Vandoorne : Être rookie n'est pas une excuse

Stoffel Vandoorne réalise une première campagne en Formule 1 honorable, avec 13 points au compteur contre 15 pour son coéquipier Fernando Alonso. Le débutant ne voit de toute façon pas son inexpérience comme une excuse.

C'est avec un sacré palmarès que Stoffel Vandoorne est arrivé en Formule 1, lui qui a été titré en F4 Eurocup 1.6, en Eurocup FR2.0 et en GP2 Series, avec une deuxième place en FR3.5. Pour celui que McLaren a recruté au sein de son programme de jeunes pilotes en 2013, les résultats ont toujours été impératifs, faute de budget.

"Tout au long de ma carrière, j'ai dû gérer la pression", relate Vandoorne sur le site officiel de la F1. "Je n'avais pas de budget chez moi pour progresser facilement à travers les formules de promotion, mais j'ai été aidé par la fédération belge au début – et ils se sont toujours montrés très clairs sur le fait que je devais remporter les championnats pour gagner les primes financières. Donc l'échec n'a jamais été une option !"

"Avec tous les problèmes que nous avons eus au fil de cette saison, je n'ai jamais été traumatisé. Au contraire, j'ai toujours voulu me battre contre les éléments pour obtenir le meilleur résultat possible et apprendre à chaque tour que je fais dans la voiture, même si mon kilométrage a parfois été écourté par les circonstances."

"Au final, cette histoire de première saison, c'est un peu surcoté. Quand nous arrivons en F1, nous avons tous des années de sport auto d'expérience, et les ambitions sont les mêmes que dans les championnats inférieurs, car si on n'y réussit pas, on n'arrive pas en F1."

Il n'est arrivé que cinq fois cette saison que les deux McLaren soient à l'arrivée d'une course, quatre fois à l'avantage d'Alonso, mais Vandoorne demeure satisfait de ses performances face à un pilote considéré par certains comme le meilleur du plateau.

En qualifications, le Belge a encaissé un 8-0 en début de saison, mais sur les dix derniers Grands Prix, le rapport de force est plus équilibré, avec 6-4 à l'avantage d'Alonso. C'est d'ailleurs récemment que Vandoorne a signé ses meilleurs résultats en course, deux septièmes places à Singapour et en Malaisie.

Lorsqu'il lui est demandé quels sont les principaux points positifs de sa saison 2017, le pilote McLaren répond : "Je me suis très bien débrouillé face à Fernando. Certes, les résultats n'ont pas été aussi bons que prévu, mais avoir un excellent coéquipier est une valeur sûre dans le paddock."

Une McLaren pas compromise malgré le nouveau moteur

Reste à savoir ce dont McLaren sera capable la saison prochaine. L'écurie bénéficiera d'une unité de puissance Renault qui, en théorie, devrait s'avérer plus puissante et fiable que le moteur Honda, si la hiérarchie actuelle se confirme.

"La voiture ne sera pas compromise, même si c'est un grand changement", estime Vandoorne. "Ce que nous avons vu de Renault est prometteur quand l'on regarde les résultats de Red Bull, leurs victoires et podiums. Oui, cela nous mettra la pression – une pression positive parce que nous aurons une référence." Red Bull Racing a remporté trois victoires avec le moteur Renault cette année.

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Stoffel Vandoorne
Équipes McLaren
Type d'article Actualités