Suzuka, juge de paix des duels Prost-Senna (2/2)

L’épilogue de la saison 1989, bien que moins fair-play que d’autres passes d’armes, fut encore plus rocambolesque que celui de la saison 1988 et mériterait également que Ron Howard, le réalisateur de Rush, s’y intéresse tant cette issue était...

L’épilogue de la saison 1989, bien que moins fair-play que d’autres passes d’armes, fut encore plus rocambolesque que celui de la saison 1988 et mériterait également que Ron Howard, le réalisateur de Rush, s’y intéresse tant cette issue était imprévisible ! Cette fois-ci, c’est Prost qui récoltera les lauriers de champion, non sans polémique, car c’est bien Senna qui allait remporter la course ce jour-là.

Au 47ème tour, et alors que les deux McLaren sont loin devant, le Brésilien tente de prendre la tête à son coéquipier, mais celui-ci referme brutalement la porte. L’accrochage est inévitable. Conscient qu’il vient sans doute de remporter le titre, Prost sort de sa voiture, contrairement à Senna qui, après avoir été poussé par les commissaires, reprend la course, passe par les stands pour remplacer son museau, et remporte finalement l’épreuve. Il sera ensuite disqualifié pour avoir repris la piste via l’échappatoire au lieu de faire un demi-tour, très dangereux à cet endroit. Cette décision fit polémique, car, images à l’appui, on a pu démontrer que des dizaines de pilotes avaient déjà commis cette "infraction" par le passé sans avoir reçu la moindre réprimande.

Mais il était écrit que cette tragédie devait se jouer en trois actes.
Le 21 octobre 1990, la tension est à nouveau à son comble quand se donne le départ de cette avant-dernière épreuve de la saison. Prost, qui a quitté McLaren pour Ferrari doit absolument obtenir un bon résultat pour pouvoir encore rêver du titre. Placé en première ligne derrière son rival, il prend l’avantage au départ mais laisse une petite ouverture à sa droite en rentrant dans la première courbe. Senna s’y engouffre, mais Prost resserre sa trajectoire. Les deux voitures s’accrochent et finissent dans le bac à gravier. Cette fois-ci, c’est Senna qui remporte le titre suite à cet accident.

On ne reverra plus jamais ces deux pilotes à un tel niveau de rivalité, n’ayant plus jamais au même moment une monture capable de gagner le championnat. Les trois années de duel Prost-Senna évoquées brièvement ici marquèrent sans doute pour beaucoup l’âge d’or de la Formule 1. Ces deux pilotes parmi les plus grand nous offraient alors un spectacle jamais vu jusque là. Presque un quart de siècle plus tard, les fans se déchirent toujours sur ces épilogues nippons de 89 et 90. Prost l’a-t-il fait exprès ? Senna était-il trop audacieux ? A qui la faute ?

C’est ce genre de duel qui fait le mythe et la magie de notre sport. C’est également grâce à ces courses que Suzuka a gagné une place incontestable dans le calendrier de la F1.

Dans 20 ans des papys raconteront à leurs petits enfants les exploits de ces héros des temps modernes que tout opposait dans leur combat épique au bout du monde. Il nous reste aujourd’hui à espérer que les modifications techniques en vue pour la saison 2015 nous apporteront des compétitions plus serrées qui mèneront, qui sait à des conclusions aussi extraordinaires que celles évoquées ci-dessus. Nous le saurons très prochainement.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités