Vandoorne pense convaincre McLaren de le garder

partages
commentaires
Vandoorne pense convaincre McLaren de le garder
Par : Basile Davoine
10 juil. 2018 à 06:59

Auteur d'un premier Grand Prix en Formule 1 qui avait été remarqué, avec un point accroché à Bahreïn en 2016 lorsqu'il avait remplacé Fernando Alonso, convalescent, Stoffel Vandoorne a connu une suite plus délicate chez McLaren.

Stoffel Vandoorne, McLaren, sur la grille
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Stoffel Vandoorne, McLaren, avec Fernando Alonso, McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Stoffel Vandoorne, McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Stoffel Vandoorne, McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33
Stoffel Vandoorne, McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33

Titulaire depuis début 2017 en remplacement de Jenson Button, le pilote belge souffre à la fois du manque de performance de son équipe, et de la comparaison avec son double Champion du monde de coéquipier, régulièrement capable de tirer profit des circonstances de course pour inscrire des points.

Sur les 48 points au compteur de McLaren après dix Grands Prix, seulement huit ont été rapportés par Stoffel Vandoorne. Ce dernier vit d'ailleurs une très mauvaise série puisqu'il n'a pas terminé dans les points depuis le Grand Prix d'Azerbaïdjan, soit six courses consécutives hors du top 10 désormais.

"C'est sûr, ça n'a pas été l'année et demi que j'espérais en F1", admet Vandoorne à la lumière de ses difficultés. "Nous avons eu beaucoup de mal au niveau des résultats. Ces deux années, disons que nous avons eu une voiture qui a du mal à se battre dans les points. Ce n'est pas toujours facile de montrer les bonnes choses dans ces circonstances. C'est la situation dans laquelle nous sommes. J'ai aussi beaucoup retiré d'aspects positifs de tout ça, en traversant des moments difficiles. Gérer certains problèmes est quelque chose que je n'avais pas vraiment connu lorsque j'étais en formules de promotion, donc l'approche est assez différente et ça a fait de moi un meilleur pilote."

Inévitablement, la question de l'avenir va se poser prochainement pour lui. Reste à savoir si elle est totalement ou partiellement liée à la décision de Fernando Alonso de poursuivre ou non l'aventure en 2019. Néanmoins, Vandoorne se montre serein, et même si certains chiffres appuient là où ça fait mal, à l'image du 10-0 qu'il a subi en qualifications jusqu'à présent face à l'Espagnol, il est convaincu de fournir le travail attendu par McLaren pour mériter de rester. "Je pense, oui. J'en suis presque certain", répond-il lorsque cette question lui est directement posée.

"Je crois que c'est la période de l'année où tout le monde parle avec tout le monde", ajoute-t-il. "Avant la trêve estivale, c'est généralement une période durant laquelle tout le monde parle du marché des pilotes. C'est normal, mais nous n'avons jamais parlé de ça avec la presse donc je ne vais pas vraiment rentrer dans les détails."

"C'est dur à dire, franchement. Je suis vraiment concentré sur mon travail. J'ai un accord à long terme avec McLaren, et j'ai le sentiment que je dois continuer à travailler comme je le fais avec l'équipe, vraiment. Je passe beaucoup de temps à l'usine avec les ingénieurs pour tenter de pousser le développement dans la bonne direction, et c'est la seule chose que je puisse faire en ce moment." 

Un remaniement pas étonnant

Occupant une septième place bien éloignée des objectifs fixés en début de saison au championnat constructeurs, McLaren a entamé la semaine dernière un profond remaniement, initié par la démission d'Éric Boullier et la simplification de son organigramme. Des changements qui n'ont pas étonné Stoffel Vandoorne, qui souhaite désormais capitaliser dessus sans toutefois se voiler la face sur le temps nécessaire pour voir l'écurie de Woking remonter la pente.

"Au final, je ne crois pas que ce soit une grosse surprise", dit le Belge au sujet de cette réorganisation. "Je pense qu'il y a eu beaucoup de pression sur notre équipe dernièrement, et les résultats cette année n'ont pas été ceux que nous voulions, c'est ce qui s'est passé. Nous avons désormais une nouvelle structure en place, que je pense positive pour l'avenir. Mais ça ne changera pas les résultats du jour au lendemain. Nous devons être réalistes. Il y a beaucoup de travail devant nous, beaucoup de choses à changer, mais c'est peut-être une structure un peu plus simple, et c'est la première étape pour un avenir positif, je l'espère."

Prochain article Formule 1
Renault connaît sa grande faiblesse mais l'a surmontée à Silverstone

Article précédent

Renault connaît sa grande faiblesse mais l'a surmontée à Silverstone

Article suivant

Vidéo - Le top 10 du GP de Grande-Bretagne

Vidéo - Le top 10 du GP de Grande-Bretagne

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Stoffel Vandoorne
Équipes McLaren
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités