Vergne aurait dû remplacer Vettel chez Red Bull

Jean-Éric Vergne a révélé qu'il était initialement prévu qu'il soit le remplaçant de Sebastian Vettel chez Red Bull, avant que l'écurie n'en décide autrement.

Il faut remonter au week-end du Grand Prix du Japon 2014, funeste à bien des égards, pour se souvenir du déroulé des événements.

Le samedi 4 octobre, en plein milieu de la journée F1, Sebastian Vettel annonçait son départ de Red Bull après cinq années de bons et loyaux services, et surtout à la fin d'une saison qui s'était avérée compliquée pour l'alliance qui, pour la première et unique fois de leur collaboration, n'était pas en position de jouer le titre.

Et, à la surprise de tous, Milton Keynes avait choisi, dans la foulée, de donner le nom du remplaçant de l'Allemand en 2015, en la personne de Daniil Kvyat, qui achevait sa première saison chez Toro Rosso.

Jean-Éric Vergne, qui a l'époque était au volant de l'autre Toro Rosso, apparaissait pourtant comme un candidat mieux armé, lui qui bénéficiait d'une plus grande expérience de la F1 après ses débuts au sein de la petite Scuderia en 2012.

Et d'ailleurs, selon ses dires, il était même le premier choix du géant autrichien de la boisson énergisante : "À l’été, j’ai reçu un appel de Red Bull disant qu’ils voulaient mettre Max [Verstappen] dans la voiture. À l’époque, je le comprenais totalement", explique-t-il pour Crash.net.

"Je me disais : ‘OK, Toro Rosso est un genre d’école pour les pilotes junior de Red Bull et il n’y avait pas de place pour aller chez Red Bull, donc en fait c’était sympa de leur part de me le faire savoir aussi tôt dans la saison'."

"Mais pendant cet appel, j’ai dit : ‘Et si Vettel s’en va ?’. Il a répondu : ‘Tu seras dans la voiture’."

"J’avais fait une super saison jusque-là, c’était bien. Ils connaissaient le déficit que j’avais contre Kvyat dans la voiture, à propos du [désavantage lié au] poids. Plus tard, quand Vettel est parti, c’était après mes bonnes courses."

Cependant, au moment où le quadruple Champion du monde prenait la décision de s'en aller, Red Bull a fini par considérer que la titularisation de Vergne, qui n'avait pas été choisi pour une promotion dans l'écurie-mère fin 2013 et qui était en passe d'être évincé de Toro Rosso par l'arrivée de Verstappen, n'aurait pas été une décision logique. 

"Mais j’ai découvert après qu’en raison de la façon dont ça avait été dit, ça aurait été mal qu’ils reviennent sur cette décision."

Après avoir vu le baquet Red Bull lui glisser entre les doigts, le Français a ensuite dû se résoudre à quitter également Toro Rosso, pour les mêmes raisons, au profit d'un jeune pilote de la filière, un certain Carlos Sainz.

"C’était une situation frustrante, assurément. Ensuite toute l’équipe Toro Rosso voulait me garder aux côtés de Max, et au final, ça a été le même résultat. Ils ne voulaient pas revenir sur la décision."

Deux ans et demi plus tard, Vergne est désormais pilote de Formule E et de WEC, après un passage en tant que pilote de réserve chez Ferrari, tandis que Daniil Kvyat a été rétrogradé chez Toro Rosso au début de sa seconde saison au sein de Red Bull, au profit de Max Verstappen. Aucun nouveau pilote n'a intégré les deux écuries F1 du taureau rouge depuis le départ du Français.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel , Jean-Éric Vergne , Carlos Sainz Jr. , Daniil Kvyat , Max Verstappen
Équipes Red Bull Racing , Toro Rosso
Type d'article Actualités