Todt - Pas de moteur standard si le prix des moteurs actuels baisse

partages
commentaires
Todt - Pas de moteur standard si le prix des moteurs actuels baisse
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
Traduit par: Fabien Gaillard
4 nov. 2015 à 17:30

Une concession de la part des motoristes de la Formule 1 pour offrir des moteurs moins chers aux petites équipes suffirait à écarter le projet d’une unité de puissance standardisée, a indiqué Jean Todt, le Président de la FIA.

Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T au départ
Jean Todt, Président de la FIA avec Matteo Bonciani, délégué médias de la FIA sur la grille
Sebastian Vettel, Scuderia Ferrari
Jean Todt et Christian Horner
Départ : Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06 mène

La FIA veut avancer concernant son projet de trouver un fournisseur de moteur indépendant pour 2017, ce qui garantirait à toutes les structures l’accès à une unité de puissance abordable si nécessaire.

Si l’idée obtient le soutien de toutes les parties prenantes, Todt espère une mise en concurrence afin de trouver un fournisseur pour un moteur qui coûterait 5,5 à 6,5 millions d'euros par saison.

Cependant, avec le scepticisme des équipes sur les dangers qui pourraient survenir s’il y avait deux types de moteurs en F1, il reste de nombreux obstacles à franchir avant que cela devienne réalité.

Todt a précisé que, malgré tout, si les motoristes actuels de la F1 baissaient le prix de leurs accords de fourniture à 11 millions d'euros, il sera heureux d’abandonner complètement l’idée d’un moteur indépendant.

"Je considère que 11 millions d'euros, même si c’est encore beaucoup d’argent, c’est un chiffre acceptable à mon avis," a-t-il déclaré. "Je ne suis pas responsable du suivi des budgets des motoristes. Mais je pense que c’est un chiffre juste et que c’est quelque chose qui devrait aussi être acceptable pour les clients."

Ferrari a récemment opposé son veto à un changement règlementaire visant à limiter le prix que les clients peuvent payer pour des moteurs à 11 millions d'euros. L’écurie expliquait qu’une telle règle porterait atteinte à ses intérêts commerciaux en tant que fournisseur de moteur.

Prochain article Formule 1
Haas aurait choisi Magnussen si Grosjean n'était pas venu

Article précédent

Haas aurait choisi Magnussen si Grosjean n'était pas venu

Article suivant

Horner - Donner un droit de veto à Ferrari était "plus sûr" pour la F1

Horner - Donner un droit de veto à Ferrari était "plus sûr" pour la F1

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités