Un arrêt prévu en course avec 0'5s entre les composés

Pirelli a fait son retour avec la Formule 1 aux Etats-Unis pour la première fois depuis 1990, année lors de laquelle les pneumatiques italiens avaient été vus pour la dernière fois en piste sur le GP des USA à Phoenix, Arizona

Pirelli a fait son retour avec la Formule 1 aux Etats-Unis pour la première fois depuis 1990, année lors de laquelle les pneumatiques italiens avaient été vus pour la dernière fois en piste sur le GP des USA à Phoenix, Arizona. Proposés pour ce weekend à Austin, le composé dur P Zero Argent et le medium P Zero Blanc ont été testés par les équipes, qui avaient là leur première occasion de se familiariser avec ce tout nouveau circuit. Afin de permettre une familiarisation avec la piste, Pirelli avait amené un train de pneus additionnel uniquement pour ces deux premières séances d’essais, permettant aux pilotes de couvrir plus de tours que d’habitude.

Les équipes ne pouvant compter jusqu’à présent que sur des données de simulation, le travail ne manquait pas pour analyser le comportement des pneumatiques sur chaque composé par différentes conditions de course. La tâche a tout d’abord consisté à évaluer le niveau d’usure et de dégradation des deux composés par pleine charge de carburant et à vide, afin de reproduire les situations de course et de qualifications que l’on pourra voir au fil du weekend. Les équipes ont également disposé de l’opportunité d’essayer des réglages différents et de comprendre leur interaction avec les pneus sur ce nouveau tracé unique.

Le temps est resté sec durant la journée, mais il fut plus frais que prévu, avec une température ambiante de 20°C et un mercure avoisinant les 30°C en piste lors de la seconde séance d’essais libres, dans l’après-midi (à la même heure que les qualifications et la course). Comme d’habitude, les équipes se sont uniquement concentrées sur les pneus durs dans la matinée afin de trouver les bons réglages en premier lieu.

Par les conditions plus représentatives de l’après-midi, les équipes ont également chaussé le composé medium et plus de travaux d’évaluation des pneus a pu être réalisé en vue des stratégies de dimanche. L’asphalte d’Austin étant des plus récents, le niveau d’évolution de la piste fut élevé, engendrant une chute des temps au tour au fil du dépôt de gomme en piste. Ce sera encore le cas durant le reste du weekend.
Le tour le plus rapide de la journée est à mettre au compte de Sebastian Vettel (Red Bull) en 1m37.718s, sur le composé medium en seconde séance. Dans la matinée, il avait enregistré la référence en durs en 1m38.125s.

Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport, détaille : “Il s’agissait aujourd’hui avant tout de se familiariser avec le seul tout nouveau tracé de la saison pour les équipes, aujourd’hui. Par des conditions météo plus fraîches que prévu, les données initiales suggèrent un taux de dégradation et d’usure très faible sur les deux composés, ce qui nous amène à penser que nous ne verrons qu’un arrêt dimanche. Il faudra cependant regarder tous les chiffres en détails pour se faire une idée plus globale. Notre travail de simulation s’est montré très précis, les deux composés se comportant exactement comme prévu, bien qu’il faille compter sur un niveau élevé d’évolution de piste, pouvant affecter la stratégie de dimanche. L’écart de performances entre les deux composés est d’environ une demi-seconde au tour, ce qui offre plein de façons d’obtenir un avantage aux équipes sur le timing des arrêts. Néanmoins, il reste des facteurs potentiellement inconnus sur ce nouveau circuit, et c’est pour cette raison que nous avons opéré un choix pneumatique délibérément conservateur”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel
Type d'article Actualités