Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
9 jours

Un tour de Räikkönen passé inaperçu révèle-t-il le vrai rythme de Ferrari ?

partages
commentaires
Un tour de Räikkönen passé inaperçu révèle-t-il le vrai rythme de Ferrari ?
Par :
5 mars 2016 à 11:15

Est-ce qu’un tour de Kimi Räikkönen passé sous le radar cette semaine à Barcelone a attisé les craintes de Mercedes de voir Ferrari très proche ? Jonathan Noble s’est penché sur la question.

James Allison, Directeur Technique Châssis Ferrari avec Maurizio Arrivabene, Team Principal Ferrari
Kimi Räikkönen, Ferrari SF16-H
Kimi Räikkönen, Ferrari SF16-H
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 avec les médias
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Räikkönen, Ferrari SF16-H
Nico Hülkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR11
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H devant Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Felipe Massa, Williams FW38
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Kimi Raikkonen, Ferrari avec les médias
Kimi Raikkonen, Scuderia Ferrari

Nico Rosberg a surpris quelques observateurs à la fin des tests F1 de Barcelone en affirmant que Mercedes et Ferrari étaient si proches que son équipe ne savait pas si elle était derrière ou devant sa rivale italienne. 

Le message en parlant aux équipes dans le paddock – en jugeant par rapport à l’efficacité remarquable avec laquelle Mercedes a presque couvert la distance de 20 Grands Prix en huit jours – était que les Flèches d’argent étaient sur un planète à part.

Mais alors que la seconde session de tests a débuté avec des doutes sur le rythme et la fiabilité des Ferrari, finalement un optimisme prudent a émergé au sein de la structure de Maranello sur sa situation. Sebastian Vettel n’est pas homme à laisser l’excitation prendre le dessus, mais il a tout de même reconnu que Ferrari était plus proche : il ne sait seulement pas à quel point.

"Évidemment, nous avons essayé de réduire l’écart, il était assez grand tout au long de l’année passée. Je pense que nous avons fait du bon travail pendant l'an dernier pour nous rapprocher un peu et maintenant je pense que la nouvelle voiture nous donne la chance de combler l’écart. À quel point ? Nous devons être un peu patients pendant quelques semaines au moins."

Les temps de référence

Il est toujours difficile de tirer des conclusions définitives des tests parce qu’il y a de multiples facteurs qui entrent en jeu quand les meilleurs temps sont réalisés.

A un niveau basique, il y a les types de pneus et les charges en carburant, mais de nos jours il y a aussi les réglages des moteurs à prendre en compte, en ajoutant le fait que le circuit de Barcelone est invariablement plus rapide le matin que l’après-midi quand le vent se lève.

Le seul facteur que nous pouvons savoir sans aucun doute est le type de pneus utilisé par chaque pilote pour signer son meilleur temps : cela nous permet alors d’avoir une vision un peu plus claire de la situation.

Donc, pour avoir un meilleur jugement, nous allons agréger les meilleurs temps de la semaine pour nous donner un temps théorique que chaque voiture pourrait réussir.

Les estimations de Pirelli quant à la différence de temps entre les composés était en moyenne de 0,65 seconde entre les ultratendres et les supertendres, de 0,5 seconde entre les supertendres et les tendres, et de 0,95 seconde entre les tendres et les mediums.

Pirelli s’est empressé d’expliquer que l’exigeant tracé de Barcelone n’était pas idéal pour les ultratendres et les supertendres, donc nous allons baser nos calculs sur un temps théorique ou réel en composé tendre.

En utilisant les temps les plus rapides des tests, nous pouvons ajouter 1,15 seconde aux temps des ultrasofts et 0,5 seconde au temps des supertendres pour équilibre les choses.

Cela nous donne alors le top 10 final de la semaine qui suit :

Pos. Driver Team Time
1 Nico Rosberg Mercedes 1m23.022s
2 Felipe Massa Williams 1m23.193s
3 Sebastian Vettel Ferrari 1m23.352s
4 Lewis Hamilton Mercedes 1m23.622s
5 Kimi Räikkönen Ferrari 1m23.915s
6 Carlos Sainz Toro Rosso 1m24.284
7 Valtteri Bottas Williams 1m24.379s
8 Nico Hülkenberg Force India 1m24.401s
9 Daniel Ricciardo Red Bull 1m24.427s
10 Max Verstappen Toro Rosso 1m24.532s

Cela laisserait apparaître le fait que, bien que Ferrari et Williams aient réduit l’écart avec l’avant (avec la réserve liée à la charge en carburant évidemment), Mercedes semble toujours avoir un bon avantage.

Le tour caché

Mais trouver des réponses en F1 est une question de détails, et c’est en creusant un peu plus profondément dans ce que les équipes ont fait qu’une vision intéressante du rythme relatif de Ferrari apparaît.

Alors que le tour de Kimi Räikkönen en ultratendres, jeudi, restera comme le plus rapide de la semaine, ce n’est pas le tour qui nous montre ce dont Ferrari est pleinement capable.

Juste avant qu’il quitte le circuit jeudi soir, le directeur de Ferrari Maurizio Arrivabene s’enthousiasmait plutôt pour un autre tour que Räikkönen a effectué le même jour.

"Kimi a fait son meilleur temps en pneus ultratendres (1’22’’765) mais le tour qui m’a impressionné le plus était celui avec les tendres (1’23’’009)", a expliqué Arrivabene à Motorsport.com. "Nous savons que quand il a utilisé le composé le plus tendre (l’ultratendre), il s’est plaint de la présence d’un vent fort sur le circuit et n’a probablement pas utilisé toute la vitesse potentielle des pneus."

Le message était clair. Le meilleur temps de Räikkönen en ultratendres a peut-être été suffisant pour être le meilleur temps global, mais ce n’était pas du tout ce dont Ferrari était capable. Donc, si nous comparons le meilleur tour en tendres de Räikkönen avec celui de Rosberg, nous voyons que le Finlandais devance la Mercedes de 0,013 seconde.

Évidemment, des variables sans fin (essence, réglages moteur, programme des tests, conditions de piste) signifient que le changement de rythme peut placer une voiture devant l’autre mais cela signifie aussi qu’il n’y a aucune garantie que Mercedes soit sur une autre planète.

Ce tour de Räikkönen peut avoir encouragé les commentaires de Rosberg vendredi soir mais, de même, Ferrari ne prend rien pour acquis concernant le fait que Mercedes pourrait avoir été rejoint.

"Nous n’avons pas vu toutes les ressources de Mercedes", a ajouté Arrivabene. "Donc il est encore tôt pour tirer des conclusions. Nous devons toujours garder les pieds sur terre et continuer notre programme de travail. Ayant dit cela, nous sommes heureux des retours que nous avons de la piste."

Il y aura encore plus de salade de nombres pendant les prochaines semaines, mais ça ne sera pas avant le samedi après-midi à Melbourne - quand tout le monde aura le même niveau d'essence, les même pneus et la même piste - que nous saurons en définitive si la saison 2016 de F1 sera une bataille ou une nouvelle année de domination Mercedes.

Avec Roberto Chinchero

Article suivant
Mercedes agacé par les critiques d'Ecclestone sur la F1

Article précédent

Mercedes agacé par les critiques d'Ecclestone sur la F1

Article suivant

Vettel - Ces qualifications vont contre l’ADN de la F1

Vettel - Ces qualifications vont contre l’ADN de la F1
Charger les commentaires