Stratégie - La gestion des nombreux facteurs imprévisibles d'Interlagos

Pour gagner au Brésil, il faut souvent être non seulement rapide, mais aussi flexible sur la stratégie pneumatique.

Le Grand Prix du Brésil est traditionnellement un rendez-vous assez imprévisible, sur lequel les teams doivent disposer d’une grande flexibilité stratégique pour avoir en main des possibilités de réaction en cas d’évènements de course.

Précipitations, tracé très court provoquant des combats rapprochés, chaleur et secteurs techniques lents sont autant de facteurs pouvant créer du tumulte en course, et influencer l’entrée en piste de la voiture de sécurité et les arrêts aux stands.

Près d'une seconde au tour sur un tracé très court

Cette année, Pirelli se présente sur le tracé d’Interlagos avec les allocations medium et tendre, que les teams connaissent bien pour les avoir utilisées ensemble déjà 8 fois avant la manche de Sao Paulo, et qui devraient proposer un écart de performance de 0’9s au tour selon le fournisseur italien.

Sans grand enjeu au championnat du monde des pilotes et avec un titre constructeurs plié, les regards se porteront par exemple sur les capacités du moteur Renault sur un tracé pouvant offrir des rebondissements, et sur la position de teams de milieu de plateau qui se disputent encore férocement de petits points pouvant faire la différence finale. Six points seulement séparent par exemple l’équipe Lotus de Toro Rosso. Sauber, P7 au championnat, doit encore garder McLaren à l’œil : le team de Woking a une carte à jouer pour tenter de reprendre les 9 points d’écart entre les deux teams.

On notera que le tracé est abordé dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Cette caractéristique inhabituelle en Formule 1, engendre davantage de contraintes aux pneumatiques et aux pilotes - le tracé demande d’énormes efforts physiques - et la tâche se complique encore davantage lorsque l’on y ajoute des conditions météorologiques traditionnellement incertaines. L’an passé, les températures les plus élevées de la saison avaient été enregistrées au Brésil, mais l’épreuve avait très souvent auparavant été courue sous des pluies diluviennes.

Des conditions changeantes

"Interlagos figure dans la liste des pistes historiques ayant laissé leur empreinte dans le livre d’or de la Formule 1", commente Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport. "C’est un plaisir de s’y rendre chaque année et retrouver l’ambiance unique ainsi que la ferveur des fans, tous plus passionnés les uns que les autres. Après les Etats-Unis et le Mexique, voilà une belle manière de conclure la tournée américaine!"

"Le nouvel asphalte baptisé l’an passé a modifié la tenue des pneumatiques et ce sera intéressant d’observer leur fonctionnement avec l’expérience désormais acquise", poursuit le Britannique. "Traditionnellement, Interlagos charge fortement les gommes en énergie et nous devrions par conséquent assister à des stratégies à deux ou trois pitstops pour la majorité des concurrents. Mais comme toujours, nous ne pourrons établir des choix tactiques plus précis qu’à l’issue des Essais Libres du vendredi."

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Brésil
Sous-évènement Avant-course
Circuit Autódromo José Carlos Pace
Type d'article Preview
Tags pirelli