Sutil - Bianchi : Qui a les arguments pour convaincre ?

La situation est toujours très incertaine chez Force India qui, à moins de trois semaines du premier Grand Prix de la saison, n'a toujours pas officialisé le nom de son deuxième pilote

La situation est toujours très incertaine chez Force India qui, à moins de trois semaines du premier Grand Prix de la saison, n'a toujours pas officialisé le nom de son deuxième pilote.

La seule certitude que nous avons concerne le duel à distance qui oppose Adrian Sutil à Jules Bianchi. Tous deux ont pu disposer d'une journée de roulage à Barcelone la semaine dernière. Un test grandeur nature, mais Force India semble toujours hésiter.

Même si l'aspect financier pèse forcément dans la balance et retarde le choix, voici les critères qui pourraient forcer la décision.

Indéniablement, Adrian Sutil dispose dans ses bagages de l'expérience, avec cinq années complètes derrière lui en Formule 1. Surtout, il a toujours couru chez Force India - précédemment Midland puis Spyker - et connait parfaitement l'environnement de l'équipe. Sur ce point, l'équipe technique l'accueillerait forcément d'un bon œil.

L'Allemand a déjà prouvé par le passé qu'il pouvait terminer régulièrement dans le Top 10 en course. En 2010 et 2011, il a d'ailleurs marqué des points plus d'une fois sur deux.

Par ailleurs, il a démontré qu'il pouvait réaliser quelques coups d'éclat en tirant son épingle du jeu dans des conditions difficiles. Ce fût le cas à Monaco, en 2008, lorsqu'il pointait au quatrième rang avant de renoncer suite à un accrochage causé par Kimi Räikkönen.

Pilote d'essai chez Force India depuis la saison dernière, Jules Bianchi propose lui aussi un profil attrayant. S'il n'a jamais pris part à un Grand Prix, il a déjà accumulé de nombreux kilomètres en essais chez Ferrari et Force India. La saison passée, il a participé à neuf séances du vendredi matin. S'il n'a pas le bagage technique d'un Sutil, lui aussi connaît déjà les méthodes de travail de l'équipe indienne, ce qui faciliterait son adaptation s'il venait à être titularisé. Membre de la Ferrari Driver Academy, le Français dispose d'un fort potentiel si l'on en croit les efforts de la Scuderia pour le garder sous son aile. Mais malgré ce soutien, il lui manque un titre en GP2 (2010 et 2011) ou en Formule Renault 3.5 (2012) pour concrétiser les espoirs placés en lui. C'est peut-être sur le plan mental que Bianchi peut laisser apparaître un véritable point faible, même s'il a aussi su répondre présent dans l'adversité lors de ses duels dans les autres catégories. Finalement, Force India a devant elle un choix sensiblement équivalent dans sa globalité, mais avec deux interprétations. Titulariser Sutil pourrait être considéré comme un pas en arrière, en reconstituant un duo de pilotes identique à 2011 - avec Paul di Resta - tandis que la promotion de Bianchi pourrait être interprétée comme un choix d'avenir.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Paul di Resta , Adrian Sutil , Jules Bianchi
Équipes Force India , Ferrari
Type d'article Actualités