Max Verstappen, guidé par Jos et son "second père" Helmut Marko

Déjà trois fois vainqueur en Grand Prix, le Néerlandais évoque ses relations avec deux personnages hautement importants pour la construction de sa carrière : son propre père, Jos, et Helmut Marko.

Max Verstappen, guidé par Jos et son "second père" Helmut Marko
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Le troisième, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing, Helmut Marko, Consultant, Red Bull Racing, le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing, Christian Horner, Team Principal, Red Bull Racing, fêtent la victoire avec l'équipe
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Jos Verstappen
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Jos Verstappen, avec son fils Max Verstappen
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing

Arrivé en Formule 1 en 2015, à un âge précoce qui ne sera pas battu de sitôt, Max Verstappen semble déjà faire partie des "meubles" au sein des pilotes vedettes de la discipline. L'ascension du pilote Red Bull est l'une des histoires marquantes de l'ère actuelle dans laquelle se trouve la catégorie reine, quand tout le monde ou presque lui promet d'être un jour sacré Champion du monde. La question est peut-être même davantage de savoir quand, plutôt que si !

Mis sur orbite par la machine Red Bull Racing, Max Verstappen l'a aussi été par la manière dont son père, Jos, a pris en main sa destinée. Et si le rôle de celui-ci a été déterminant, il est sans doute aujourd'hui moindre, et trouve son substitut chez un certain Helmut Marko. Conseiller spécial auprès de Red Bull, et principalement en charge des pilotes, l'Autrichien est un véritable mentor pour Verstappen. 

"Helmut est un peu un second père [en course] pour moi", admet Max Verstappen auprès de la chaîne néerlandaise Ziggo Sport. "Il veut toujours le meilleur pour moi. Nous parlons beaucoup pendant un week-end de Grand Prix, au sujet de ce que nous pouvons améliorer. Il garde un œil sur tout, comme ça il peut me conseiller sur des petites choses. Des choses comme parler à la radio ou comment échanger avec les gens. Il veut toujours le meilleur pour moi, donc il est toujours franc. Si les choses vont bien, il est heureux, mais il me le dit quand ce n'est pas suffisamment bien."

Un gros ego de père en fils

Il n'est toutefois pas question de confondre les rôles, et l'image paternelle s'arrête aux mots. Toujours très présent et influent auprès de son fils, Jos Verstappen a tout de même pris du recul dans la place qu'il occupe, particulièrement depuis son premier succès en F1, lors du Grand Prix d'Espagne 2016. Le jeune Verstappen s'en est lui aussi affranchi, même s'il écoute toujours son aîné avec une oreille attentive.

"Je ne dirais pas que nous avons évolué séparément maintenant que je suis en F1", relativise Max Verstappen du haut de ses 20 ans. "Bien sûr, je dois davantage faire ce que j'ai à faire. Les gens attendent de moi que je me construise tout seul, plutôt que voir mon père faire des choses pour moi. Mais je crois que c'est important d'avoir des gens comme lui qui me conseillent, et pour eux d'avoir mon soutien." 

"Nous avons évidemment des avis différents, mais au final, il a raison neuf fois sur dix. Alors je lui fais confiance. Nous avons tous les deux un gros ego, mais c'est dans nos veines et ça nous a menés jusqu'en F1. Si nous n'avions pas fait comme ça, nous serions toujours en karting."

"Je lui fais confiance, mais ça ne veut pas dire que je ne fais pas mes propres choix. La Malaisie, l'an dernier, est un bon exemple. Nous avions quelques nouvelles pièces sur la voiture. Elles ne fonctionnaient pas vraiment pour Daniel [Ricciardo], mais j'étais convaincu qu'elles seraient bénéfiques, en dépit des difficultés de réglages. J'ai décidé de continuer à les utiliser. Pendant les séances d'essais libres, nous ne parvenions pas à les faire fonctionner, mais j'ai insisté pour que nous les utilisions en qualifications. Mon père est venu me voir et m'a dit que je ne devrais pas utiliser les nouvelles pièces. J'ai campé sur mes positions. Au final, nous avons réussi à les faire fonctionner et je me suis qualifié troisième, ce qui était vraiment un bon résultat pour la voiture à ce moment-là. Je suis allé voir mon père et je lui ai dit : 'Je te l'avais dit'. Bien sûr, il a rigolé, il était heureux de ce choix !"

Le lendemain, Verstappen remportait le Grand Prix à la régulière, après avoir dépassé Lewis Hamilton !

partages
commentaires
Wolff défend la gestion de Marchionne, mais ne la partage pas

Article précédent

Wolff défend la gestion de Marchionne, mais ne la partage pas

Article suivant

Tony Fernandes : "La F1 a été un désastre pour moi"

Tony Fernandes : "La F1 a été un désastre pour moi"
Charger les commentaires
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021