Tests Pirelli - Mercedes, Ferrari et Red Bull en tireront un avantage "énorme"

partages
commentaires
Tests Pirelli - Mercedes, Ferrari et Red Bull en tireront un avantage
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
13 juil. 2016 à 12:43

Selon Pat Symonds, le directeur technique de Williams, Mercedes, Ferrari et Red Bull auront un avantage "énorme" pour 2017 grâce à leur implication dans les tests de Pirelli en vue de la saison prochaine.

Pat Symonds, directeur technique Williams
Comparaison des pneus Pirelli 2016/2017
Pirelli dévoile une maquette de ce à quoi pourrait ressembler une monoplace de Formule 1 en 2017, avec les nouveaux pneus
Pirelli dévoile ce à quoi pourrait ressembler une F1 de 2017 : Mario Isola, Directeur de la Compétition de Pirelli avec Gene Haas, Président de Haas Automotion et Maurizio Arrivabene, Team Principal de Ferrari
Détails des pneus Pirelli 2017
Détails des pneus Pirelli 2017
Détails des pneus Pirelli 2017
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Mario Isola, manager de Pirelli Racing (à g.) et Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport (à d.)
La voiture de Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 dans le parc fermé
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid

Les trois écuries sont au cœur du programme de tests du manufacturier italien pour préparer ses pneus aux nouveautés du Règlement Technique de la saison à venir, notamment l’augmentation de leur largeur, en simulant des niveaux d’appui aérodynamique similaires à ceux de 2017.

Cependant, pour ne pas bénéficier d’un avantage excessif, l’ensemble des données récoltées lors de ces essais devra être partagé avec les autres écuries du paddock. Mais pour Pat Symonds, faire ces essais va tout de même permettre à Mercedes, Red Bull et Ferrari de tirer des avantages.

"Je pense que c’est un énorme avantage et je pense que c’est quelque chose que nous devons considérer. Même lors de ces courts essais à l’aveugle, il y a toujours l’avantage que les commentaires que vous faites orientent la direction des pneus."

"Je pense que, quand Lotus utilisait la voiture de test de Pirelli, ils sont passés par une période un peu froide, et je suis sûr que ce n’était pas cela qu’ils disaient, ‘faites les pneus comme ça, faites les pneus comme ci’."

"Ce qu’ils faisaient, ils testaient le pneu et disaient 'j’aime celui-ci et je n’aime pas celui-là’. Sur la base de cela, Pirelli disait ‘OK, nous aimerions avancer avec celui-ci’. Maintenant, une autre équipe aurait pu dire ‘en fait, nous préférions l’autre chemin’ et alors il y aurait eu plus de discussion. Je pense que ceux qui font les tests ont cet avantage."

Le choix des pneus

Symonds pense que le plus gros avantage des équipes concernera le moment du choix des allocations pneumatiques pour les premières courses de la saison 2017, qui aura lieu avant le début des essais hivernaux. 

"Je pense que ce qui est vraiment inhabituel à ce stade, et c'est vraiment quelque chose dont nous devons discuter, est que nous avons maintenant à choisir nos propres pneus. Nous devons faire cette commande de pneus très, très tôt, donc nos deux premières commandes de pneus - et j’imagine un calendrier similaire à actuellement - auront lieu avant Noël."

"Nous débuterons les tests en février, je pense que nous devrons choisir des pneus pour six courses. Nous ne les aurons jamais vus ! Nous ne les aurons jamais eus sur la voiture, nous ne saurons rien d’eux."

"Donc, actuellement, même si je pense que la règle qui nous permet de choisir les pneus est vraiment bonne et que ça a pimenté la course, je pense que, si cette règle est en place pour la première moitié de la saison prochaine, l’avantage que Ferrari, Mercedes et Red Bull peuvent avoir est vraiment énorme."

"Je ne veux pas abandonner la règle, parce qu’elle est bonne, mais savoir que toutes les équipes ne peuvent pas se permettre de faire les tests... pour atténuer cela un petit peu, je pense vraiment que nous devons faire quelque chose."

Limitation des coûts

Williams était en lice pour mener des tests avec Pirelli mais finalement, la structure de Grove n’a pas pu prendre part à un tel projet. "Nous avons fait beaucoup de travail de design, mais nous ne pouvions pas avoir une totale clarté sur ce qu’était le régime de test et, quand nous avons commencé à l’obtenir, à en calculer les coûts, nous ne pouvions simplement pas nous le permettre. C’est trop cher pour une équipe comme nous."

"Pirelli paye une somme, mais ne couvre pas tous les coûts, donc nous ne pouvons simplement pas nous le permettre. Et ce n’est pas une super chose pour le sport, n’est-ce pas ? Que vous puissiez en savoir plus concernant les pneus, mais seulement si vous avez assez d’argent pour le faire."

Avec Jonathan Noble

Article suivant
Ocon en tête à la mi-journée à Silverstone

Article précédent

Ocon en tête à la mi-journée à Silverstone

Article suivant

Technique - Les nouveautés chez Ferrari, Williams, McLaren et Sauber

Technique - Les nouveautés chez Ferrari, Williams, McLaren et Sauber
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités