Toro Rosso : "Gasly n'a pas une seule faiblesse"

Alors que Pierre Gasly vient de disputer le dixième Grand Prix de sa carrière en Formule 1, Franz Tost dresse un premier bilan des débuts du Français dans l'élite.

Rejoignant Toro Rosso fin 2017, Pierre Gasly a participé aux cinq derniers Grands Prix de la saison passée et dispute actuellement sa première campagne complète en F1, dont la cinquième manche était celle de Barcelone. Il n'est entré dans les points qu'une fois jusqu'à présent, avec brio néanmoins, prenant la quatrième place à Bahreïn au volant de la STR13 à moteur Honda.

Directeur de la petite Scuderia, Franz Tost ne tarit pas d'éloges sur celui qui est finalement le fer de lance de l'écurie face à un autre rookie, Brendon Hartley.

Lorsque Motorsport.com lui demande dans un entretien exclusif quels sont les points sur lesquels Gasly peut progresser, Tost répond : "Vous savez, il n'a pas une seule faiblesse. Il a déjà atteint un très haut niveau, mais bien sûr, la Formule 1 est très compliquée, surtout avec cette nouvelle unité de puissance. Comprendre et utiliser les nouveaux pneus au mieux possible n'est pas aisé. La stratégie de course, les batailles avec les autres pilotes, etc."

"Il n'y a pas de point sur lequel il devrait s'améliorer. Mais il faut juste prendre davantage d'expérience, pour que la Formule 1 lui soit plus familière. C'est le processus normal pour qu'un jeune pilote devienne un pilote de pointe."

Conseiller de Red Bull en sport automobile, Helmut Marko n'était pas tout à fait de cet avis, estimant que Gasly peut parfaire sa maîtrise de la gestion du carburant, notamment par rapport à son coéquipier Hartley, qui est double Champion du monde d'Endurance.

"Brendon s'y est davantage habitué par le passé, parce qu'il a participé aux 24 Heures du Mans, où il faut gérer les pneus, la consommation de carburant", souligne Franz Tost. "Il vient d'un autre milieu. Pierre vient des courses sprint, car en Formule 2, on n'a pas besoin d'économiser du carburant."

"Bien sûr, c'est un processus qu'il faut apprendre, et c'est ce que je veux dire quand je dis qu'il faut deux ou trois ans aux pilotes pour tout comprendre et optimiser toutes ces procédures différentes. Pierre le sait et il fait de très bons pas en avant, il faut juste qu'il comprenne comment économiser le carburant lors de quelques courses. Il l'a déjà très bien fait lors des dernières courses en date."

Gasly chez Red Bull ?

Il n'est pas à exclure qu'un baquet se libère chez Red Bull Racing dans l'éventualité d'un départ de Daniel Ricciardo, qui pourrait être intéressé par Mercedes ou Ferrari en vue de 2019. Les regards se tourneraient alors vers Carlos Sainz en premier lieu, l'Ibère étant prêté à Renault par la marque au taureau, mais aussi vers Pierre Gasly, si celui-ci se montre suffisamment performant.

"Tout d'abord, il est actuellement pilote Toro Rosso", tempère Franz Tost. "Bien sûr, chez Toro Rosso nous savons que l'une de nos tâches et d'envoyer des pilotes chez Red Bull. Et s'il continue à son niveau de performance actuel, alors je suis convaincu que tôt ou tard, il sera candidat pour Red Bull Racing. Et c'est bien pour nous, car cela signifie que Toro Rosso a fait du bon travail."

Un certain Daniil Kvyat avait rejoint Red Bull après une seule campagne dans la structure de Faenza, en 2015. Gasly sera-t-il prêt à faire le saut à la fin de la saison en cours ? "Je ne sais pas encore", répond Tost. "C'est difficile à dire, car je ne sais pas à quel point notre voiture est bonne, à quel point il sera bon, ni s'il y aura une possibilité chez Red Bull Racing. Il y a beaucoup de points d'interrogation."

"Le plus important pour lui est de se concentrer désormais sur chaque course pour faire le meilleur travail possible pour lui et pour l'équipe, et le reste viendra tout seul."

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Pierre Gasly
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités