Stewart : Hamilton n'est pas au niveau de Fangio et Clark

Malgré le palmarès exceptionnel de Lewis Hamilton, Jackie Stewart estime que son compatriote n'est pas le meilleur pilote de tous les temps.

Stewart : Hamilton n'est pas au niveau de Fangio et Clark

2020 semble être la saison de tous les records pour Lewis Hamilton, déjà en tête de la hiérarchie historique en matière de pole positions (96) et de podiums (159), et plus proche que jamais d'égaler les 91 victoires de Michael Schumacher (dès son prochain succès) et les sept titres mondiaux du Baron Rouge.

Cependant, pour le triple Champion du monde Jackie Stewart, c'est incomparable aux performances réalisées par Juan Manuel Fangio (titré à cinq reprises dans les années 1950) ou encore Jim Clark (sacré deux fois lors de la décennie suivante), en raison du nombre de Grands Prix plus élevé dans l'ère moderne. Hamilton a remporté 90 de ses 260 courses, soit 34,62% de réussite, à comparer aux 25/72 de Clark (34,72%) et 24/51 de Fangio (47,06%).

Lire aussi :

"Je ne pense pas que l'on puisse prendre en compte un tel succès, ne serait-ce que parce qu'aujourd'hui, il y a 20, voire 22 courses [par saison]", déclare Stewart quant au palmarès de Hamilton dans le podcast Fast Lane. "À mon sens, Juan Manuel Fangio est le plus grand pilote de tous les temps, avec Jim Clark deuxième, devant [Ayrton] Senna. Mais ces pilotes [Fangio et Clark, ndlr] ne faisaient que six, huit, voire neuf courses par an en Formule 1. Ils pilotaient des voitures de sport, des GT, etc."

"En revanche, en Championnat du monde, Lewis Hamilton – ou n'importe quel prétendant à la victoire – fait 22 courses rien qu'en Formule 1. Pas en voitures de tourisme, pas en GT, pas en IndyCar, pas en Can-Am… Et il y a bien moins de pression aujourd'hui. Bien sûr, ils vont à l'usine et font du simulateur, mais ce n'est pas pareil. C'est un autre monde."

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, fête sa pole position, en recevant le trophée de la pole des mains de Jackie Stewart

Hamilton a principalement bâti son palmarès depuis le début de l'ère hybride en 2014, où Mercedes jouit d'une suprématie remarquable et où l'Anglais a globalement dominé ses coéquipiers Nico Rosberg et Valtteri Bottas. Hamilton a remporté 68 des 131 Grands Prix disputés sur cette période (51,91%), pour un total de 105 podiums (80,15%). Pour Stewart, cela contraste grandement avec un Fangio qui a été titré avec quatre constructeurs différents.

"Lewis pilote extrêmement bien et ne commet pas d'erreur. Je ne minimise aucunement son talent. Mais ce n'est pas pareil", affirme l'Écossais. "[Fangio] pilotait d'une manière relativement extraordinaire. Il pouvait choisir Ferrari, puis se dire 'Maserati pourrait être performant l'an prochain', il n'avait donc jamais de contrat de plus d'un an. Puis il a couru pour Mercedes-Benz et remporté deux titres mondiaux avec eux, car c'étaient les meilleures voitures du monde à l'époque."

"Lewis a pris une très bonne décision quand il a quitté McLaren et rejoint Mercedes-Benz. Je lui tire mon chapeau d'avoir pris cette décision. Mais franchement, la voiture et le moteur sont tellement supérieurs que c'est presque injuste vis-à-vis du reste du plateau. On ne peut pas dire ça, il faut tirer son chapeau à Mercedes-Benz, à Toto Wolff et à Niki Lauda d'avoir construit cette sacrée équipe, d'avoir choisi les meilleurs ingénieurs, d'avoir obtenu un budget hors d'atteinte pour la plupart des autres écuries, à part Red Bull."

"Ce n'est pas tout à fait le même respect si un pilote est capable de le faire sans avoir la meilleure voiture. C'est là qu'il y a parfois une différence entre les très, très grands pilotes et ceux qui ont eu beaucoup de succès. C'est difficile de dire ça de Lewis, qu'il n'est à mon avis pas aussi bon que l'était Fangio. Beaucoup de gens y trouveront à redire, mais j'assiste aux courses automobiles depuis mon enfance. Mon frère [Jimmy Stewart] était pilote, j'allais aux courses avec lui, j'ai vu [Alberto] Ascari, [Tazio] Nuvolari, [Rudolf] Caracciola. Ces pilotes qui font partie des meilleurs au monde, je les ai vus. Dire que Lewis est le plus grand de tous les temps serait difficile à justifier pour moi, compte tenu de ce que faisaient les autres pilotes."

Jackie Stewart, Matra

Couronné en 1969, 1971 et 1973 avec Ford Cosworth, Stewart regrette l'époque où ce motoriste équipait la majorité du plateau, créant selon lui une hiérarchie plus resserrée – bien que les écarts aient rarement été plus faibles que de nos jours.

Lire aussi :

"Je pense vraiment avoir eu de la chance de courir à mon époque. Il y avait Jim Clark, Graham Hill, Jochen Rindt, mon coéquipier François Cevert et quelques autres qui étaient vraiment des pilotes de pointe. Chris Amon, Jack Brabham. C'étaient des pilotes de tout premier plan. Ce n'est plus le cas aujourd'hui, on ne peut plus identifier les pilotes qui sont au sommet de leur profession. Ce qui était super à mon époque, c'était le Ford Cosworth. Tout le monde avait un Ford Cosworth, à part Ferrari [et BRM, ndlr]. Nous étions à armes égales, ce qui n'est simplement pas le cas aujourd'hui", conclut Stewart.

partages
commentaires

Voir aussi :

Alexander Albon explique ses difficultés chez Red Bull

Article précédent

Alexander Albon explique ses difficultés chez Red Bull

Article suivant

F1 et Formule E devront un jour fusionner, selon l'ancien boss de Renault

F1 et Formule E devront un jour fusionner, selon l'ancien boss de Renault
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Jackie Stewart , Jim Clark , Lewis Hamilton , Juan Manuel Fangio
Auteur Benjamin Vinel
Imola, un test "brutal" pour les pilotes ayant changé d'écurie Prime

Imola, un test "brutal" pour les pilotes ayant changé d'écurie

Cet hiver a vu de nombreux pilotes changer d'écurie. Avec un deuxième Grand Prix organisé sur le circuit piégeur d'Imola, ces pilotes sont revenus sur leur courbe d'apprentissage et le temps nécessaire pour s'adapter à leurs nouvelles montures.

Formule 1
21 avr. 2021
La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ? Prime

La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ?

Mercedes a quitté Imola en conservant la tête des deux classements généraux mais ne se fait aucune illusion sur la menace que représente Red Bull.

Formule 1
20 avr. 2021
Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021

Après le Grand Prix d'Émilie-Romagne, deuxième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
19 avr. 2021
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021