Vergne s'acclimate à la moiteur de Kuala Lumpur

Après être passé à deux doigts de ses premiers points pour son premier Grand Prix à Melbourne, Jean-Éric Vergne remet le couvert en Malaisie, motivé à l'idée d'attaquer un nouveau circuit qu'il ne connaît pas

Après être passé à deux doigts de ses premiers points pour son premier Grand Prix à Melbourne, Jean-Éric Vergne remet le couvert en Malaisie, motivé à l'idée d'attaquer un nouveau circuit qu'il ne connaît pas. La petite déception de la fin de course n'est pas tout-à-fait passée : le Français savait qu'il tenait là une belle occasion, dont s'est au final emparé son coéquipier Daniel Ricciardo.

"Kimi (Räikkönen) était devant moi et je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais j'ai à nouveau perdu ma place au profit de Daniel, mon coéquipier, dans le dernier virage. J'ai perdu un peu l'adhérence et il ne me restait plus de SREC (Système de récupération de l'énergie cinétique), ce qui explique que Paul di Resta m'ait aussi dépassé”, détaille-t-il.

Concernant la Malaisie, la découverte sera totale.

J'ai entendu dire que cette course était assez difficile en raison des conditions. C'est vrai qu'il fait vraiment chaud, alors je suis arrivé assez tôt, je suis arrivé lundi dans la soirée et j'ai fait un peu de sport avec mon entraîneur”", décrit JEV.

Comme on le sait, une grande partie de l'acclimatation et du facteur perfomance en Malaisie est la résistance à la chaleur. S'hydrater, économiser ses efforts, et conserver sa concentration en dépit de la chaleur sont des élements curciaux.

"J'ai visité un peu Kuala Lumpur pour m'habituer à cette chaleur”", poursuit le pilote Toro Rosso. "Je suis pressé d'être à cette course. Je pense que nous avons une bonne voiture, nous sommes prêts et assez confiants."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Paul di Resta , Daniel Ricciardo
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités