Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
46 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
53 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
67 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
81 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
95 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
102 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
116 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
130 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
137 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
151 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
158 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
172 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
186 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
214 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
221 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
235 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
242 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
256 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
270 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
277 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
291 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
305 jours

La F1 veut valoriser le fait de détenir une écurie

partages
commentaires
La F1 veut valoriser le fait de détenir une écurie
Par :
14 déc. 2019 à 15:45

Pour Liberty Media et la FIA, la question des nouvelles écuries en Formule 1 est un dossier sensible qui est abordé avec énormément de prudence.

Sur le papier, attirer de nouvelles entités dès que possible pourrait être particulièrement tentant, mais dans les faits, l'histoire a montré les risques que cela pouvait comporter. L'épisode HRT-Caterham-Manor en reste aujourd'hui l'illustration. Inutile donc d'en faire une idée fixe, et encore moins un sujet de précipitation. PDG de la F1, Chase Carey le dit lui-même, le crédo des dirigeants de la discipline est de privilégier "la qualité plus que la quantité".

Lire aussi :

Ces derniers mois, plusieurs projets ont émergé pour mettre sur pieds une écurie en Formule 1, notamment Panthera et Campos, faisant état de discussions avec les pontes de la catégorie reine. Chase Carey ne nie pas l'existence de ces échanges, mais rappelle fermement que les conditions ne sont pas forcément réunies. L'Américain est très clair : avant d'attirer de nouvelles écuries, la F1 doit rendre le simple fait d'en posséder une beaucoup plus valorisant.

"La plupart des gens avec qui j'ai eu des discussions préliminaires veulent voir des règles en place qui offrent un cadre pour un business model plus sain", explique Chase Carey. "Un niveau équitable, ou ce qu'ils considèrent comme tel, de redistribution des revenus. Il y aussi le fait que tout dépend comment vous allez dépenser votre argent, et pas forcément de combien vous allez dépenser. Nous voulons que le fait de posséder une équipe, comme dans d'autres sports, soit valorisé. Comment rendons-nous le fait d'avoir une équipe digne d'une bonne proposition commerciale, et pas seulement la quête d'une passion ?"

Des freins à faire disparaître

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19

Sur l'actuelle grille F1, le dernier arrivant demeure Haas, qui a fait son entrée en 2016. La structure américaine a fait les frais d'une règle financière très rebutante, puisque la redistribution des primes ne se fait qu'après deux années passées dans le top 10 du championnat. Ce verrou devrait justement sauter avec la négociation des futurs Accords Concorde.

"Si vous venez, vous devez faire partie de la F1 et ne pas être quelqu'un de seconde classe", reconnaît Chase Carey. "Arriver et être quelqu'un de seconde classe, je pense que c'est un frein. Quand quelqu'un s'engage, c'est pour investir dans un bon business, pas seulement une discipline formidable. Si je viens et que je ne suis pas considéré comme quelqu'un de premier ordre, qui fait partie du club, alors ça me dissuade."

Sur cette question, il ne fait aucun doute que la F1 et la FIA sont sur la même ligne. Président de la fédération internationale, Jean Todt est lui aussi très réservé sur les projets dont il a eu connaissance, et donne à son tour la priorité aux structures déjà bien installées dans la discipline. 

"Je soutiens les équipes [existantes], car si l'on a 12 équipes, ça retire évidemment de la valeur", précise-t-il. "Nous avons reçu des propositions d'engagement intéressantes, nous avons souvent des équipes qui veulent venir, et nous n'avons jamais vraiment été convaincus par la solidité de ces équipes. Mais si nous pouvions être convaincus par une bonne équipe qui veut nous rejoindre, je serais plutôt heureux d'avoir 12 écuries en F1. Mais ça fonctionne avec dix équipes. S'il y a dix équipes compétitives, ça peut très bien fonctionner."

Une vue d'ensemble de la grille

Article suivant
Heureux où il est, Verstappen veut "vraiment gagner avec Red Bull"

Article précédent

Heureux où il est, Verstappen veut "vraiment gagner avec Red Bull"

Article suivant

C'était un 14 décembre : Irvine découvre Stewart avant Jaguar

C'était un 14 décembre : Irvine découvre Stewart avant Jaguar
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Tags jean todt , chase carey
Auteur Basile Davoine