Vergne ne se sent pas à l'aise

Comme souvent, la séance de qualification s'est avérée compliquée pour Jean-Eric Vergne

Comme souvent, la séance de qualification s'est avérée compliquée pour Jean-Eric Vergne. Le Français a échoué en Q2 à la seizième position, cinq places derrière son équipier Daniel Ricciardo. Sans, malheureusement, réussir à comprendre où se situe exactement le problème...

"Je n'arrive pas à expliquer ce manque de performance constaté cet après-midi. Nous luttions avec la voiture depuis le début du week-end, mais nous avions fait quelques progrès durant la nuit [...]. Durant mon premier tour en Q1, j'ai dû batailler avec les pneus durs, mais dès que j'ai récupéré les mediums, j'ai retrouvé une voiture pilotable. J'ai gagné deux secondes et j'ai pu faire un bon chrono, j'étais donc plus satisfait", décrit JEV.

Hélas, en Q2, sa Toro Rosso se montra à nouveau capricieuse.

"Quand on a choisi de ne faire qu'un seul tour lancé avec les mediums, la voiture était à nouveau très difficile à piloter. Peut-être est-ce lié au tour de chauffe; les pneus sont très difficiles à mettre en température ici, donc il faudra jeter un coup d’œil là-dessus".

Le feeling n'est pas encore vraiment là à Austin.

"Dans l'ensemble, je ne me sens pas à l'aise avec la voiture", regrette le Français. "Nous verrons bien ce qui se passera en course, en espérant que les améliorations effectuées durant la nuit paieront sur les longs runs".

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo , Jean-Éric Vergne
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités