ToileF1 Award : Meilleure Progression de l’année

Il est de coutume à chaque intersaison que les équipes se lancent dans des pronostiques et des objectifs pour la saison à venir

Il est de coutume à chaque intersaison que les équipes se lancent dans des pronostiques et des objectifs pour la saison à venir. Cette année, Fernando Alonso avait tablé sur une " probabilité de sept sur dix pour redevenir champion".

Les ténors des années précédentes étaient bien loin des meilleurs au début de la saison mais McLaren a réussi à retrouver le chemin de la victoire tandis que Force India inscrivait ses premiers points à Spa-Francorchamps. Mais quelle a été la meilleure progression de l'année selon les rédacteurs ?

- Gregory Demoen : L'équipe Red Bull Racing a réalisé à mes yeux la meilleure progression cette année, même si au final, les deux titres mondiaux lui ont échappé. Elle n'en reste pas moins une équipe très compétitive à présent, grâce au génie de l'ingénieur à succès qu'est Adrian Newey.

- Thomas Criqui : On attendait les top teams mais aucune n’était au rendez-vous en début de saison. Ferrari et surtout Renault n’ont jamais vraiment réussi à élever leur niveau, ce qui n’est pas le cas de BMW-Sauber ou de McLaren. Mais c’est bien la seconde qui a été la plus impressionnante. Car après des essais hivernaux très inquiétants et un début de saison catastrophique, les flèches d’argent se sont montrées dans les rétroviseurs des Brawn et autres Red Bull, pour au final s’emparer de la troisième place du championnat constructeur, très logiquement.

- Ludovic Bernard : Là aussi, aucune hésitation, il s’agit pour moi de McLaren-Mercedes. Complètement à la rue en début de saison, c’est parmi les meilleurs qu’elle a fini la saison. Il faut tout de même se rappeler que la MP4-24 était inférieure à la Ferrari sur les premiers Grands Prix. En deuxième partie de saison, c’est l’inverse que l’on a observé. McLaren-Mercedes a donc fait preuve d’une incroyable motivation et a montré qu’elle restait l’une des plus grandes équipes du plateau.

- Julien Delfosse : McLaren. On ne donnait pas cher de la peau de McLaren et de Lewis Hamilton en début de saison. Les essais privés menés par l’écurie de Woking étaient catastrophiques et bien loin des meilleurs, trop loin pour le champion du monde 2008, Lewis Hamilton. La saison a débuté par le mensonge de Lewis Hamilton à Melbourne ce qui a eu pour conséquence la mise à l’écart de Ron Dennis et le licenciement de Davey Ryan. Mais l’écurie britannique ne s’est pas laissée abattre et à redresser la barre jusqu’à devenir la première équipe à s’imposer avec le KERS en Hongrie. Suivent une seconde victoire à Singapour et l’obtention de la troisième place au championnat constructeur. En développant sa monoplace jusqu’au terme de la saison, McLaren est parvenu à revenir au niveau de Brawn GP et de Red Bull Renault mais la saison s’est achevée sur une petite déception avec le premier abandon sur casse mécanique de Lewis Hamilton sur une McLaren.

- Dorian Reversé : Au fond du gouffre en début de saison, avec une voiture rétive malgré un pilote très talentueux en la personne de Lewis Hamilton, McLaren Mercedes signe la meilleure progression de la saison. Alors que l’écurie se battait pour essayer de marquer quelques points en début de saison, elle termine au final troisième du championnat avec deux victoires de son pilote britannique.

- Thierry Prulhière : Le changement de règlementation a provoqué un véritable cataclysme dans la hiérarchie du plateau. Larguée lors des essais d’intersaison, l’écurie McLaren ne donnait pas de signe positif et semblait même perdue à l’approche du premier grand-prix. Réduite à recouvrir ses voitures d’un fluide vert pour comprendre le fonctionnement aérodynamique des MP4-24, prise dans un nouveau scandale dès le grand prix d’Australie, McLaren a courbé l’échine. Elle a travaillé minutieusement et méthodiquement, se permettant même le luxe d’aligner des châssis aux empattements différents. Une approche autrement plus payante que celle de Ferrari qui n’a su que cacher la misère derrière le coup de volant de Räikkönen. Régulièrement abonnée aux podiums dans la deuxième partie de saison, McLaren a aussi été l’écurie ayant su tirer le meilleur parti du KERS.

- Thibault Hallouin : Sans conteste, McLaren Mercedes a prouvé sa capacité à redresser la barre au cours d'une saison. Barbotant dans le milieu de peloton en début de saison, l'équipe a su devenir un arbitre de choix dans la lutte pour le titre pilote. Dès la Hongrie et la victoire d'Hamilton, l'équipe a pris de gros points que Sebastian Vettel aurait bien aimer avoir à son compteur. L'équipe a su persister à utiliser le KERS, ce qui au final a été un atout pour eux sur de nombreux circuits.

- Benoît Fraikin : McLaren. La MP4/24 était ratée, au moins autant voire plus que la F60, mais les gris ont réussi à revenir sur le devant du peloton pour réaliser des belles performances.

Verdict :
Avec sept voix sur huit possibles, McLaren-Mercedes remporte haut la main l'Award de la meilleure progression de l'année. Au milieu de nulle part durant les essais hivernaux, l'équipe a su redresser la barre et remonter sur la plus haute marche du podium par deux fois grâce au talent de Lewis Hamilton.

Classement :
- McLaren-Mercedes : 7 votes
- Red Bull Racing : 1 vote

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Sebastian Vettel , Adrian Newey
Équipes Red Bull Racing , McLaren , Mercedes , Sauber , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités