Une stratégie "complètement mauvaise" a coûté les points à Giovinazzi

Antonio Giovinazzi ne cachait pas sa déception à l'issue d'un Grand Prix de Mexico au goût d'occasion manquée.

Une stratégie "complètement mauvaise" a coûté les points à Giovinazzi

"Hey les gars, merci pour la super stratégie !" Voilà comment Antonio Giovinazzi a réagi à chaud à sa onzième place au Grand Prix de Mexico, signée alors qu'il occupait le septième rang à l'issue de son premier relais. La déception était compréhensible pour un pilote en passe de signer le deuxième meilleur résultat de sa carrière en Formule 1, de surcroît en pleine lutte pour assurer son avenir en Formule 1 au-delà de cette saison, alors que son baquet est menacé par Guanyu Zhou.

Les échauffourées du premier virage ont été très bénéfiques à Giovinazzi, qui s'est propulsé de la onzième position sur la grille à la sixième. Certes dépassé par Carlos Sainz dès le restart, le pilote Alfa Romeo s'est toutefois aisément maintenu au septième rang par la suite : après 15 tours, il comptait une seconde d'avance sur Sebastian Vettel, quatre sur Kimi Räikkönen, sept sur Fernando Alonso, et déjà 13 sur Lando Norris… autant de pilotes qui allaient finir la course devant lui. Car c'est au tour suivant que Giovinazzi est rentré au stand afin de troquer ses pneus mediums pour des durs, se retrouvant coincé derrière l'inséparable duo Ricciardo/Bottas. Cette perte de temps lui a été fatale.

"Je suis juste vraiment déçu, car aujourd'hui nous avions l'opportunité de marquer des points avec les deux voitures", a déploré Giovinazzi. "Mais de mon côté, la stratégie était complètement mauvaise. Nous sommes rentrés au stand trop tôt, mais je ne pense pas que ce soit le problème. Le problème, c'est que quand je suis ressorti, j'étais dans le trafic. Et la stratégie n'a pas fonctionné. Bref, je suis juste vraiment déçu."

"Aujourd'hui, si Kimi était resté huitième, moi j'étais septième à ce moment-là. C'est très décevant car l'équipe n'a pas marqué autant de points que possible. Et c'est vraiment dur pour moi également. Mais c'est comme ça. C'était juste un super premier tour, mais en fin de compte, cela n'a servi à rien pour mon résultat final. Un bon premier tour, juste déçu de la situation."

Antonio Giovinazzi, Alfa Romeo Racing

Giovinazzi tournait en moyenne en 1'23"094 avec ses pneus mediums usés lors des sept tours précédant son arrêt au stand, alors que par la suite, son deuxième relais a commencé par sept tours en 1'23"343 en moyenne. Dans le même temps, son coéquipier Räikkönen évoluait en 1'22"996 dans la première période, puis en 1'22"442 lors de la seconde. Clairement, Alfa Romeo s'attendait à ce que Ricciardo et Bottas soient plus rapides, même si le rythme de l'Australien était plutôt cohérent après l'arrêt au stand de Giovinazzi (1'23"284) par rapport à avant (1'23"518 lors des quatre tours avant son arrêt, les chronos précédents n'étant pas représentatifs).

"C'était certainement une très bonne performance globale en qualifs", analyse le directeur d'équipe Frédéric Vasseur. "Nous avons pris un bon départ, nous avons évité le crash, nous étions sixième et neuvième, puis septième et neuvième quand Sainz a passé Antonio. Le rythme était correct, mais nous avons fait un choix stratégique."

"Nous étions très surpris du rythme de Ricciardo et de Bottas, et nous nous sommes retrouvés coincés derrière eux, ce qui était un peu dommage, car [Antonio] a fait du très bon travail. Franchement, la stratégie n'était pas stupide à ce stade, mais elle n'a pas fonctionné, car nous ne nous attendions pas à ce que Ricciardo et Bottas soient si lents. Au moins, avec Kimi, nous avons marqué de bons points."

Räikkönen ayant marqué quatre points, Alfa Romeo n'a plus que douze longueurs de retard sur Williams, mais ce déficit paraît quasi impossible à combler lors des quatre derniers Grands Prix.

"En matière de performance pure, nous avons fait un pas en avant", insiste Vasseur. "Quand les week-ends se passent bien, nous sommes capables de marquer de bons points. Après, c'est sûr que si on regarde la saison, nous avons manqué trop d'opportunités. Je pense qu'à Budapest nous étions en bonne forme, et l'accident nous a écarté des points en y mettant Williams. C'étaient nos meilleures qualifs de la saison, et l'accident s'est produit devant, il nous a éliminés. Cela aurait été mieux de partir deux lignes plus loin, comme les Williams !" Même si Räikkönen était huitième au début du Grand Prix de Hongrie grâce à cet incident, ayant certes écopé d'une pénalité de dix secondes pour une collision dans les stands…

"On peut réécrire l'histoire de Spa – je ne suis pas sûr que Russell serait resté deuxième, et ç'aurait été une bonne opportunité pour nous. Mais restons concentrés. Nous avons marqué quatre points à Sotchi, quatre points ici, il reste quatre courses. On verra ce qui pourrait arriver."

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Le circuit de Djeddah sera prêt à temps selon la FIA
Article précédent

Le circuit de Djeddah sera prêt à temps selon la FIA

Article suivant

Pérez impuissant face à la vitesse de pointe de la Mercedes

Pérez impuissant face à la vitesse de pointe de la Mercedes
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021