Vandoorne : McLaren n'a toujours "aucune garantie" sur la fiabilité

Après une étonnante journée sans problème lors des essais de Bahreïn, Stoffel Vandoorne espère que McLaren-Honda pourra comprendre les raisons de cette fiabilité soudaine pour pouvoir progresser.

Avec 81 tours du circuit de Sakhir et aucune interruption, l’écurie de Woking a connu sa "meilleure journée" d’essais de la saison 2017, selon les mots de son directeur de la compétition, Éric Boullier. Une journée complète oui, mais qui ne s'explique pas.

Vandoorne, qui a profité de cette éclaircie soudaine dans un début de saison morne, est bien sûr satisfait, même si cela est bien insuffisant à ses yeux. "Je ne pense pas que nous ayons besoin d’une journée comme cela, je pense que nous avons besoin que ce soit comme cela tout le temps", a-t-il expliqué pour Motorsport.com. "Donc oui, c’était bien, mais il n’y a aucune garantie que la prochaine fois ça ira encore."

"Je pense que nous devons apprendre attentivement de ce que nous avons fait [mercredi] et, avec un peu de chance, cela se poursuivra lors du prochain Grand Prix et il y aura des améliorations. Les journées comme celle-ci, c’est ce qui devrait se passer."

Du travail de réglages

Cependant, cela a offert à McLaren une opportunité de pouvoir avancer dans son propre développement : "Je pense que du point de vue de l’équipe, c’était très bien d’aller dans des directions différentes. Il y avait de nouvelles pièces que nous voulions essayer ; nous en avons appris des choses assez fondamentales. Donc nous sommes allés à gauche, à droite et au centre avec les réglages."

"C’est bien pour l’équipe de voir d’où vient la performance et c’est aussi bien pour moi de savoir dans quelle direction la voiture est meilleure. Une journée productive, donc."

"Je pense que la base de la voiture est assez forte, pendant le week-end je me suis senti à l’aise dans la voiture, et le châssis se comportait bien. Je pense que lors des prochaines courses, nous amènerons plus de pièces et nous serons plus forts, au final."

Le travail sur le châssis est une chose, mais le moteur reste clairement le talon d'Achille de la MCL32. "Mais nous savons que notre plus gros déficit est au niveau de la puissance, et il y a beaucoup de temps au tour à trouver de ce côté-là, donc espérons que nous pourrons apporter de nouvelles pièces de notre côté […] et démontrer que ça va dans la bonne direction. Il faut voir quand l’unité de puissance va faire un pas en avant."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement Essais d'avril à Bahreïn
Circuit Bahrain International Circuit
Pilotes Stoffel Vandoorne
Équipes McLaren
Type d'article Actualités
Tags fiabilité, sakhir