Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
29 jours
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
35 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
43 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
63 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
71 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
85 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
92 jours
Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Technique - Ce que l'on a vu dans les stands à Barcelone

partages
commentaires
Technique - Ce que l'on a vu dans les stands à Barcelone
Par :
Co-auteur: Matthew Somerfield
19 févr. 2020 à 16:35

Giorgio Piola et Sutton Images vous plongent dans les détails techniques des nouvelles F1 à l'occasion de la première journée d'essais hivernaux à Barcelone.

Utilisez les flèches ci-dessous pour passer d'une photo à l'autre.

Diapo
Liste

La Williams FW43 dans son box

La Williams FW43 dans son box
1/25

Photo de: Franco Nugnes

Ce cliché pris à l'ouverture des portes du garage Williams permet de découvrir la suspension avant et le châssis de la FW43.

Les freins avant de la Ferrari SF1000

Les freins avant de la Ferrari SF1000
2/25

Photo de: Giorgio Piola

Ferrari a modifié le tambour de frein pour 2020, cherchant à faire circuler davantage d'air au niveau de la roue. Il s'agit bien sûr d'une décision dictée par un besoin aérodynamique et non pour améliorer le refroidissement des freins, alors que l'écurie tente de recréer le niveau de performance qu'il y avait avant l'interdiction des essieux soufflés.

Les freins avant de la Red Bull RB16

Les freins avant de la Red Bull RB16
3/25

Photo de: Giorgio Piola

Red Bull est en quête de gains de performance similaires à ce niveau et a installé une importante ouverture afin de capturer le flux d'air et le distribuer non seulement vers les éléments qui composent les freins, mais aussi à travers la roue pour affecter le sillage créé par le pneu.

Vue détaillée à l'arrière de la Red Bull RB16

Vue détaillée à l'arrière de la Red Bull RB16
4/25

Photo de: Giorgio Piola

Toujours chez Red Bull, on se rend aisément compte du travail fourni à l'arrière pour améliorer les propriétés aérodynamiques du tambour de frein arrière : on trouve deux ouvertures connectées à la principale fente verticale et au tambour. On remarque aussi des petites saillies en forme d'ampoule qui redirigent le flux d'air perdu.

Les freins arrière de la Mercedes W11

Les freins arrière de la Mercedes W11
5/25

Photo de: Giorgio Piola

Dans ce même domaine, Mercedes a poussé un peu plus loin des concepts déjà explorés la saison dernière. Le principal est le prolongement du montant supérieur de la suspension afin d'alimenter en flux d'air l'espace situé entre le tambour et la jante. Cela permet de refroidir la surface de la jante et ainsi affecter la température du pneu.

Les freins avant de la Racing Point RP20

Les freins avant de la Racing Point RP20
6/25

Photo de: Giorgio Piola

S'il n'y avait pas la couleur rose et le logo BWT, vous pourriez confondre cet agencement avec celui d'une Mercedes, tant les similitudes sont nombreuses. Racing Point va même jusqu'à utiliser les générateurs de vortex que Mercedes avait introduit au Japon l'an dernier.

Les pontons de la Mercedes W11

Les pontons de la Mercedes W11
7/25

Photo de: Giorgio Piola

Ce cliché permet de découvrir un trou qui fait office de solution a priori temporaire afin de refroidir les éléments électroniques situés dans le ponton.

Esteban Ocon dans la Renault R.S.20

Esteban Ocon dans la Renault R.S.20
8/25

Photo de: Giorgio Piola

Cette photo de la R.S.20 dans son garage et sans capot moteur est rendue possible par l'interdiction faite aux équipes de dissimuler leur travail durant les essais hivernaux. Cela nous permet de découvrir de plus près l'architecture de l'unité de puissance Renault et de tout ce qui y est associé, notamment pour assurer son refroidissement.

Valtteri Bottas au volant de la Mercedes W11

Valtteri Bottas au volant de la Mercedes W11
9/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Deux grilles bardées de sondes de Kiel montées derrières les roues avant lors des premiers tours de roue. Elles sont utilisées pour récolter les données liées au flux d'air et apportent aux ingénieurs une vision claire de cet aspect, leur permettant de vérifier le fonctionnement attendu de plusieurs éléments.

Esteban Ocon au volant de la Renault R.S.20

Esteban Ocon au volant de la Renault R.S.20
10/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

La Renault R.S.20 avec des capteurs similaires mais beaucoup moins visibles, montés en bas derrière la roue avant afin de mesurer le sillage créé par le pneu et son incidence sur le vortex Y250.

L'avant de la Renault R.S.20

L'avant de la Renault R.S.20
11/25

Photo de: Giorgio Piola

La Renault R.S.20 possède un nez beaucoup plus étroit que sa devancière, doté d'une large cap en-dessous. On découvre aussi une ouverture située beaucoup plus bas afin d'améliorer le flux d'air dans cette zone.

