Toro Rosso - Pas le temps de repartir de zéro avec le moteur Ferrari

partages
commentaires
Toro Rosso - Pas le temps de repartir de zéro avec le moteur Ferrari
22 févr. 2016 à 13:45

Après deux saisons avec une unité de puissance Renault, Toro Rosso retrouve en 2016 un moteur Ferrari. Un changement qui ne s’est pas vraiment fait en douceur.

Franz Tost et James Key à l'usine Scuderia Toro Rosso
L'usine Scuderia Toro Rosso
L'usine Scuderia Toro Rosso
Un bureau dans l'usine Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
L'usine Scuderia Toro Rosso
L'usine Scuderia Toro Rosso
Un bureau dans l'usine Scuderia Toro Rosso
L'usine Scuderia Toro Rosso
L'usine Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11

La situation d’incertitude dans laquelle se trouvait l’écurie Red Bull l’an passé a immanquablement eu un impact sur son écurie sœur qui, malgré un accord trouvé plus tôt, a dû attendre pour officialiser la nouvelle.

En conséquence, il a fallu repenser sur le tard la monoplace 2016 qui était conçue autour d’un moteur Renault pour l’adapter au bloc Ferrari 2015 : "Le changement de design a été énorme", reconnait James Key, le directeur technique de l’écurie de Faenza. "C’était complètement différent."

Adapter la voiture au moteur Ferrari 

Cependant, Toro Rosso n’a pas souhaité repartir d’une feuille blanche : "Ce que nous avons essayé de faire a été de conserver la philosophie de ce que nous avions déjà dessiné – aérodynamiquement et mécaniquement – et de l’adapter à l’installation de Ferrari, plutôt que de recommencer parce que vous ne pouvez pas vraiment recommencer en octobre/novembre."

"Mais les implications ont été énormes. Tout le monde a travaillé incroyablement dur pendant deux ou trois mois pour réaliser cela. Et ce n’est pas juste la forme. Ce sont les spécifications de tout."

"Les systèmes de refroidissement sont différents, l’électronique est différente, le logiciel change, les stratégies de gestion de l’énergie sont nouvelles pour nous aussi. Donc ça a été une toute une gamme de choses auxquelles il a fallu s’adapter et apprendre."

Si les prédictions sont correctes...

Malgré la spécification moteur de la saison 2015, Toro Rosso croit pouvoir bénéficier d’une monoplace plus rapide d’une seconde par rapport à la saison passée. Christian Horner s’attend d’ailleurs à ce que Red Bull soit devancée par la petite Scuderia.

"Nos prédictions évoluent un peu car plus d’informations nous parviennent. Une seconde est un immense pas en avant d’une année à l’autre. Normalement, vous vous attendez à avoir un peu moins que ça. Si vous transférez toute la performance aéro que nous avons trouvé, ça sera un progrès raisonnable."

"Le moteur est un bon pas en avant, mais nous devons voir sur la piste d’abord comment tout fonctionne et si nous sommes capables d’en tirer le maximum. Mais tout est pertinent. Nous avons un moteur 2015, ce qui est vraiment un bon pas de la part de Ferrari. Les autres gens auront un moteur 2016, et je ne sais pas ce que ça représente." 

"Donc même si nous pourrions faire de bons progrès, ça pourrait être le cas des autres aussi. Il faudra voir quelle sera la performance, mais si les meilleures prédictions sont correctes alors ça pourrait être autant que ça [une seconde de mieux]."

Article suivant
Chester - La nouvelle Renault est une évolution de la Lotus 2015

Article précédent

Chester - La nouvelle Renault est une évolution de la Lotus 2015

Article suivant

Deux jours de roulage pour Celis ? Une situation qui n'est "pas idéale"

Deux jours de roulage pour Celis ? Une situation qui n'est "pas idéale"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Carlos Sainz Jr. Boutique , Max Verstappen Boutique
Équipes Toro Rosso Boutique