Pourquoi Stroll a dû déclarer forfait au Nürburgring

Directeur de l'écurie Racing Point, Otmar Szafnauer s'est exprimé en grand détail sur les problèmes gastriques de Lance Stroll ayant mené à son forfait au Nürburgring.

Pourquoi Stroll a dû déclarer forfait au Nürburgring

Il est apparu dès le début des Essais Libres 3 du Grand Prix de l'Eifel que Lance Stroll avait un problème, puisqu'il ne prenait pas la piste lors de l'unique heure de tests avant le début des qualifications, et l'on a rapidement appris que le Canadien était souffrant, sans avoir davantage de détails – si ce n'est qu'il n'avait pas contracté le coronavirus.

"Il ne se sent pas bien depuis la Russie. Je pense qu'il a un petit rhume", analyse Otmar Szafnauer, directeur d'équipe. "Au début, nous nous sommes dit qu'il fallait le dépister au virus. Nous l'avons testé à de multiples reprises, avec notamment le dépistage habituel avant ce week-end de Grand Prix. Et il a été négatif trois ou quatre fois. Il n'a pas les symptômes classiques du COVID-19, il ne se sent simplement pas bien."

"[Vendredi] soir, son estomac était un peu contrarié. Il a passé la soirée aux toilettes. Il a dit : 'J'ai beaucoup perdu en fluides, et je ne peux pas quitter les toilettes suffisamment longtemps pour monter dans la voiture'. Je ne sais pas si c'est quelque chose qu’il a mangé ou si c'est une gastro. Il a juste dit : 'Je ne le sens pas. Il y a deux courses consécutives qui arrivent bientôt. Je préfère me reposer et me préparer pour celles-ci'. Nous avons un médecin qui s'occupe de lui, et quand il ira suffisamment bien pour partir, il rentrera chez lui."

Lance Stroll, Racing Point

Racing Point a donc fait appel à son ancien pilote Nico Hülkenberg, qui avait déjà remplacé Sergio Pérez pour les deux courses de Silverstone, qui avait déjà moulé un baquet et pour qui l'ajustement des pédales – entre autres – était déjà connu, contrairement à Stoffel Vandoorne (rappelons que le pilote de réserve Mercedes est mis à disposition de McLaren et de Racing Point par la marque à l'étoile en cas de besoin). Pourtant, jusqu'au dernier moment, Stroll a espéré mener à bien son week-end. C'est finalement cet espoir qui a empêché Hülkenberg de pouvoir faire le moindre tour avant les qualifications.

Lire aussi :

"Trente minutes avant les EL3, il voulait encore prendre le volant", souligne Szafnauer. "Mais il s'est dit : 'Si ça ne s'arrange pas, il faudra que je me qualifie, et il faudra faire la course'. C'est la course qui l'inquiétait, vu son état. Il espérait pouvoir sortir des toilettes et rouler. Mais il restait 30 minutes avant les EL3. Sinon, nous aurions appelé Hülkenberg un jour plus tôt, et il aurait fait les EL3."

Certes bon dernier des qualifications, Hülkenberg n'a pas démérité, avec un premier tour en 1'32"190 et un second en 1'29"792 au volant de cette monoplace qu'il n'avait pas pilotée depuis deux mois. De petites erreurs l'ont empêché de faire mieux que 1'28"021, à deux dixièmes de la 19e place et à moins d'une seconde de Sergio Pérez.

Nico Hulkenberg, Racing Point RP20

"Il n'avait vraiment pas la tâche facile, et nous sommes soulagés qu'il soit dans les 107%, c'est ce que nous voulions, afin qu'il puisse prendre le départ demain", indique Szafnauer. Les 107%, Hülkenberg y est largement, son meilleur temps représentant 101,97% de la référence en Q1. "Il a une bonne voiture, il a fait quelques tours, et s'il prend un bon départ, il aura des chances de points."

"Nous avons apporté des modifications à la voiture depuis la dernière fois qu'il l'a pilotée. Il a été surpris par ces modifications. Il a dit que la sensation était différente à cause de ça. Il a dû s'y habituer. Dans l'ensemble, il était satisfait que l'équilibre ne soit pas si mauvais. Mais si l'on n'a pas l'habitude d'utiliser les évolutions que nous avons apportées à la voiture, on est forcément plus lent."

Hülkenberg n'a couru au Nürburgring qu'une fois lors de sa carrière en Formule 1, dixième avec Sauber en 2013, mais en GP2, il y avait réalisé l'exploit de remporter les deux courses du week-end malgré la grille inversée. Il s'y est également imposé deux fois en F3 Euro Series, sans oublier une autre victoire en Formule BMW. Ce dimanche, depuis la dernière position de la grille de départ, toute arrivée dans les points représenterait un succès.

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires

Voir aussi :

Duels en qualifications : le point après le GP de l'Eifel
Article précédent

Duels en qualifications : le point après le GP de l'Eifel

Article suivant

Stratégie - Les données avant la course du GP de l'Eifel 2020

Stratégie - Les données avant la course du GP de l'Eifel 2020
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021