Vandoorne trahi par la mécanique McLaren-Honda dès la Q1

partages
commentaires
Vandoorne trahi par la mécanique McLaren-Honda dès la Q1
Par : Basile Davoine
25 mars 2017 à 08:56

Le pilote belge n'a pas pu franchir l'écueil de la première partie des qualifications, victime d'une défaillance du système de carburant sur sa MCL32.

Stoffel Vandoorne, McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32 et Fernando Alonso, McLaren MCL32 aux stands
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32, devant Marcus Ericsson, Sauber C36
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32 s'entraîne aux arrêts aux stands
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32

Mclaren-Honda s'attendait à un week-end difficile, les ennuis n'ont pas tardé à survenir lors de la séance de qualifications. Et c'est Stoffel Vandoorne qui en a fait les frais, dès le début de la séance. Un problème avec le système de carburant a empêché le pilote Belge de réaliser plusieurs tentatives en Q1, son unique tour chronométré, bouclé in extremis, le reléguant à une lointaine 18e place sur la grille de départ.

"Nous avons eu un problème de pression de carburant, nous n'avions pas de puissance au début et nous avons dû abandonner tous les tours", explique-t-il. "Après les EL3, j'étais confiants, tout allait dans la bonne direction. C'est difficile de rattraper en permanence le temps perdu et ce run unique n'était pas idéal."

"Franchement, c'était une course contre-la-montre pour pouvoir faire un tour. Au finale, je ne crois pas que nous ayons réglé tous les problèmes. Évidemment, quand il n’y a qu'une seule opportunité… C'était mon premier tour après les essais libres. Il y avait définitivement mieux à faire si j'avais eu la possibilité de passer trois trains de pneus. Fernando [Alonso] est allé en Q2. De mon côté, il y avait aussi une opportunité d'y aller."

Dans la bonne direction

Comme l'a en effet démontré Alonso, la McLaren avait le potentiel d'atteindre cette Q2 sans être touchée par un problème de fiabilité. Néanmoins, on est loin des objectifs qui font l'ambition de l'écurie de Woking. Mais après des essais hivernaux compliqués, Vandoorne retient les progrès effectués au cours des trois séances libres du week-end australien. 

"Je pense que nous nous sommes toujours attendus à un week-end difficile, donc ça ne change pas grand-chose", rappelle-t-il. "C'est un sport mécanique, ça en fait partie. C'est dommage, mais j'espère que nous pourrons faire mieux la prochaine fois." 

"Il y a des points positifs, je me sentais confiant dans la voiture. J'espère que nous pourrons progresser là-dessus demain. Je pense que nous avons fait des pas en avant. Nous nous sentons tous les deux plus à l'aise dans la voiture et confiants dans la manière dont nous attaquons. Ça va dans la bonne direction. Nous avons encore un long chemin à parcourir."

Article suivant
Alonso : "Treizième, c'est triste. Il n'y a pas d'autre mot"

Article précédent

Alonso : "Treizième, c'est triste. Il n'y a pas d'autre mot"

Article suivant

Pérez, réprimandé, s'inquiète pour son moteur Mercedes

Pérez, réprimandé, s'inquiète pour son moteur Mercedes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Australie
Catégorie Qualifications
Lieu Melbourne Grand Prix Circuit
Pilotes Stoffel Vandoorne
Équipes McLaren Boutique
Auteur Basile Davoine
Type d'article Réactions