Vandoorne déplore la disparition des circuits old-school

partages
commentaires
Vandoorne déplore la disparition des circuits old-school
Par : Benjamin Vinel
2 févr. 2017 à 08:00

En participant à la saison 2016 de Super Formula au Japon, Stoffel Vandoorne a découvert des circuits "old-school" qui se raréfient en Europe.

Stoffel Vandoorne
Stoffel Vandoorne
Stoffel Vandoorne(DOCOMO TEAM DANDELION RACING)
Stoffel Vandoorne
Stoffel Vandoorne, Dandelion Racing
Stoffel Vandoorne, pilote d'essais et de réserve McLaren
Stoffel Vandoorne, pilote d'essais et de réserve McLaren MP4-31
Action en course
Stoffel Vandoorne, pilote d'essais et de réserve McLaren MP4-31
Stoffel Vandoorne, McLaren
Stoffel Vandoorne, pilote d'essais et de réserve McLaren MP4-31

En effet, au pays du Soleil-Levant, nombreux sont les tracés où la piste est entourée d'herbe et de graviers, et non de zones asphaltées. Même Suzuka se démarque par rapport à la tendance qui se dégage pour les autres tracés de Formule 1. Cette tendance a d'ailleurs été expliquée récemment par la FIA.

Stoffel Vandoorne est toutefois déçu que les sorties de pistes ne soient plus aussi pénalisantes que par le passé, et qu'il soit par conséquent bien plus facile de trouver la limite sur un circuit. En effet, au Japon, les choses se passent bien autrement.

"C'est le challenge", indique le Belge. "Ce n'est pas comme aller sur un nouveau circuit où dès le premier tour, on fait ce qu'on veut parce que s'il se passe quelque chose, on se contente de corriger et de partir dans un énorme dégagement. Sur les circuits old-school, il faut y aller petit à petit."

"Un endroit comme SUGO, par exemple, est fantastique. Le dernier virage est à 180 degrés, pris à environ 240 km/h, avec une grosse bosse au milieu, et le seul dégagement est un mètre d'herbe, puis le mur. Sur un circuit comme ça, on est vraiment satisfait quand on fait un bon tour, mais la Formule 1 ne courrait jamais sur la plupart des circuits japonais..."

La Formule 1 ne courrait jamais sur la plupart des circuits japonais...

Stoffel Vandoorne

"Si l'on commet une erreur, on devrait perdre du temps, et même un bac à graviers le permettrait plutôt qu'un dégagement en asphalte. Je préfère les circuits old-school parce qu'un pilote peut faire la différence davantage, et aussi parce que si l'on fait une erreur, on le paye cash."

"Les circuits ne vont jamais redevenir comme avant, car la sécurité est primordiale désormais. D'un côté, c'est bien, car la dernière chose que nous souhaitions voir, c'est un blessé ou un mort, mais si le risque n'est pas là, c'est moins stimulant."

Des pénalités incohérentes

Selon Vandoorne, les circuits actuels ne sont qu'un des maux de la Formule 1. Nombreux sont les pilotes à se plaindre de l'inconstance des sanctions, même s'il devrait y avoir plus de clémence dans ce domaine en 2017.

"Le pire avec les pénalités, c'est qu'elles ne sont pas appliquées de façon constante, c'est différent chaque week-end", regrette le pilote McLaren. "Au briefing des pilotes, le même problème se présente, et à la fin de la réunion, les pilotes ne savent pas ce qu'ils peuvent faire ou non."

"C'est peut-être mieux de nous laisser faire la course. Nous sommes de grands garçons, et nous ne voulons pas nous accrocher ; après tout, si on casse un aileron, la course est finie."

Des pneus normaux !

Enfin, un autre facteur qui marque un contraste saisissant entre la Super Formula et la Formule 1 est la différence entre les pneus Yokohama et les gommes Pirelli qui, elles, se dégradent particulièrement rapidement.

"C'était certainement différent, dans la mesure où c'était normal !" souligne Vandoorne quant à son expérience en Super Formula. "Les Yokohama atteignaient leur apogée en qualifications, donc on avait la performance sur un tour, puis en course, à Suzuka par exemple, on pouvait faire 40 tours sur le même train de pneus en attaquant à fond, avec des temps au tour dans les deux dixièmes..."

Heureusement pour lui, Vandoorne a appris les ficelles de la gestion des pneus lors de ses deux saisons en GP2 Series, où il a d'ailleurs montré des qualités remarquables dans ce domaine.

Article suivant
Photos - Les casques de Lewis Hamilton depuis 2007

Article précédent

Photos - Les casques de Lewis Hamilton depuis 2007

Article suivant

Sirotkin devrait rester chez Renault malgré le départ de Vasseur

Sirotkin devrait rester chez Renault malgré le départ de Vasseur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Stoffel Vandoorne
Équipes McLaren Boutique
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités