Top & Flop Pilotes du Grand Prix d'Australie

Tout au long de cette nouvelle saison de Formule 1, la rédaction de ToileF1 publiera son Top & Flop du dernier Grand Prix

Tout au long de cette nouvelle saison de Formule 1, la rédaction de ToileF1 publiera son Top & Flop du dernier Grand Prix.

Un classement qui reste certes subjectif mais qui essaye de dépeindre au mieux les Top et les Flop de chaque Grand Prix de cette saison 2011 de F1.


1. Vitaly Petrov

Lorsqu'un pilote de Formule 1 est critiqué, le meilleur moyen d’y faire face est de répondre à ses détracteurs en piste. C'est ce que Vitaly Petrov a réalisé, dimanche à Melbourne, en s'emparant de la troisième place derrière Sebastian Vettel et Lewis Hamilton. Contrairement à l'an dernier, où il manquait souvent de constance en course, le Russe est parvenu à rester concentré tout au long de la course malgré la pression de Fernando Alonso, qui revenait sur lui au rythme d'une seconde au tour en fin de course. Au volant d'une R31 innovante, Petrov prouve ainsi qu'il n'est pas là juste pour l'argent qu'il amène. Il devra cependant confirmer dès la prochaine course en Malaisie. Mais le pilote russe est indiscutablement l’une des bonnes surprises de ce début de saison.

2. Sergio Pérez

Vice-champion de GP2 Series et membre de la Ferrari Driver Academy, Sergio Pérez a impressionné le petit monde de la Formule 1 grâce à la performance qu'il a réalisée à Melbourne. Qualifié en 13ème position, le Mexicain a choisi une stratégie à un seul arrêt pour finir à la septième place de ce Grand Prix, avant d'être disqualifié pour un aileron arrière non conforme. Malgré cette disqualification, la performance du pilote Sauber n'en est pas moins impressionnante pour ses débuts en Grand Prix. Il s’est payé le luxe de devancer son équipier Kamui Kobayashi et de réaliser le sixième meilleur tour en course, alors qu'il n'a utilisé que deux trains de pneus durant l’épreuve. Pilote payant, en disposant du soutien de l’homme le plus riche de la planète, Carlos Slim, Pérez a montré à Melbourne qu’il valait bien plus que cette étiquette.

3. Sebastian Vettel

La rédaction de ToileF1 ne pouvait pas refermer ce Top du Grand Prix d’Australie sans y inclure Sebastian Vettel. Le champion du monde en titre a muri depuis la saison dernière. Avant même le début des hostilités le week-end dernier, il était le grand favori à sa propre succession. Sa domination outrageuse à Melbourne, tant en qualifications qu’en course, confirme que ses adversaires auront plus de mal que l’an dernier à lui ravir sa couronne. D’autant plus qu’à l’inverse de 2010, les concurrents de Red Bull Racing ne pourront plus compter sur l’un ou l’autre souci de fiabilité sur la monoplace d’Adrian Newey pour espérer (re)prendre de gros points aux champions du monde en titre. Il reste à voir maintenant si McLaren Mercedes et Ferrari parviendront à combler rapidement leur retard sur Red Bull Racing, au risque de laisser filer Vettel et cette "entreprise de boissons" vers un deuxième titre consécutif.




1. Felipe Massa

Il n’y a malheureusement pas grand-chose à dire du week-end australien de Felipe Massa, qui a été à l’image de sa saison dernière, à savoir indigne d’un pilote de la Scuderia. Le Brésilien a concédé six dixièmes en performance pure sur son illustre équipier en qualifications, pour finalement terminer à une lointaine septième place en course, à plus de 50 secondes de Fernando Alonso ! Si Felipe Massa demandait à Ferrari de repartir sur un pied d’égalité cette saison, les performances en piste montrent pourtant clairement qui est déjà le numéro un cette année à Maranello. Il sera intéressant de voir si le Grand Prix de Malaisie confirme cette tendance.

2. Mark Webber

Pour son Grand Prix national, devant des milliers de supporters acquis à sa cause, Mark Webber a plus que déçu en Australie. Sa contre-performance affichée à Melbourne est toutefois à relativiser. L’écart entre le pilote et son équipier Sebastian Vettel était trop important que pour être seulement dû à un manque de rapidité de l’Australien. Ainsi, Red Bull Racing n’exclut pas un problème mécanique sur la RB7, un souci qu’elle n’a pas encore identifié. Toujours est-il que sans ce problème, Mark Webber semblait de toute façon incapable de suivre le rythme effréné affiché par le champion du monde en titre à Melbourne. Un constat que le pilote australien a d’ailleurs lui-même reconnu.

3. Rubens Barrichello

Rubens Barrichello a beau être le pilote le plus expérimenté de l’histoire de la Formule 1, du haut de ses 305 Grands Prix, cela ne l’empêche pas pour autant d’aligner plusieurs bourdes lors d’un week-end d’ouverture de saison. Si le vendredi s’était relativement bien passé pour le Brésilien, laissant entrevoir un bon Grand Prix en perspective pour lui et Williams, la suite s’est corsée. Tout d’abord en qualifications. Qualifié pour la Q2, il a hypothéqué d’entrée de jeu ses chances de points dimanche en partant à la faute à l’entame de son tour rapide, restant coincé dans le bac à graviers. Une erreur "stupide" de son propre aveu. S’élançant de la 17ème place pour le Grand Prix, le pilote brésilien réalisait une bonne course, avec la perspective d’une arrivée dans les points. Une bonne performance compte tenu de sa position sur la grille et qu’il ne disposait pas de l’aileron arrière ajustable suite à une erreur de programmation. Cependant, Rubens Barrichello a une nouvelle fois fauté en course, harponnant Nico Rosberg en étant surpris par le freinage anticipé du pilote Mercedes GP. Un Grand Prix qui est donc à oublier pour le pilote Williams, même s’il a laissé entrevoir un bon potentiel avec sa FW33.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Rubens Barrichello , Mark Webber , Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Felipe Massa , Nico Rosberg , Sebastian Vettel , Kamui Kobayashi , Vitaly Petrov , Sergio Pérez , Adrian Newey
Équipes Red Bull Racing , McLaren , Mercedes , Sauber , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités