "très chanceux"
Par :
3 févr. 2019 à 12:03

Selon le triple Champion du monde Jackie Stewart, la carrière de Lewis Hamilton ne doit pas donner aux jeunes Britanniques qui vont débuter en Formule 1 une référence irréaliste car il y a en elle une part de réussite.

Hamilton a débuté en F1 en 2007 avec McLaren après avoir été soutenu tout au long de sa carrière en formules de promotion par la firme de Woking. Il a remporté son premier titre mondial en 2008 puis est parti fin 2012 du côté de Mercedes, où il a glané quatre autres titres mondiaux.

Les Britanniques George Russell et Lando Norris, ainsi que le Thaïlandais Alexander Albon, d'origine britannique, ont tous été promus en discipline reine cette année après avoir formé le top 3 de la Formule 2 en 2018. Forcément, les attentes envers eux peuvent être teintées par les victoires de leur glorieux aîné et leur mettre une pression supplémentaire.

Lire aussi :

Cependant, quand il est demandé à Jackie Stewart si Hamilton avait établi une référence impossible pour ces trois pilotes et s'il y avait une urgence à répliquer les succès des autres, il répond pour Motorsport.com que Hamilton a eu, au début de sa carrière, la chance de pouvoir être dans une voiture compétitive.

"Actuellement, Lewis ne fait pas que bien piloter, il a également la meilleure équipe du monde avec le meilleur moteur du monde. Mais il pilote bien également. Il y a tellement d'autres dimensions quand vous êtes pilote de Formule 1, et [il y a] la dépendance à la voiture."

"Quand j'ai quitté la Matra, j'ai eu une March [lors de la saison 1970]. Ça c'était un défi ! Donc si Lewis s'en allait de chez Mercedes et allait dans une équipe non compétitive, ça serait un défi. Lewis a été extrêmement bon, mais c'est un garçon très chanceux, [pour] que Ron Dennis [l'ancien patron de McLaren] le choisisse de la manière dont il l'a fait, qu'il le fasse monter comme il l'a fait. Et à cette époque, la McLaren était la meilleure voiture du monde en Formule 1, avec la Ferrari."

Apprendre des top pilotes

Cette saison, et sauf spectaculaire bond en termes de performances, Norris, Albon et Russell vont démarrer leur carrière au volant de monoplaces qui ne devraient pas pouvoir jouer mieux que les accessits, respectivement chez McLaren, Toro Rosso et Williams, et face à des équipiers bien plus expérimentés qu'eux, respectivement Carlos Sainz, Daniil Kvyat et Robert Kubica.

Lire aussi :

Et justement, pour Stewart, il faut absolument tirer au mieux parti de son équipier tout en ne se laissant pas impressionner par sa réputation. "Quand je suis arrivé, c'était à l'époque de Jim Clark, Jack Brabham, Graham Hill et Bruce McLaren. Ils étaient tous des pilotes de haut niveau."

"Je pense que vous apprenez des top pilotes, vous les observez, vous les écoutez, vous essayez de communiquer avec eux. Vous voulez être à l'aise avec tout le monde. Les relations humaines sont très importantes."

Avec Scott Mitchell et James Newbold 

Article suivant
Magnussen : Si un jour on m'avait dit que je serais heureux d'être 7e...

Article précédent

Magnussen : Si un jour on m'avait dit que je serais heureux d'être 7e...

Article suivant

"L'obligation de gagner" de Ferrari est un problème, selon Massa

"L'obligation de gagner" de Ferrari est un problème, selon Massa
Charger les commentaires