Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
33 jours
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
61 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
89 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
96 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
110 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
117 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
130 jours
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
152 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
166 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
180 jours

Todt compare l'ère Schumacher à l'époque récente de Ferrari

partages
commentaires
Todt compare l'ère Schumacher à l'époque récente de Ferrari
Par :
21 mai 2020 à 10:32

Interrogé sur ce qui fait la différence entre une équipe Ferrari au sommet comme celle de son époque avec Michael Schumacher, et la Scuderia qui n'a pas gagné un titre en 13 ans, Jean Todt juge qu'il s'agit surtout de l'unité du team.

Depuis les cinq titres mondiaux enchaînés par Michael Schumacher et Ferrari entre 2000 et 2004, avec une couronne supplémentaire chez les constructeurs pour la Scuderia en 1999, l'équipe italienne n'a remporté qu'un titre, en 2007, avec Kimi Räikkönen. Depuis, Fernando Alonso a été vice-Champion du monde à deux reprises pour une poignée de points, en 2010 et 2012, tandis que Sebastian Vettel s'est battu avec Lewis Hamilton en 2017 et 2018, s'effondrant finalement en fin de saison à chaque fois, pour terminer lui aussi vice-Champion du monde à deux reprises en rouge. 

"Sebastian Vettel est l'un des plus grands talents en sport automobile. Une annonce a été faite, révélant qu'il ne courra pas pour l'équipe après 2020. Il y a beaucoup d'autres opportunités. Nous ne pouvons que lui souhaiter le meilleur, et je le pense. Quel que soit son recruteur, il sera très chanceux", défend Jean Todt, interrogé par Sky Sports F1, et qui se lance à un pronostic pour le futur. "Peut-être qu'il fera un bon président de la FIA à l'avenir. On ne sait jamais."

Lire aussi :

Vettel et Alonso se sont cassé les dents sur le défi Ferrari, ne parvenant pas à aller chercher la couronne mondiale en cinq saisons chacun. Amené à juger ce qui différencie cette Scuderia de celle qu'il dirigeait à l'époque avec Michael Schumacher, et qui a enchaîné les titres mondiaux, Jean Todt se veut très clair sur un point : ce n'est pas la faute des pilotes.

"Les résultats, bons ou mauvais, peuvent s'expliquer. Ensemble, avec Michael et toute l'équipe chez Ferrari, nous avions autant de succès car nous avions une équipe très unie et forte, dans laquelle tout le monde soutenait les autres, surtout dans les moments difficiles, plutôt que dans les bons moments. Il est facile d'être ensemble quand tout va bien. C'est dans une mer déchaînée que vous reconnaissez un bon navigateur, donc quand nous étions dans cette mer déchaînée, nous étions tous dans le même bateau. Je parle de bateaux mais il est question de voitures, évidemment."

La F1 va subir de nombreuses mutations cette année et durant les prochaines, et son calendrier entièrement revu, compact, et dynamique pourrait offrir une année de F1 très intéressante, même si Todt préfère attendre que l'exercice 2020 soit terminé pour juger : "J'ai vraiment hâte que la saison débute. La priorité est de s'assurer que tout le monde soit en sécurité. La santé et la sécurité sont une priorité au-dessus de tout. Et je serai ravi de répondre à votre question à la mi-décembre 2020."

Voir aussi :

Article suivant
Le jeu F1 2020 dévoile un tour du circuit de Monaco

Article précédent

Le jeu F1 2020 dévoile un tour du circuit de Monaco

Article suivant

Les doutes s'accumulent pour le GP des États-Unis

Les doutes s'accumulent pour le GP des États-Unis
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Emmanuel Touzot