Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Technique - Les secrets de la Sauber C37

Alfa Romeo Sauber est la quatrième écurie à avoir présenté sa F1 pour la saison 2018.

Technique - Les secrets de la Sauber C37

On note plusieurs caractéristiques intéressantes sur cette monoplace. Il y a d’abord ces échancrures pratiquées de part et d’autre du museau [1]. Cela ressemble à la solution adoptée sur les Force India depuis 2015 et dont le but est de favoriser l’écoulement de l’air à l’avant de la voiture.

Cette innovation a été permise par l’avancement de l’essieu avant, rendu nécessaire par l’adoption du moteur Ferrari 2018 qui allonge l’empattement.

Sur les côtés du nez, on retrouve la présence d’aubes de contrôle des flux d’air [2]. Ces éléments se retrouvaient déjà chez les deux écuries utilisant le moteur Ferrari l’an dernier, ainsi que sur la Haas 2018.

Il est impossible d’affirmer aujourd’hui si l’entrée d’air du S-duct se situe sous le nez ou si elle est reliée aux échancrures. Cette image montre toutefois ce qui semble être un double évent du S-duct. Un évent est situé à l’avant tandis que l’autre se trouve derrière le logo Pirelli. L’évent avant peut toutefois n’être qu’un panneau convexe qui repousse d’air qui se dirige vers la transition entre le châssis et le museau.

Comme Mercedes et Toro Rosso l'ont fait l’an dernier, Sauber dote sa C37 d’un triangle de suspension avant supérieur surélevé [3]. Cela augmente la plage de réglages et place le triangle à un endroit aérodynamiquement plus efficace.

Sauber innove toutefois avec la présence de générateurs de vortex sur les pattes avant et arrière du triangle afin d’améliorer l’écoulement de l’air. Cela reforme aussi le sillage des pneus avant et l’éloigne des pontons.

Les pontons de la C37 ressemblent beaucoup à ceux vus sur les autres voitures, modifiés par le déplacement de la structure d’impact supérieure, mode inaugurée par Ferrari en 2017. On remarque toutefois que les pontons ont été resserrés verticalement afin de rétrécir les entrées d’air [4].

La Sauber dispose d’un autre entrée d’air au ponton, située au-dessus de la principale et un peu en arrière [5]. Elle se trouve dissimulée par un bec latéral, fixé assez haut sur le bord d’attaque du ponton. Cette entrée d’air supplémentaire ressemble un peu à celle qui se trouvait sur la Benetton B188 (ci-dessous).

Thierry Boutsen, Benetton

Le Halo de la Sauber montre un mini carénage situé à l’intérieur d’une mince zone de 20 mm située tout autour. C’est la première écurie à dévoiler cette solution technique.

Le carénage possède deux éléments ailés, destinés à réaligner les flux d’air perturbés par la présence de cette structure tubulaire. 

Analyse technique de la Sauber C37

La boîte à air 2017 a été conservée [7]. Elle dispose encore de canaux distincts. Le plus gros alimente le moteur en air frais et est placé un peu en retrait afin de profiter des flux d’air déviés par le carénage du Halo.

L’aileron de requin a disparu et a été remplacé par un capot moteur raccourci [8], semblable à celui vu et testé par l’équipe suisse à la fin de la saison passée.

On note aussi une autre ouïe supplémentaire, qui fut utilisée à quelques reprises l’an dernier par Sauber afin de mieux refroidir les organes internes situés sous la carrosserie.

Sauber a travaillé avec OZ afin de fabriquer des roues uniques pour 2018. Ces roues permettraient de faciliter le passage de l’air ainsi qu'un échange de chaleur plus efficace entre la roue et le pneu. La roue arrière ressemble à celle conçue pour équiper la Red Bull RB13 de 2017, caractérisée par des rainures [9] qui agissent comme un puit de chaleur.

Durant la saison 2017, Mercedes et Ferrari ont fixé des ailettes en forme de bec de canard sur la structure d’impact arrière. Sauber a repris cette solution [10] afin de soulever le jet d’échappement.

Comme ce sera le cas avec les autres monoplaces, plusieurs éléments seront changés et modifiés dès les premiers essais en piste afin de valider un grand nombre de solutions techniques.

partages
commentaires
Pas de présentation avant Barcelone pour Force India
Article précédent

Pas de présentation avant Barcelone pour Force India

Article suivant

Kubica était convaincu d'être au départ du GP d'Australie

Kubica était convaincu d'être au départ du GP d'Australie
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Formule 1
27 oct. 2021
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021