Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Comment les jantes ont créé la controverse en F1

L’intensité de la lutte qui oppose Ferrari à Mercedes cette saison signifie que le gain le plus infime peut avoir des répercussions majeures.

Comment les jantes ont créé la controverse en F1

Depuis le début de la saison, les deux écuries n’ont cessé d’apporter des modifications à leurs monoplaces ; ce qui a parfois créé des tensions et de la controverse dans le paddock. La plus récente concerne les roues des Mercedes W09.

Les Mercedes ont souffert durant le Grand Prix des États-Unis à Austin le week-end dernier et ont subi une amère défaite. C’est après l’arrivée qu’on a appris que les orifices perforés dans les jantes, qui créaient la controverse, avaient été bouchés pour la course.

Pour l’écurie Ferrari, les roues munies de ces orifices ne sont rien d'autre qu’un dispositif aérodynamique mobile, donc interdit. La FIA a inspecté les roues en question et s’est déclarée pleinement satisfaite. Toutefois, juste avant le Grand Prix des États-Unis, la FIA a averti Mercedes que Ferrari pouvait déposer réclamation après la course, car la Scuderia exigeait un peu plus d’éclaircissements sur la conformité de ces roues.

Ne voulant pas risquer de gâcher la fête d’un possible couronnement de Lewis Hamilton, Mercedes a préféré modifier ses roues afin de les rendre conformes. Voyons comment ces fameuses roues peuvent peut-être procurer un avantage aux W09.

Jantes et roues de la Mercedes F1 AMG W09

Jantes et roues de la Mercedes F1 AMG W09

Photo de: Giorgio Piola

La première évolution est apparue lors du Grand Prix de Belgique, quand Mercedes a apporté une modification mineure à ses roues arrière.

L’intérieur des roues était tapissé de nervures, ce qui les aidait à agir comme des puits de chaleur. En retour, cela aidait l’air circulant à l’intérieur de la roue à modifier la température de la jante qui affectait la température du pneu.

Mercedes utilisait un tel concept depuis quelques années déjà, mais à cause du faible espace qui existait entre la jante et le tambour de frein, les nervures étaient alors beaucoup plus fines.

La seconde modification a eu lieu à Singapour, quand les roues ont été dotées de petits orifices qui laissent circuler l’air et permettent une meilleure gestion de la température des roues et des pneus.

La présence de ces orifices a attiré l’attention de plusieurs écuries rivales, et notamment celle de Ferrari, qui a qualifié ces roues de dispositifs aérodynamiques mobiles, ce qui est formellement interdit par la réglementation.

Détails de l'issieu soufflant de la Red Bull RB8

Détails de l'issieu soufflant de la Red Bull RB8

Photo de: Giorgio Piola

Pour les ingénieurs italiens, cette solution de Mercedes ressemble fortement à celle de l’essieu soufflant de Red Bull Racing, interdit en 2012. À cette époque, la FIA avait statué qu’il s’agissait bel et bien d’un dispositif aérodynamique mobile, car les orifices logés à l’intérieur de la roue correspondaient à ceux situés sur l’essieu.

La solution de Mercedes est toutefois différente, car l’essieu ne bouge pas et le but visé est surtout de contrôler la température des pneus et non pas d’obtenir un avantage aérodynamique.

Écope de frein arrière de la Mercedes AMG F1 W09

Écope de frein arrière de la Mercedes AMG F1 W09

Photo de: Giorgio Piola

Voyons comment l’air circule entre l’étrier du frein et la jante. Red Bull Racing faisait circuler l’air à l’intérieur de l’essieu creux, tandis que Mercedes souffle l’air par les orifices qui sont disposés entre les goujons de fixation des roues.

Comparaison de l'intérieur de jantes de la Mercedes AMG F1 W09

Comparaison de l'intérieur de jantes de la Mercedes AMG F1 W09

Photo de: Giorgio Piola

La cale qui est généralement fixée à la face interne de la jante a été remplacée par un anneau de diffusion. La surface de cet anneau est perforée de minuscules orifices qui permettent à l’air de pénétrer à l’intérieur de la jante puis de souffler dans la roue en passant par les ouvertures pratiquées en son centre (indiquées par les flèches rouges).

Jantes de roues de la Mercedes F1 AMG

Jantes de roues de la Mercedes F1 AMG

Photo de: Mark Sutton

En comparant l’ancien et le nouveau design de roues, on comprend mieux comment ce dispositif ingénieux peut aider à contrôler le transfert de chaleur.

Mercedes utilise depuis longtemps des rayons de roue creux (flèche rouge), ce qui facilite le déplacement de l’air entre la jante et le pneu et aide à gérer la température.

Cependant, on remarque que conformément à la nouvelle conception des rayons et des nervures extérieures, l'ouverture a été agrandie afin de correspondre aux échancrures qui existent maintenant à l'intérieur de la jante pour ainsi optimiser le transfert de chaleur des nervures (flèche blanche). Avec la proximité des rayons creux, les échancrures sont connectées à la cloison de l’intérieur de la jante.

Ceci devient alors un conduit qui permet une évacuation de la chaleur interne du pneu, ce qui peut améliorer sa performance ainsi que sa longévité.

Les raisons pour lesquelles la FIA a donné son feu vert à cette solution technique n’ont pas été divulguées. Le débat entre Ferrari et Mercedes peut concerner le véritable objectif visé par cette solution.

La FIA avait interdit le concept de Red Bull Racing en 2012, car le but visé était d’améliorer la performance aérodynamique de la voiture. Pour la FIA, il était donc facile de l’interdire en prétextant qu’il s’agissait d’un dispositif aérodynamique mobile.

Dans le cas de Mercedes, il s’agit de mieux contrôler la température des pneus, et que les gains aérodynamiques sont secondaires.

Le flou entourant la légalité d’un tel dispositif a incité Mercedes à être extrêmement prudent à Austin et à modifier ses roues. Il sera intéressant de voir si Mercedes reviendra au design original ce week-end au Mexique.

Les discussions vont se poursuivre entre la FIA et les écuries, car une décision finale doit être prise avant que les équipes ne commencent à investir des sommes d’argent dans la conception de telles roues.

partages
commentaires
Haas F1 s'offre un sponsor titre pour 2019

Article précédent

Haas F1 s'offre un sponsor titre pour 2019

Article suivant

Red Bull : Verstappen "plus fort" après avoir "traversé la tempête"

Red Bull : Verstappen "plus fort" après avoir "traversé la tempête"
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021