Vasseur n'a aucune amertume envers Renault

Passé par un poste de dirigeant à Enstone en 2016, Frédéric Vasseur assure que la fin prématurée de son aventure chez Renault ne lui laisse ni regret ni amertume.

Vasseur n'a aucune amertume envers Renault

Propulsé à la tête du projet Sauber à l'été 2017, suite à l'éviction de Monisha Kaltenborn, Frédéric Vasseur est aujourd'hui la figure de proue d'une écurie qui s'est reconstruite et a réussi son premier pari en retrouvant la zone des points de manière de plus en plus régulière.

Avant l'ouverture de ce chapitre en Formule 1, le dirigeant français a d'abord fait un passage chez Renault, où il avait été nommé directeur de la compétition début 2016 alors que le Losange relançait son équipe d'usine. L'idylle n'aura duré qu'une année, Vasseur quittant finalement Enstone pour laisser seul aux commandes Cyril Abiteboul. Une issue inévitable car un des deux hommes était de trop ?

"Je ne sais pas", confie prudemment Frédéric Vasseur sur le site officiel de la Formule 1. "Je pense que c'était probablement quelque chose comme ça, et sans vision claire quant à la définition des postes. Et franchement, je suis bien plus dans ma zone de confort chez Sauber car c'est plus ou moins la même taille que les entreprises que j'ai dirigées auparavant, et c'est bien plus souple." 

Lire aussi :

Néanmoins, pas question pour le Français d'afficher un quelconque ressentiment envers Renault, en dépit de la fin prématurée de l'entente. 

"Honnêtement, je ne me plains pas de Renault, car je savais avant [qu'il y aurait de la politique] et j'ai aussi fait quelques erreurs de mon côté, donc je ne me plains pas d'eux du tout", insiste Vasseur. "Désormais, je suis plutôt heureux car j'ai conservé de bonnes relations avec tout le monde chez Renault et nous prenons souvent l'avion ensemble. Tout va bien pour moi, je ne veux pas me battre avec eux. Mais je les avais probablement rejoints à un moment où il n'y avait pas une bonne dynamique. Et j'ai donc arrêté."

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, et Charles Leclerc, Sauber C37

Sauber, plus qu'un emploi à plein temps

Cofondateur d'ART Grand Prix, Frédéric Vasseur a en tout cas laissé définitivement derrière lui sa structure consacrée essentiellement aux formules de promotion, en raison de l'ampleur de sa tâche chez Sauber. Passionné et totalement investi à Hinwil, il n'était pas question pour lui de multiplier les casquettes et de prendre le risque de délaisser une partie pour une autre.

"J'ai totalement stoppé mon autre activité", confirme-t-il. "C'est maintenant Sébastien Philipe qui s'occupe de l'équipe. Ici chez Sauber, c'est plus qu'un emploi à plein temps, il y a 21 Grands Prix… Franchement, c'est un peu trop, mais je n'ai pas à me plaindre car j'aime le projet, nous sommes une petite équipe. Je n'ai pas les conforts de vie que je pourrais avoir chez Renault autour de moi, mais nous avons bien plus de souplesse et le budget est raisonnable, même si nous devons progresser de ce côté pour l'avenir car l'objectif est à la hausse et nous devons également améliorer le budget, mais nous le ferons."

partages
commentaires
Fangio, Schumacher et Hamilton : la planète des cinq

Article précédent

Fangio, Schumacher et Hamilton : la planète des cinq

Article suivant

Verstappen admet avoir surpiloté en début de saison

Verstappen admet avoir surpiloté en début de saison
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021