Verstappen : Piquet a utilisé "un mot très offensant"

Max Verstappen a condamné les propos de Nelson Piquet à l'encontre de Lewis Hamilton mais estime que la situation a ensuite été mal gérée, déplorant l'absence de discussion.

Verstappen : Piquet a utilisé "un mot très offensant"
Charger le lecteur audio

Dans le paddock de Silverstone ce jeudi, la polémique provoquée par les propos à connotation raciste de Nelson Piquet était trop brûlante pour être évitée. Max Verstappen s'y est confronté comme tous ses homologues et a livré un regard inévitablement attendu. En couple avec la fille du triple Champion du monde brésilien, il n'a pas évité la question et a exprimé librement son avis, condamnant à la fois le langage utilisé dans l'interview mais aussi le traitement qui a pu suivre.

"Je pense que la formulation qui a été utilisée n'était pas correcte même si, évidemment, il y a différents types de culture et des choses qu'ils disaient quand ils étaient petits ou plus jeunes", réagit le Néerlandais. "Que ce soit une leçon pour l'avenir, de ne pas utiliser ce mot, car c'est très offensant et, surtout de nos jours, ça fait davantage parler."

"J'ai passé un peu de temps avec Nelson, plus que la plupart des gens en moyenne, et il n'est clairement pas raciste. C'est quelqu'un de très sympathique et détendu, et je suis presque sûr que dans la déclaration qu'il a faite, on peut voir le mot de deux façons. Mais je pense que c'est toujours mieux de ne pas l'utiliser."

Max Verstappen précise qu'il n'a absolument pas parlé de cette affaire avec Nelson Piquet, précisant que ce n'était pas à lui de le faire : "Je ne vais pas l'appeler et lui dire 'Hey mec, ce n'est pas correct' ; je pense qu'il le sait."

"Il l'a déjà dit dans son communiqué, je pense qu'il a pris conscience qu'il avait utilisé le mauvais mot, alors qui suis-je pour l'appeler après ? De toute manière je pense que ça ne changera rien. Comme il l'a dit, ça peut être interprété de deux manières et, bien sûr, les gens choisissent le mauvais côté et ça prend vraiment des proportions, car je connais Nelson personnellement. Évidemment, les gens disent maintenant qu'il est raciste, ce que je ne crois pas qu'il soit, mais je suis complètement d'accord avec le fait que l'on ne peut pas utiliser ces mots-là."

Après avoir condamné les propos de Nelson Piquet, la FIA et la Formule 1 ont décidé d'interdire à l'ex-pilote l'accès au paddock lors des Grands Prix à l'avenir. Une décision répondant à la volonté de certains de voir les paroles se transformer en actes, mais que Max Verstappen regrette à titre personnel.

"Quand on bannit les gens, ça n'aide en fait pas la situation, car on ne parle pas", avance-t-il. "Il faut communiquer. La communication est vraiment importante, car si on bannit seulement, ça n'aide pas ce que l'on essaie de faire respecter. On essaie d'éduquer les gens, donc c'est mieux d'avoir une discussion."

"Ces choses-là peuvent être facilement résolues. Quand on se bat avec quelqu'un et que l'on insulte quelqu'un, que l'on a ensuite une bonne discussion et des excuses, c'est exactement pareil. Ce n'est pas génial pour celui que l'on contrarie, mais les choses peuvent facilement s'oublier. Tant que l'on apprend de l'erreur que l'on a commise ou du mot que l'on a utilisé, je ne pense pas qu'il faudrait être banni du paddock, surtout quand on est triple Champion du monde."

Lire aussi :

partages
commentaires
Haas interpelle la direction de course sur sa méthode au Canada
Article précédent

Haas interpelle la direction de course sur sa méthode au Canada

Article suivant

Marsouinage : la FIA mettra en place l'AOM au GP de France

Marsouinage : la FIA mettra en place l'AOM au GP de France