Verstappen : "Ça ne peut pas être pire qu'à Monza !"

Après être revenu sur ses déboires du Grand Prix d'Italie, Max Verstappen a terminé sur une note optimiste quant à ses attentes au Mugello.

Verstappen : "Ça ne peut pas être pire qu'à Monza !"

Lors du Grand Prix d'Italie il y a quelques jours, Max Verstappen a probablement vécu son week-end le plus frustrant depuis le début de la saison. Au terme de trois jours durant lesquels le Néerlandais n'a jamais trouvé le niveau de performance espéré au volant de sa Red Bull, il a même été contraint à l'abandon suite à une défaillance mécanique. Bilan : un zéro pointé et la perte de la deuxième place au championnat.

Lire aussi :

En arrivant au Mugello, que la F1 découvre pour la première fois dans un cadre de compétition officielle, Verstappen espère mettre derrière lui sa précédente mésaventure italienne, qu'il résumé en une succession de points négatifs.

"Qu'est-ce qui ne s'est pas mal passé [à Monza] ?", lâche-t-il. "Tout d'abord, nous n'étions tout simplement pas assez rapides. Nous savions que les qualifications allaient être difficiles, et j'ai terminé cinquième. Ensuite nous avons pris un mauvais départ en raison d'une surchauffe, puis dans le premier tour, c'était animé et je n'ai pas voulu prendre de risques. Je n'ai jamais attaqué. J'étais septième ou huitième, je ne sais pas. Après j'étais coincé dans le train du DRS. Je ne pouvais rien faire de plus, j'essayais de suivre. J'avais aussi Valtteri [Bottas] devant moi, dans la voiture la plus rapide. C'était vraiment difficile de rester proche. Puis il y a eu la voiture de sécurité, qui ne nous a pas permis de passer au stand. Une voiture devant a pu changer de pneus sous drapeau rouge, donc tout allait mal jusque-là. Lors du deuxième départ, mon moteur a surchauffé et j'ai dû abandonner."

Au terme de cette litanie peu enjouée vient la question des attentes de ce nouveau week-end en Toscane. "Je pense vraiment que ça ne peut pas être pire qu'à Monza !", préfère plaisanter Verstappen. "Je crois que nous devrions retrouver une position correcte derrière les Mercedes. C'est évidemment un nouveau circuit, donc nous devons d'abord voir comment régler la voiture. Nous aurons évidemment des changements à faire. Mais dans l'ensemble, je suis plutôt confiant pour que nous puissions vivre un week-end positif."

Cette première journée sur le Mugello n'était pas une découverte totale pour Verstappen, qui a eu l'occasion de venir y rouler à bord d'une GT récemment, dans le but de prendre quelques repères.

"Je suis venu ici il y a quelques semaines, car je n'étais jamais venu avant", révèle-t-il. "Je pense que c'est le meilleur moyen d'apprendre un circuit. On peut piloter dans le simulateur, mais je ne l'ai pas fait. Naturellement, la voiture est un peu plus lente mais ça reste plaisant. C'est important, ça vous donne une longueur d'avance. Je sais que d'autres pilotes ont couru ici. Ce sera très rapide par rapport à Suzuka. Chaque circuit est différent, et ce tracé l'est aussi."

partages
commentaires
Vettel : Rejoindre Aston Martin n'est "pas une décision facile"
Article précédent

Vettel : Rejoindre Aston Martin n'est "pas une décision facile"

Article suivant

Haas a une dizaine de pilotes sur sa short-list

Haas a une dizaine de pilotes sur sa short-list
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021