Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
51 jours
09 mai
Prochain événement dans
69 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
100 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
107 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
125 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
142 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
156 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
184 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
191 jours
12 sept.
Course dans
198 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
212 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
216 jours
10 oct.
Course dans
226 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
240 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
247 jours
07 nov.
Course dans
254 jours
Bilans Saison 2020
Dossier

Bilans Saison 2020

Bilan 2020 - Stroll : coups d’éclat, coups du sort, coups de mou

Lance Stroll a vécu une saison 2020 faite du meilleur et du pire de ce dont il est capable, mais aussi d’un manque de réussite certain dans une période charnière, alors qu’il a appris à évoluer au niveau de compétition le plus élevé depuis ses débuts en F1.

partages
commentaires
Bilan 2020 - Stroll : coups d’éclat, coups du sort, coups de mou

Ces bilans 2020 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Racing Point a offert à ses pilotes, avec la controversée RP20, une monoplace capable de se battre pour le top 5 voire le podium dans certaines circonstances. Pour Lance Stroll, il s’agissait d’un pas en avant important dans une carrière qui a globalement surtout été faite de courses hors du top 10, d’abord chez Williams en 2017-2018 puis chez Racing Point en 2019. Aussi, cette saison semblait particulièrement intéressante pour juger des progrès du Canadien.

Lire aussi :

Et au sortir de cette année, il n’est pas aisé de pouvoir véritablement se prononcer. À bien des égards, dans plusieurs compartiments de la performance, Stroll a été fidèle à lui-même, à savoir inconstant. Cette irrégularité, problématique au haut niveau, est frustrante car elle laisse tout autant entrevoir des promesses pour un pilote qui n’est encore âgé que de 22 ans que des défauts récurrents qu’il va falloir sérieusement corriger si les ambitions de la structure à laquelle il appartient se confirment et s’aiguisent dans les années à venir.

Le premier des défauts, qui enfante une de ses qualités, est celui des qualifications. Dans l’exercice, il a une fois de plus été largement dominé par son principal équipier, Sergio Pérez, qui lui inflige un 10-4 et, si l’on retire les qualifications disputées sous la pluie avec leur part d’aléatoire, un 10-2 en conditions sèches sachant qu'avec sa pénalité moteur, le Mexicain a abandonné les qualifs à Abu Dhabi dès la Q2. Peut-être un peu plus gênant encore, le fait qu’il ait été devancé nettement lors des qualifications du GP du 70e anniversaire par un Nico Hülkenberg qui ne disputait que son second week-end de course, en remplacement de Pérez touché par le COVID.

Et non seulement il devance ses équipiers trop rarement dans l’exercice mais il est surtout souvent loin d’eux en distance. Même si des progrès ont été faits cette année dans le domaine, quand il est derrière, il est en moyenne quasiment quatre places derrière Pérez ; surtout qu'au fil de l'année, l'écart en temps s'est plutôt agrandi. Dans la F1 moderne, et au niveau de compétitivité du milieu de peloton, c’est le genre d’écart qui peut placer un pilote dans une lutte qui ne devrait pas être sienne et le priver d’un résultat tout à fait atteignable.

Toutefois, c’est aussi là que Stroll puise une de ses principales forces : ses départs. Dans cet exercice, il maintient la dynamique des saisons précédentes, quand bien même, mécaniquement, plus l’on se rapproche du haut de la grille, moins il y a de places à gagner et plus chères sont-elles. Sur 16 GP disputés, il a gagné des positions à dix reprises (en comptabilisant la Russie), a maintenu sa place à quatre reprises (dont sa pole en Turquie) et a perdu des positions à deux reprises (dont une sur un accrochage à Imola).

Une fois la phase du départ passée, la plupart des courses ont été assez anonymes, mais à un niveau évidemment bien meilleur que les saisons précédentes, avec l’impression d’une certaine irrégularité sur le plan du rythme qui ne lui a parfois pas permis de signer le meilleur résultat possible. Cela est d’autant plus criant quand son équipier est particulièrement régulier et constant comme l’est Pérez, même si globalement l'écart entre les deux pilotes est moindre que la saison précédente.