Carlos Sainz au volant de la McLaren MCL35

Carlos Sainz au volant de la McLaren MCL35
12/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

McLaren a utilisé de la peinture de visualisation pour vérifier la corrélation entre les données de l'usine et la piste. Cette peinture verte, ici répandue à l'arrière de la monoplace, permet aux ingénieurs de mieux comprendre le fonctionnement aérodynamique en piste.

George Russell au volant de la Williams FW43

George Russell au volant de la Williams FW43
13/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

George Russell au volant de la Williams FW43, là aussi affublée de sondes de Kiel.

Carlos Sainz au volant de la McLaren MCL35

Carlos Sainz au volant de la McLaren MCL35
14/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

La MCL35 avec deux éléments très visibles de part et d'autres de la boîte à air : ils embarquent des caméras supplémentaires qui prennent des images thermiques de pneus et permettent de mieux comprendre leur comportement sur la durée d'un relais.

Sergio Perez au volant de la Racing Point RP20

Sergio Perez au volant de la Racing Point RP20
15/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Racing Point utilise le même procédé, avec des éléments davantage en forme de bulle.

Charles Leclerc au volant de la Ferrari SF1000

Charles Leclerc au volant de la Ferrari SF1000
16/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Ferrari a également eu recours à la peinture de visualisation sur l'aileron arrière. On la voit ici en vert sur le plan principal.

Esteban Ocon à bord de la Renault R.S.20

Esteban Ocon à bord de la Renault R.S.20
17/25

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Ce plan serré sur Esteban Ocon et la Renault R.S.20, dépourvue de son capot moteur, offre une excellente vue sur le longeron latéral, situé comme pour quasiment toutes les équipes dans une position plus basse et plus avancée qu'auparavant. L'élément en vert est simplement utilisé pour soutenir le rétroviseur lorsque la carrosserie est démontée.

Daniil Kvyat au volant de l'AlphaTauri AT01

Daniil Kvyat au volant de l'AlphaTauri AT01
18/25

Photo de: Andy Hone / Motorsport Images

Cette vue arrière de l'AlphaTauri AT01 donne une bonne indication du resserrement des pontons ainsi que des différents appendices aérodynamiques à ce niveau.

Robert Kubica au volant de l'Alfa Romeo Racing C39

Robert Kubica au volant de l'Alfa Romeo Racing C39
19/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Cette photo de profil de l'Alfa Romeo C39 permet d'observer les déflecteurs, dont les éléments verticaux sont plus étroits qu'auparavant. On retrouve aussi deux éléments horizontaux aux allures de store vénitien.

Max Verstappen au volant de la Red Bull RB16

Max Verstappen au volant de la Red Bull RB16
20/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Une vue arrière de la Red Bull RB16 qui permet de constater à quel point la suspension est haute. On découvre également la disposition "Mickey mouse" des échappements.

Sergio Perez au volant de la Racing Point RP20

Sergio Perez au volant de la Racing Point RP20
21/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Cette vue de profil de la RP20 nous permet de mieux observer l'une des deux caméras infrarouges fixées de part et d'autre de la boîte à air.

Kevin Magnussen au volant de la Haas VF-20

Kevin Magnussen au volant de la Haas VF-20
22/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Voici une très bonne illustration du travail de corrélation mené par les écuries, même en l'absence d'imposantes grilles de capteur ou de peinture de visualisation. Ici, on remarque la présence de sonds de Kiel sur le fond plat de la Haas VF-20.

Carlos Sainz au volant de la McLaren MCL35

Carlos Sainz au volant de la McLaren MCL35
23/25

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

On retrouve ici la peinture de visualisation sur la McLaren MCL35, cette fois au niveau des bargeboards et des pontons.

Vue détaillée à l'avant de la Red Bull RB16

Vue détaillée à l'avant de la Red Bull RB16
24/25

Photo de: Giorgio Piola

Ce cliché permet d'observer plus en détail comment est packagée la suspension avant de la Red Bull RB16. Il donne aussi une idée du travail réalisé afin de faire de la place pour le conduit visant à alimenter le S-duct.

L'avant de la Red Bull RB16

L'avant de la Red Bull RB16
25/25

Photo de: Giorgio Piola

Une autre vue de face, cette fois avec le panneau cosmétique en place. On note une ancienne approche qui est remise au goût du jour sur la RB16 : le collecteur d'air sous le châssis pour refroidir les éléments électroniques.

Lire aussi :

Article suivant
Toutes les Alfa Romeo de l'Histoire de la F1

Article précédent

Toutes les Alfa Romeo de l'Histoire de la F1

Article suivant

Barcelone, J1 - Mercedes aligne les tours, Ferrari discret

Barcelone, J1 - Mercedes aligne les tours, Ferrari discret
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement Essais de Barcelone I
Catégorie Mercredi
Auteur Giorgio Piola