Une rafale de vent a coûté la victoire à Rosberg à Austin

Le pilote Mercedes sait maintenant pourquoi il est parti à la faute alors qu'il était en tête du Grand Prix des Etats-Unis dimanche dernier.

Une rafale de vent a coûté la victoire à Rosberg à Austin
Le deuxième, Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 lors de la conférence de presse de la FIA
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Podium : Le deuxième Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team, le troisième Sebastian Vettel, Scuderia Ferrari et le vainqueur et Champion du Monde Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Podium : Le deuxième Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 et son équipier Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06 en lutte pour une position
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Le poleman Nico Rosberg, Mercedes AMG F1
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06 mène derrière la voiture de sécurité
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 lors de la conférence de presse de la FIA
Charger le lecteur audio

Extrêmement déçu le week-end dernier à l’issue du Grand Prix des Etats-Unis à Austin, Nico Rosberg a mis le doigt sur ce qui lui a coûté la victoire. Alors qu’il était en tête, le pilote allemand avait perdu le contrôle de sa Mercedes, offrant un succès et un troisième titre de Champion du Monde sur un plateau à son coéquipier Lewis Hamilton

Rosberg et son équipe ont découvert qu’une grosse rafale de vent avait causé sa perte au virage 16. Pas de quoi chercher d’excuse, mais suffisant pour cesser de ressasser l’incident et de se poser des questions. 

"C’était une rafale de vent, une grosse. Je suis sérieux!", a expliqué Rosberg dans le paddock de Mexico. "Mais tout le monde en a, on ne peut pas vraiment utiliser ça comme une excuse ; c’est toujours une erreur, mais je la comprends désormais, et c’est important pour moi. C’était un scénario très inhabituel, qui est survenu seulement une fois durant tous ces tours. Je comprends l’erreur et cela m’aide beaucoup à aller de l’avant."

"J’ai perdu beaucoup d’appui à l’arrière. Jusque-là, la course s’était extrêmement bien passée, j’étais vraiment à l’aise, rapide malgré les circonstances. Bien sûr, la voiture de sécurité est entrée en jeu et a réduit mon avance de 10 secondes à néant. Je crois que j’ai fait une grande course, mis à part une grosse erreur qui m’a coûté la victoire. Malheureusement la grosse erreur était coûteuse, mais je suis capable de repartir à zéro. Je suis excité d’être ici, et je veux gagner."

Un combat toujours d’actualité

Troisième du championnat, où il est toujours devancé par Sebastian Vettel à trois courses de la fin de la saison, Rosberg est déterminé à reprendre la deuxième place. S’il ne pourra compter sur aucune faveur de la part de son coéquipier, il s’attend à ce que la lutte soit identique malgré l’enjeu désormais inexistant pour les deux titres mondiaux. 

"Je ne crois pas qu’il y a un gros changement", assure-t-il. "Il s’agit toujours de se battre pour gagner. OK, le titre constructeurs est joué et le titre pilotes aussi. Mais je veux gagner, je suis certain que Lewis veut gagner, que Vettel veut gagner, donc je crois que ce sera une bagarre comme d’habitude, je ne crois pas que ça va changer grand-chose."

 

partages
commentaires
Pneus et Vmax, les deux inquiétudes de Verstappen à Mexico
Article précédent

Pneus et Vmax, les deux inquiétudes de Verstappen à Mexico

Article suivant

L'échec Red Bull/Mercedes - Le rôle déterminant de Toto Wolff (2/3)

L'échec Red Bull/Mercedes - Le rôle déterminant de Toto Wolff (2/3)