Theissen a cru que le pari de Heidfeld ne serait pas payant

Alors qu'il occupait la septième place à quelques tours de la fin du Grand Prix de Belgique, Nick Heidfeld a décidé de chausser des intermédiaires dès que la pluie a fait son apparition

Alors qu'il occupait la septième place à quelques tours de la fin du Grand Prix de Belgique, Nick Heidfeld a décidé de chausser des intermédiaires dès que la pluie a fait son apparition.

Le pari a finalement été payant puisque l'allemand a ainsi pu remonter sur ses adversaires et franchir la ligne d'arrivée en troisième position, derrière Lewis Hamilton et Felipe Massa.

Mario Theissen, patron de l'écurie BMW Sauber, pensait pourtant que ce changement de pneumatiques ne porterait pas ses fruits et qu'il aurait fallu l'anticiper davantage.

"J'ai pensé que c'était déjà trop tard, mais ça valait le coup de prendre le risque parce que nous n'avions que deux points, donc dans cette situation on peut tenter le coup. Et finalement ça s'est avéré être le bon choix."

"Je n'ai pas regardé les écrans de télévision dans le dernier tour, seulement l'écran indiquant les positions parce qu'il dépassait les voitures les unes après les autres."

Par ailleurs, Theissen reconnaît avoir laissé Nick Heidfeld et son ingénieur prendre seuls la décision de repasser par les stands pour changer de pneumatiques.

"Vous avez besoin de deux personnes. Il faut un pilote qui doit dire ce qu'il ressent et ce qu'il pense être le mieux, et à la fin c'est à lui de décider. Mais ensuite l'ingénieur de course a une vue d'ensemble de ce que font les autres et des difficultés qu'ils rencontrent, et seul l'ingénieur de course peut juger s'il est possible de combler 25 secondes en deux tours."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Nick Heidfeld , Lewis Hamilton , Felipe Massa , Mario Theissen
Équipes Sauber
Type d'article Actualités