Toro Rosso : le podium de l'intelligence de course pour Gasly

Comme dans un rêve, Pierre Gasly a conclu le Grand Prix du Brésil à la deuxième place après avoir tiré son épingle du jeu dans une fin de course chaotique. Le Français a répondu sur la piste comme il avait toujours souhaité le faire, trois mois seulement après sa rétrogradation chez Toro Rosso.

Toro Rosso : le podium de l'intelligence de course pour Gasly

Profitant des événements survenus entre les leaders – accrochage entre les Ferrari, puis entre Lewis Hamilton et Alexander Albon –, Pierre Gasly s'est offert une dernière ligne droite à couper le souffle, côte-à-côte avec le sextuple Champion du monde. "Le dernier tour était très excitant", ne cache pas Franz Tost, le directeur de Toro Rosso, au micro de Motorsport.com. "Je suis vraiment heureux pour Honda, et félicitations à Sakura, que nous ayons pu battre Mercedes en puissance dans cette longue ligne droite. C'était vraiment fantastique à voir."

Lire aussi :

Dans ce final dantesque, d'aucuns pensent qu'il aurait pu être tentant de ne pas résister à Hamilton – pénalisé ultérieurement – et d'assurer au moins la troisième place. Mais jamais cette éventualité n'a traversé les esprits de l'écurie italienne. "Non, non. Absolument pas", coupe Tost. "S'il y a une possibilité de se battre, il faut le faire jusqu'au bout. Peu importe, il [Hamilton] avait un aileron avant détruit. Et pour être franc, à ce stade, on n'interrompt pas le pilote à la radio en lui disant 'Laisse-le passer' ou quoi que ce soit. Sinon il va se dire : 'Quelle est est cette information stupide que l'on me donne ? Je suis là pour courir'. Non, laissons-le courir. C'est ce qu'il a fait. Et c'était la clé pour un bon résultat."

Compétitif tout au long du week-end

Pierre Gasly, Toro Rosso, deuxième, sur le podium

Sans cette fin de course rocambolesque, Pierre Gasly aurait vraisemblablement terminé sixième, à cette fameuse place de "meilleur des autres" suite à l'abandon de Valtteri Bottas. En soi, ce résultat aurait évidemment déjà été vécu comme un accomplissement, alors que le Normand parlait déjà de "pole position" pour décrire sa septième place décrochée au terme des qualifications. Outre l'opportunisme récompensé des derniers tours, son patron retient ainsi la course parfaite qu'il a livrée, reposant selon lui sur une qualité qu'il a plusieurs fois martelée : l'intelligence.

"Le fait qu'il termine deuxième est une chance ici, car c'est grâce aux Ferrari ; je vais aussi aller voir Binotto pour lui dire merci, non ?", s'amuse Franz Tost. "Cependant, il aurait terminé sixième sans aucun problème. Et c'est bien. Nous avons trouvé un bon compromis dans les réglages. Ici à Interlagos, la longue ligne droite est très importante, et nous étions parmi les plus rapides. Mais il faut être attentif à l'infield et il a piloté très intelligemment, en préservant ses pneus à la sortie du virage 4, du virage 6 et du virage 11, pour ne pas les surchauffer. Surtout les pneus tendres avec 110 kg de carburant au départ."

"La manière dont il l'a fait était vraiment très mature, et je dois dire que durant la course, lorsque Kimi [Räikkönen] a attaqué, il a immédiatement répondu en étant un ou deux dixièmes plus rapide que lui. C'était une manière de dire : 'Aucune chance que tu me doubles'. C'était très intelligent. Il a clairement fait l'une de ses meilleures courses."

"Lorsque Pierre est revenu [chez Toro Rosso], il était immédiatement familier avec la voiture et l'équipe qu'il connaissait. Il n'y avait pas d'inconnues, et nous avons eu une très, très bonne collaboration dès le début. Il l'a déjà montré cette année avec des courses fantastiques. Je me souviens de Singapour, Austin, etc. Il a montré de très bonnes performances. Tout le week-end, je dois dire qu'il a été compétitif, dès le vendredi, et en qualifications il a montré que ce package, Toro Rosso et Pierre, pouvait faire un tour permettant d'être septième."

Propos recueillis par Oleg Karpov  

partages
commentaires
L'accrochage Vettel-Leclerc, une "chance" pour Ferrari

Article précédent

L'accrochage Vettel-Leclerc, une "chance" pour Ferrari

Article suivant

Brawn : "La F1 est un sport d'équipe, surtout à Maranello"

Brawn : "La F1 est un sport d'équipe, surtout à Maranello"
Charger les commentaires
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021
Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits Prime

Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits

Les virages inclinés de Zandvoort, qui ont ajouté de l'intrigue à un circuit serré et sinueux, ainsi que les bacs à gravier, ont été les stars du Grand Prix des Pays-Bas. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un nouveau concept pour les circuits, il pourrait inspirer d'autres pistes sur la façon de pimenter leurs propres épreuves.

Formule 1
9 sept. 2021