Top 10 - Les meilleurs pilotes F1 en 2016 (2/2)

partages
commentaires
Top 10 - Les meilleurs pilotes F1 en 2016 (2/2)
Traduit par: Benjamin Vinel
11 déc. 2016 à 11:00

Le panel international de Motorsport.com s'est prononcé ! Voici notre top 5 des meilleurs pilotes de l'année en Formule 1.

5.  Carlos Sainz

Toro Rosso, 12e

JN : Dégoûté d'avoir été devancé par Max Verstappen pour le baquet Red Bull, Carlos Sainz a simplement élevé son niveau de jeu, signant des performances d'exception qui auraient pu inclure un podium à Monaco. Il mérite une meilleure voiture en 2017.

PE : Il est toujours difficile se faire remarquer pour les pilotes qui ne se battent pas à l'avant du peloton, mais Sainz a connu une excellente saison en termes de performance, montrant les qualités d'une Toro Rosso à la peine en ligne droite sur tous les circuits de la saison. Il méritait de meilleurs résultats que ce dont sa voiture était capable, et espérera que cela soit différent en 2017.

GN : Que Sainz n'ait pas obtenu un volant au sein d'une équipe de pointe pour 2017 n'est pas surprenant, vu le verrouillage rapide du marché des transferts, mais les directeurs d'équipe connaissent sa valeur. Contrairement à Kvyat, Sainz n'a pas montré le moindre signe de découragement après la promotion de Verstappen chez Red Bull, bien qu'il sache que cette porte lui est désormais fermée pour un moment. C'est un pilote de milieu de grille très fiable en termes de résultats.

Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso

4.  Nico Rosberg

Mercedes, Champion (9 victoires)

OK : Ses quatre dernières courses n'ont pas été si impressionnantes, mais il est inutile de débattre de ce qui se serait passé si Lewis n'avait pas eu tous les problèmes qu'il a eus cette saison. En fin de compte, Rosberg a fait le nécessaire pour remporter le titre, et nous avons vraiment vu son meilleur niveau cette année. C'est un champion méritant, sans le moindre doute.

AVL : Le moment crucial de la saison de Rosberg est celui où il n'a pas sombré lorsque Hamilton est revenu en force dans la lutte pour le titre, à la mi-saison. Cette série de la Belgique au Japon a été impressionnante, tout comme sa résistance à la pression pour remporter le titre à Abu Dhabi. Certes, Hamilton a peut-être été un peu malchanceux en 2016, mais cela ne veut pas dire que Rosberg ne mérite pas d'être champion du monde. C'était simplement son année.

JN : Il a fait tout ce qu'il fallait cette saison pour réaliser sa meilleure campagne, mais même lui a reconnu que le "vrai Rosberg" n'était pas présent lors des dernières courses, assailli par la pression de la lutte pour le titre. Au final, c'est ce qui a conduit à sa retraite.

PE : Il est inutile de débattre du mérite de Rosberg quant au titre. Il est champion, et le mérite. L'Allemand a saisi toutes les opportunités qui se sont présentées, et a été meilleur que Hamilton lors de certaines courses comme le Grand Prix d'Europe. Cela dit, on serait tenté de penser qu'au moins quatre autres pilotes auraient gagné le titre s'ils avaient été dans la situation de Rosberg.

VK : La domination de la Mercedes W07 a assuré que Rosberg remporte quelques courses, mais cela a fait de lui le seul espoir des fans face à une nouvelle domination de Hamilton. Lorsque Rosberg ne tenait pas le rythme de son coéquipier ultra talentueux, il était difficile de le cacher. Mais les statistiques depuis le début de l'ère hybride montrent qu'il mérite d'être champion.

Podium: Second place Nico Rosberg, Mercedes AMG F1

3.  Lewis Hamilton

Mercedes, 2e (10 victoires)

AVL : Une chose ne change jamais : à son meilleur niveau, Hamilton est d'une rapidité dévastatrice. Bien que ses théories du complot fussent à côté de la plaque, il est certain qu'il a tiré la courte paille en termes de problèmes mécaniques cette saison. Dans une ère de fiabilité, il peut se considérer malchanceux d'avoir manqué le titre malgré dix victoires.

VK : Il n'est pas particulièrement injuste que Hamilton perde le titre F1 en 2016 : le manque de fiabilité de sa monoplace n'en est pas la seule raison, et sa tendance à aller à l'encontre d'une équipe qui l'a aidé à remporter deux nouveaux championnats est frustrante. Mais il demeure exceptionnellement rapide, et la saison 2016, avec ou sans titre, aura renforcé son statut de légende de la Formule 1.

JN : La casse moteur en Malaisie s'est avérée coûteuse au championnat, mais il y a eu des fautes de pilotage, au départ et lors des qualifications de Bakou, qui l'ont handicapé tout autant.

EJ : Lewis a été très malchanceux cette année, mais est parvenu à se maintenir dans la lutte pour le titre jusqu'au bout, ce qui prouve sa rapidité et son incroyable force mentale. Il n'a pas remporté le titre, mais c'est lui qui a signé le plus de victoires et de pole positions en 2016. Il continue à se démarquer comme l'un des plus grands pilotes de Formule 1 de l'Histoire.

GN : Confiant en sa rapidité et en son talent, Hamilton sait où il doit progresser pour prendre l'avantage la saison prochaine et garder de la marge en cas d'abandon ou de malchance : les procédures de départ et les qualifications. Trop souvent, son coéquipier a fait jeu égal, voire mieux dans ces aspects, cette année. Tout comme ses problèmes mécaniques, ce manque de marge a fait la différence à la fin du championnat.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid

2.  Max Verstappen

Toro Rosso/Red Bull, 5e (1 victoire)

VK : Lors d'une saison particulièrement morne et décevante, Verstappen a représenté la plus grande source de divertissement, pour le meilleur et pour le pire. Son inconstance était frustrante, mais sa rapidité et son talent compensaient, et l'on demeure déconcerté par son ascension météorique de pilote de karting à superstar de la F1 en trois ans.

EJ : C'est grâce à Max que la plupart des courses ont été passionnantes cette année, de par ses dépassements géniaux, sa défense robuste et le fait qu'il n'a pas peur d'attaquer des stars de la F1. Sa première victoire en Espagne et son incroyable pilotage sous la pluie au Brésil ont été les temps forts de sa saison pour moi, ainsi que pour de nombreux autres Néerlandais sans doute.

JN : Il est parfois dans une autre dimension, mais n'a pas encore la régularité pour avoir ce niveau en permanence – mais ça viendra ! Il est de loin le plus enthousiasmant des pilotes de F1.

PE : Verstappen est la meilleure chose qui soit arrivée à la Formule 1 cette année, faisant grincer des dents alors qu'il devenait l'une des plus grandes stars de la discipline. Certes, il a commis plus d'erreurs que certains de ses rivaux, mais il a également donné aux fans les moments les plus mémorables de l'année. Son pilotage du Grand Prix du Brésil le hisse au premier rang de mon classement.

AVL : Son talent est indéniable. Et son attitude apolitique, "Je ne suis pas là pour me faire des amis", est rafraîchissante. Il a saisi l'opportunité Red Bull des deux mains, et pas seulement à Barcelone. Et il a contraint son coéquipier Ricciardo, plus expérimenté, à s'améliorer. Une saison impressionnante.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB12

1.  Daniel Ricciardo

Red Bull, 3e (1 victoire)

JN : Une saison véritablement brillante où il a superbement élevé son niveau de jeu après l'arrivée de Max Verstappen. Son tour de Q3 à Barcelone a été la performance de l'année en qualifications. Il a perdu la victoire sans en être responsable en Espagne et à Monaco, et bien qu'il y ait eu des jours où les projecteurs étaient tournés vers Verstappen, la constance de Ricciardo tout au long de l'année s'est démarquée.

JK : Ricciardo n'a remporté qu'une victoire (légèrement chanceuse) grâce à la casse moteur de Hamilton en Malaisie, mais aurait facilement pu porter ce total à quatre : en plus de l'Espagne et de Monaco, la première place ne lui a échappé que pour une demi-seconde à Singapour. S'il restait le moindre doute sur le fait que l'affable Australien est un champion du monde en puissance, ce n'est plus le cas.

GN : Être associé à Verstappen est exactement ce dont Ricciardo avait besoin pour rappeler à tout le monde qu'il est un pilote de pointe qui n'attend que d'avoir la bonne voiture pour se battre pour la victoire et devenir un candidat au titre. Il a non seulement résisté au nouveau venu avec autorité, mais a également apprécié ce nouveau défi. En finissant "meilleur des autres" derrière les pilotes Mercedes pour la deuxième fois de l'ère hybride, il a réaffirmé son statut de superstar.

VK : Si 2014 avait déjà prouvé que Ricciardo faisait partie des stars de la F1, 2016 l'a tout simplement confirmé. Doté d'un sang-froid extrême, d'une rapidité certaine sur un tour et d'une capacité à accumuler les bons résultats, l'Australien mérite depuis longtemps une voiture capable de jouer le titre.

OK : Rapide, fiable, excellent dans les dépassements : Ricciardo est le parfait pilote de pointe. Il est difficile de se rappeler sa dernière grosse erreur. S'il a la moindre chance de jouer le titre l'an prochain, il la saisira des deux mains, sans le moindre doute.

3rd place Daniel Ricciardo, Red Bull Racing

Classement complet

 PiloteJNPEJKVKAVLOKEJGNRCDMPoints
1  Daniel Ricciardo 1er 3e 1er 2e 3e 3e 4e 1er 4e 1er 187
2  Max Verstappen 3e 1er 4e 1er 4e 5e 1er 2e 2e 2e 178
3  Lewis Hamilton 2e 2e 2e 3e 1er 2e 2e 3e 3e 3e 175
4  Nico Rosberg 4e 4e 3e 4e 2e 1er 3e 4e 1er 4e 158
5  Carlos Sainz 5e 5e 8e 7e 8e 8e 10e 6e 6e 6e 63
6  Sergio Pérez 7e 9e 7e 10e 5e 7e 5e 5e 5e   61
7  Fernando Alonso 8e 6e 5e 5e 9e 4e 8e 9e 10e 8e 57
8  Sebastian Vettel 9e 7e 6e 8e 7e 9e 7e 8e 7e 5e 54
9  Kimi Räikkönen 6e 8e 9e 6e 6e   9e 7e   7e 44
10  Nico Hülkenberg   10e       6e     8e   13
   Romain Grosjean           10e 6e 10e   10e 11
   Valtteri Bottas 10e   10e 9e 10e       9e 9e 9

Barème : 25-18-15-12-10-8-6-4-2-1

Article suivant
Qui pilote où en 2017 ?

Article précédent

Qui pilote où en 2017 ?

Article suivant

Sans budget, Marciello abandonne ses rêves de F1

Sans budget, Marciello abandonne ses rêves de F1
Charger les commentaires