Formule 1 2017

Tests pneus 2017 : ça coince entre les équipes et Pirelli

Les équipes de F1 sont coincées dans un débat avec Pirelli et la FIA concernant la logistique des tests en cours de saison prochaine.

Les règles autorisent 25 journées individuelles (une journée = une seule voiture en piste) de tests à disperser tout au long de la saison et entre les équipes. Cependant, le calendrier provisoire suggéré par le manufacturier et discuté au Brésil n’était pas acceptable pour les équipes.

Elles ont mis en avant les problèmes logistiques associés au voyage des voitures et du personnel entre les courses hors Europe, et le fait que des pièces de rechange et des unités de puissance supplémentaires seront peu nombreuses en début d’année.

Pirelli veut rouler sur le plus de circuits possible, y compris en dehors de l’Europe dans la dernière partie de la saison. La FIA devra accepter les tests hors Europe, alors que la FOM devra aussi retarder son service de fret vers les manches suivantes pour attendre l’équipe qui fait les tests.

Austin et Sepang ont été mentionnés comme de potentielles destinations, mais les équipes mettent en avant le fait que certains circuits ne seront pas disponibles ou praticables, citant notamment des problèmes de sécurité à Interlagos, en dehors du week-end de Grand Prix surprotégé.

Une seule voiture par journée

Les écuries ont aussi suggéré que, pour des raisons pratiques, les journées pourraient être combinées : par exemple, trois voitures qui roulent le même jour compteraient comme trois journées. Cependant, Pirelli veut que les équipes roulent seules, pour s'assurer que les journées et donc le développement pneumatique puissent être effectués tout au long de la saison.

"Évidemment, nous comprenons que dans un calendrier de 21 courses, il n’est pas simple de trouver un moyen d’organiser cela", déclare le directeur technique de Pirelli, Mario Isola à Motorsport.com. "Donc il y a une discussion avec les équipes pour trouver un plan qui est bon pour elles, et bon pour nous. Je pense comprendre qu’au début elles peuvent ne pas avoir beaucoup de pièces de rechange, mais je ne pense pas que ce soit un vrai problème."

"Il nous faut différents circuits parce que nous avons besoin de rouler sur des circuits très exigeants ou peu exigeants [avec les pneus]. Il faut quelques séances qui sont consacrées aux pneus pluie et intermédiaires, donc bien sûr nous avons besoin de trouver des circuits où nous pouvons détremper la piste. Donc nous avons un plan de développement qui couvre six ou sept mois."

Isola est inflexible sur le fait que Pirelli veut effectuer des journées de test avec une seule voiture : "Je peux comprendre l’argument que si vous faites rouler plus d’une voiture, vous avez plus de retours. Mais nous préférons une voiture, car ensuite nous pouvons aussi tester la même solution plus d’une fois, sur différentes voitures et différents circuits."

Des discussions sont aussi en cours concernant la façon dont les 25 journées seront partagées entre 11 équipes, avec le problème évident que si chaque équipe utilise deux journées, il faudra trouver un moyen de répartir les trois journées restantes, si Pirelli décide d’utiliser la pleine allocation. La firme de Milan pourrait choisir d’utiliser 22 journées pour assurer l’égalité ; les tests avec des mulets cette année ont duré 24 jours, afin que les trois équipes impliquées puissent avoir huit jour chacune.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags mario isola, pirelli, pneumatiques, pneus, tests
Topic Formule 1 2017