Le plus grand regret de sa saison sera indubitablement Monza. En dépit d'une course jusqu'alors sans éclat, il se trouve soudainement propulsé à la meilleure position pour espérer une victoire grâce à un drapeau rouge déployé alors qu'il ne s'est pas arrêté et lui permet de changer de pneus. En deuxième place derrière un Hamilton qui va devoir effectuer sa pénalité, il manque le second envol dans les grandes largeurs et doit se contenter d'une troisième place au goût un peu amer.

En Turquie, il signe une très belle pole en conditions humides, là encore une de ses forces, et mène longuement la course avant de perdre du terrain puis de se fourvoyer sur le plan stratégique (même si peu de pilotes ont adopté la stratégie gagnante) et surtout de dégringoler dans la hiérarchie en raison de graining. Pour le GP de Sakhir, il perd deux positions importantes au sortir de son arrêt, face à Ocon et Pérez, et montera sur le podium de la victoire de son équipier, là encore avec le sentiment qu'il y avait mieux à faire.

Lire aussi :

Pour faire bonne mesure, faut aussi signaler que le Canadien a été victime d’une certaine malchance avec cinq abandons, dont quatre sur des incidents indépendants de sa volonté : en Autriche, il subit une défaillance moteur alors qu'il est huitième ; au Mugello, il est victime d'une crevaison alors qu'il est quatrième à une quinzaine de tours de la fin ; en Russie, il est accroché par Leclerc alors qu'il est septième après un excellent départ ; à Bahreïn, il est envoyé en tonneau par Kvyat lors du second départ, alors qu'il est 11e.

En résumé, difficile de véritablement savoir sur quel pied danser avec Stroll. Il semble tout autant avoir le potentiel pour signer d'excellents résultats au volant d'une F1 compétitive que le potentiel pour les gâcher, soit en ne sachant pas être au niveau où on pourrait l'attendre en qualifications, soit en ne mettant pas la touche finale à une belle prestation, soit en ne saisissant pas pleinement les occasions qui se présentent.

 

Voir aussi :

Qui sont les nouveaux actionnaires de McLaren en F1 ?

Article précédent

Qui sont les nouveaux actionnaires de McLaren en F1 ?

Article suivant

Hamilton élu Personnalité sportive de l'année en Grande-Bretagne

Hamilton élu Personnalité sportive de l'année en Grande-Bretagne
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lance Stroll
Équipes Racing Point
Auteur Fabien Gaillard
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Formule 1
24 févr. 2021
Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021
Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon Prime

Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon

Apparues en 2003 en Formule 1, les qualifications sur un tour suscitèrent controverse et bricolage absurde. Pourtant, elles auraient pu faire la part belle à quelques principes malheureusement vite oubliés.

Formule 1
21 févr. 2021
Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté Prime

Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté

Alors que Honda s'apprête à quitter la Formule 1 (encore une fois !) fin 2021, retour sur les exploits d'un autre constructeur japonais qui a dépensé trop d'argent, s'est adapté trop lentement, a trop peu accompli et est parti trop tôt à cause d'une crise économique...

Formule 1
20 févr. 2021
Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1 Prime

Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1

AlphaTauri a présenté son AT02, et une nouvelle livrée, avec la volonté de s'installer dans la bataille du milieu de peloton. Même s'il y a peu de pièces totalement nouvelles sur le rendu informatique, quelques indices indiquent sans doute des changements à venir...

Formule 1
19 févr. 2021
Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5 Prime

Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5

Dans son ascension vers la Formule 1, Esteban Ocon a fait une apparition en Formule Renault 3.5 en parallèle de sa campagne victorieuse en F3 Europe. Ses deux meetings dans la discipline n'ont pas été couronnés de succès mais lui ont beaucoup appris.

Formula V8 3.5
18 févr. 2021
Comment Ferrari peut redresser la barre en 2021 Prime

Comment Ferrari peut redresser la barre en 2021

Après avoir menacé Mercedes pour le titre mondial à plusieurs reprises, Ferrari a connu en 2020 une dégringolade inédite depuis le début des années 1990. Il pourrait lui falloir un certain temps pour retrouver le droit chemin.

Formule 1
18 févr. 2021
L'influence de Mercedes sur la McLaren 2021 Prime

L'influence de Mercedes sur la McLaren 2021

McLaren est la première écurie de Formule 1 à montrer son jeu avec une version propulsée par Mercedes de la MCL35 qui a obtenu la troisième place du classement des constructeurs. Mais le moteur n'est pas le seul domaine où McLaren s'est inspiré des Champions en titre.

Formule 1
16 févr. 2021