Verstappen plus agacé par son moteur que par l'accrochage

Max Verstappen met son abandon au Mugello directement sur le compte des problèmes de fiabilité de son moteur.

Si le Grand Prix de Toscane a offert un scénario complètement fou au Mugello ce dimanche, Max Verstappen n'a pas eu le temps d'en voir grand-chose. Et pour cause, le Néerlandais a fait partie des premiers éliminés, piégé dans le bac à gravier du premier enchaînement de virages, où il a été propulsé sans être responsable de quoi que ce soit.

Lire aussi :

Pour le pilote Red Bull Racing, il s'agit du deuxième abandon en une semaine et cela fait beaucoup. Mais sa colère ne se dirige pas vers un hypothétique responsable du capharnaüm au départ. Verstappen est avant tout frustré par les ennuis à nouveau rencontrés sur sa monoplace. On avait vu les mécaniciens travailler en urgence sur sa RB16 sur la grille de départ, cela n'a visiblement pas suffi. Et après avoir pris une belle impulsion à l'extinction des feux, il a manqué de puissance et vu une partie du peloton l'avaler... jusqu'au moment de l'accrochage.

"J'ai pris un bon envol et j'ai passé Lewis [Hamilton]", explique-t-il. "J'ai pris un meilleur envol que Valtteri [Bottas], mais une fois à fond, le moteur a rencontré le même problème que celui que nous avons eu à Monza. Je n'avais aucune puissance et je me suis retrouvé dans la situation d'être au milieu du paquet. Après, ce n'est pas simple et on se retrouve au milieu de l'accrochage. Je ne sais même pas ce qui s'est passé."

Toujours troisième du championnat mais de plus en plus distancé désormais par les pilotes Mercedes, Verstappen déplore de s'être retrouvé ainsi à la merci d'un tel incident de course. "Nous n'aurions même pas dû nous retrouver dans cette position", rumine-t-il, interrogé sur son absence de responsabilité dans l'accrochage. "C'est vraiment frustrant car c'est un abandon de plus. Mais c'est comme ça. Je ne suis vraiment pas content en ce moment, mais je ne peux rien y changer."

Cet incident du premier tour a été rapidement classé sans suite par les commissaires. Une vision partagée par Pierre Gasly, lui aussi victime du chaos et contraint à un abandon prématuré. "J'ai eu un départ correct, après on s'est retrouvé à beaucoup au premier virage", raconte-t-il au micro de Canal+. "J'ai vu qu'il y avait de la place au milieu de la piste, au final ça s'est refermé, c'est sûr que ce n'est pas ce qu'on aurait voulu. C'est dommage car ça a marché tout le week-end. Après les qualifications, on a vu que l'on avait abîmé tous les bargeboards et les ailerons, ce qui expliquait la [mauvaise] performance, donc j'étais confiant. C'est sûr que c'est une opportunité manquée."

Max Verstappen, Red Bull Racing RB16 abandonne la course

partages
commentaires
Grosjean : "La plus grosse frayeur de ma carrière"

Article précédent

Grosjean : "La plus grosse frayeur de ma carrière"

Article suivant

Ricciardo, 4e : "Forcément un peu de douleur" d'avoir perdu le podium

Ricciardo, 4e : "Forcément un peu de douleur" d'avoir perdu le podium
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021