Tribune exclusive à Cyril Abiteboul - Pourquoi Renault doit revoir tout son investissement
Cyril Abiteboul, Renault Sport F1 et Christian Horner, Team Principal Red Bull Racing
Helmut Marko avec Cyril Abiteboul, Christian Horner et Bernie Ecclestone
Nicolas Prost, e.dams-Renault
Alain Prost, avec Remi Taffin, chef des opérations piste chez Renault Sport F1
Renault
Nelson A. Piquet, Renault F1 Team, R28
Les mécaniciens Renault s'entraînent au refueling sur la voiture de Fernando Alonso
Le moteur Renault Energy F1 2015
Le logo Renault Sport F1
Le moteur Renault Energy F1 2015
Formule Renault 1.6
Sébastien Buemi, Red-Bull Renault RB7
Le logo Renault
Renault Sport
Renault Mégane Sport
Rémi Taffin, Renault Sport F1

Cyril Abiteboul, Directeur Renault Sport F1, explique exclusivement à Motorsport.com ce qui impose aujourd'hui à Renault de revoir l'ensemble de sa stratégie en séries junior et en tant que motoriste F1, à l'heure où l'investissement réalisé en sports mécaniques n'apporte pas les fruits des graines plantées de toutes parts et depuis plus d'une décennie.

 

--

"Tout d'abord, de manière très pragmatique, c'est un budget, et tout provient de la même allocation budgétaire qui est la dépense marketing fixe dont nous disposons pour le sport automobile. Il s'agit d'un budget global, d'une organisation globale. Il nous faut donc nous assurer d'être capables de tout gérer en même temps en termes de ressources. Et en toute franchise, nous essayons de faire trop de choses en même temps.

 

Et en toute franchise, nous essayons de faire trop de choses en même temps.

Cyril Abiteboul

 

Il s'agit d'un même budget, d'une même allocation; il nous faut donc être un peu réfléchis sur la manière d'allouer ces ressources, et plus que tout, il faut que tout fasse partie de la même histoire : il nous faut voir comment les différentes pièces de notre activité sport automobile peuvent se compléter mutuellement, plutôt que d'être totalement séparées.

Ce que nous faisons ne crée pas suffisamment de passerelles entre les différentes activités afin de bâtir des synergies. Nous sommes extrêmement impliquées dans l'échelle de montée vers la F1, et c'est très bien de nous satisfaire et nous flatter du fait que 60% des pilotes F1 sont passés par les catégories Renault auparavant. Mais quel est le retour? Particulièrement si nous n'avons pas notre équipe F1.

 

C'est très bien de nous satisfaire et nous flatter du fait que 60% des pilotes F1 sont passés par les catégories Renault auparavant. Mais quel est le retour?

Renault Sport F1

 

C'est un argument que d'être présent dans le segment plus bas de l'échelle pour maintenir les coûts des pilotes en termes de semaines. Il suffit de voir les salaires des pilotes dans les équipes comme Mercedes contre ceux dans des équipes comme Red Bull ou Toro Rosso –je pense que les salaires chez RBR/Toro Rosso ne sont qu'une fraction de ceux de Mercedes, ce qui est fantastique-. Cela nous enseigne donc une leçon sur ce que nous devrions faire et comment nous pourrions améliorer ce que nous faisons. Ce que nous savons, donc, est que nous souhaitons être dans cette catégorie, en monoplace. Et si possible, avec la F1 au sommet. Mais il nous faut faire cela d'une manière bien plus efficace en termes de coûts, de sorte que cela serve le business et le récit, l'imagerie marketing d'une bien meilleure façon que ce que nous faisons actuellement.

 

 

LIRE AUSSI

Renault : Une redéfinition indispensable de l'investissement en sport auto

 

La concurrence de la FIA et de CVC sur le segment junior

Nous sommes prisonniers d'un format très coûteux, qui est le format World Series by Renault. C'est un évènement fantastique, capable d'attirer énormément d'audience, mais le problème est que chaque personne qui vient sur les World Series représente un coût [les tickets sont gratuits, ndlr]! Il est donc fantastique d'avoir 100'000 personnes sur certains évènements, mais c'est associé à des dépenses et nous ne sommes pas certains de notre capacité à transformer ces visiteurs en clients pour notre branche produits routiers.

C'est ce que nous devons faire progresser. Il nous faut aussi regarder ce qui se passe en dehors, avec la volonté de la FIA de faire la F2 et le GP2. Et CVC [détenteur des droits commerciaux F1, ndlr] ne laissera juste pas tomber ses catégories. Nous sommes donc presque au stade où il y aurait trois compétitions rivales, et au sein du marché qu'est le sport automobile et par la façon dont les pilotes accèdent ou non à la F1. Car il faut aussi voir que certains pilotes qui arrivent en F1 ne sont malheureusement pas exactement les mêmes [profils] que ceux qui arrivaient il y a une décennie, quand nous avons débuté ces activités. Il nous faut prendre tout cela en compte et disposer d'un plan de route"…

 

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Renault - Une redéfinition indispensable des activités F1 et formules de promotion
Article précédent

Renault - Une redéfinition indispensable des activités F1 et formules de promotion

Article suivant

Vettel s'impose au terme d'une course folle et égale Senna

Vettel s'impose au terme d'une course folle et égale Senna
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021