Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Technique - La boîte à air de la Toro Rosso

L’affrontement, très médiatisé, qui opposa Red Bull à Renault en 2015 avait fait une victime collatérale, Toro Rosso, laissé sans moteur pour la saison 2016.

La troupe de Franz Tost se tourna alors vers Ferrari, qui n’accepta que de fournir des moteurs 2015 au lieu des dernière évolutions réservées à la Scuderia et aux écuries Sauber et Haas.

Au lieu d’attendre de savoir quelle serait l’issue des divergences entre Red Bull et Renault, Toro Rosso a préféré confirmer son entente avec Ferrari afin de faire progresser la conception de sa voiture 2016. Pour cette raison, la saison ne fut pas aisée et elle peut être divisée en deux étapes.

Il était facile de prédire que les Toro Rosso décrocheraient leurs meilleurs résultats en début de saison, lorsque les choses étaient à peu près égales dans le peloton. Mais par la suite, sachant que l'équipe ne pouvait pas compter sur des évolutions moteur, Toro Rosso a plutôt travaillé pour développer son châssis STR11.

En début d’année, la Toro Rosso était affublée de plusieurs nouveautés aérodynamiques fort intéressantes. Quelques-unes de ces innovations ont ensuite été copiées par d’autres équipes, ce qui démontre que le staff technique de la petite écurie de Faenza est particulièrement talentueux.

Toro Rosso désirait se classer au cinquième rang au classement des constructeurs cette saison. Cela semblait être un objectif ambitieux, mais les choses se compliquèrent sérieusement quand le package aérodynamique B fut introduit en Allemagne et ne donna pas du tout les résultats espérés. Cette configuration B procura bel et bien les gains espérés en appui, mais au prix d’une augmentation beaucoup trop importante de la traînée.

Cette mésaventure mise à part, Toro Rosso a assez bien fait cette saison et peut espérer bien figurer la saison prochaine alors qu’elle retrouvera Renault, son motoriste des années 2014 et 2015. Dans ces circonstances, il est donc tout à fait logique que l’équipe ne désire pas apporter trop de changements à ses voitures. On le note avec cette photo qui montre que l’équipe a conservé un dispositif de refroidissement qui date de l’époque Renault.

La boîte à air est divisée en trois canaux différents. Celui du haut alimente le turbo compresseur en air, tandis que les deux tuyaux en forme de Y inversé, ravitaillent les deux radiateurs d’huile placés de part et d’autre du V6 en air frais. Cette disposition, tout à fait unique à Toro Rosso, semble procurer d’excellents résultats.

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Abu Dhabi
Circuit Yas Marina Circuit
Équipes Toro Rosso
Type d'article Analyse
Topic Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola