Vasseur : "Je n'étais pas le plus grand fan du Halo mais j'avais tort"

Alfa Romeo a confirmé que le premier impact dans l'accident de Zhou Guanyu à Silverstone avait été deux fois supérieur à celui imposé lors des crash-tests FIA.

L'Alfa Romeo C42 de Zhou Guanyu après son crash

Alfa Romeo a confirmé les propos de Zhou Guanyu, révélant que le premier impact entre la monoplace du Chinois et la piste à Silverstone, la semaine dernière au départ, était environ deux fois supérieur à celui enduré par l'arceau de sécurité lors des crash-tests FIA. Cet arceau a été arraché et c'est le Halo qui a pris le relais pour protéger l'intégrité physique de Zhou une fois l'Alfa Romeo retournée, avant d'aller s'encastrer entre un mur de pneus et des grillages.

Alfa Romeo est la seule écurie du plateau à utiliser un arceau de style lame. Celui-ci a passé avec succès en début de saison les tests FIA, qui lui imposent de résister à des forces de 60 kN latéralement, 70 kN longitudinalement et 105 kN verticalement. Une enquête est ouverte par l'instance internationale pour tirer d'éventuelles leçons, en pleine collaboration avec l'écurie.

"C'est toujours sous enquête, et nous partageons toutes les informations de l'accident avec la FIA", rappelle Frédéric Vasseur, directeur d'Alfa Romeo. "La première chose à prendre en compte, c'est que le choc a été environ deux fois plus important que celui du crash-test. Je ne sais pas si vous avez vu le tarmac, mais on a creusé une rainure dessus, de quatre ou cinq centimètres. Peu importe le niveau du crash-test, on peut toujours se retrouver face à plus. Il est certain que l'on prendra des mesures de notre côté, et avec la FIA, pour voir comment on peut améliorer la sécurité."

 

Frédéric Vasseur a loué les progrès énormes réalisés en matière de sécurité ces dernières années en Formule 1, qui ont a priori permis à tous les systèmes mis en place de fonctionner comme attendu et d'éviter toute blessure grave au pilote.

"Au bout du compte, je veux rester positif parce qu'après un gros accident, il ne s'est rien passé", souligne-t-il. "On ne peut pas imaginer ce qui aurait pu se passer s'il n'y avait pas eu de [coupe-circuit] sur la voiture. Je pense que grâce aux décisions prises en matière de sécurité, il n'y a pas eu de fuite d'essence sur la voiture, et ça aurait été le pire des scénarios."

L'attitude de Zhou, assez rapidement sorti du centre médical à Silverstone, a aussi étonné le staff Alfa Romeo par sa volonté de reprendre très vite le volant.

"Il est revenu au garage une heure après l'accident, quand il est sorti du centre médical, et il n'avait absolument rien", raconte Frédéric Vasseur. "Sa première question concernait le stock de pièces pour Spielberg. Quelques jours après, quand on y pense, c'est tout simplement incroyable de subir un tel accident et de revenir au stand sans rien, en se concentrant sur la course suivante. C'est incroyable. Je pense que là-dessus, c'est grâce à la FIA et aux critères de sécurité. Je n'étais pas le plus grand fan du Halo au départ, mais j'avais tort."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Une mauvaise ambiance chez Ferrari à Silverstone ? Binotto dément
Article suivant EL2 - Ferrari, Red Bull et Alpine dans un mouchoir de poche

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France